Makivik, l’organisation qui représente les Inuits du grand nord du Québec, appuie à présent l’idée d’attribuer un nom autochtone à un nouveau centre communautaire de l’Ouest du centre-ville.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

La Presse rapportait jeudi matin que Makivik et l’institut culturel inuit Avataq avaient fait parvenir à la mairesse Plante une lettre accusant son administration d’appropriation culturelle. En cause : le projet de baptiser un projet municipal « Centre Sanaaq » sans consultations adéquates.

Dans un courriel envoyé jeudi à La Presse, Makivik indique que l’organisation est maintenant satisfaite des explications de l’équipe de Mme Plante.

« Le comité exécutif de la Société Makivik a discuté du projet de Centre Sanaaq », a indiqué Jean Dupuis, en charge des relations Nunavik-Québec au sein de l’organisation. « Les membres du comité exécutif accueillent avec fierté cette décision de nommer l’édifice Centre Sanaaq. Il s’agit d’une décision valorisante pour les Inuits. »

Mercredi, le dirigeant d’Avataq a indiqué qu’il était toujours en désaccord avec la façon dont la Ville de Montréal avait agi dans ce dossier.

Sanaaq est le titre de l’un des premiers romans écrits par une femme inuite, dans les années 50.