Près de dix personnes ont été incommodées par une substance toxique non identifiée - possiblement du gaz poivre - cet après-midi dans une tour à bureaux de la rue Saint-Catherine, au centre-ville de Montréal.

Hugo Meunier LA PRESSE

Selon le Service incendie, les victimes pourraient avoir été incommodées par des résidus de gaz poivre, utilisé hier soir par les policiers pour disperser les partisans du Canadien en liesse qui avait pris d'assaut ce tronçon de la rue Sainte-Catherine.

«Le produit peut rester longtemps dans un bâtiment, selon l'endroit où il est projeté ou selon la ventilation», explique Denis Deschamps, chef aux opérations des pompiers. «Les victimes se sont plaintes de picotement et de larmoiement des yeux», ajoute le chef aux opérations.

L'équipe spécialisée en matières dangereuses a été demandée sur place pour évaluer le bâtiment et déterminer la nature du produit.

La fermeture de quelques rues de ce secteur achalandé risque de donner des maux de tête aux automobilistes durant l'heure de pointe.

Par précaution, une centaine de personnes ont été évacuées et confinées à l'écart sur la rue. Personne n'avait l'air de souffrir parmi cette foule décontractée et amusée par tout ce branle-bas.

Somme toute, les gens prenaient cette situation avec un grain... de poivre.