L’administration juridique du maire de Laval a réussi à récupérer près de 50 millions de dollars détournés par des fraudes et manœuvres illégales. Marc Demers a annoncé, mardi matin, que ces dizaines de millions ont été remis dans les coffres de la Ville grâce à un programme de remboursement volontaire découlant directement de la célèbre commission Charbonneau.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Le maire Demers a profité de l’occasion pour rappeler que la corruption et la collusion sévissant autrefois sur le territoire lavallois demeurent une « priorité » de son équipe juridique. Des experts provenant en grande partie de la fameuse Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, a-t-il rappelé.

« Je suis très fier que nous soyons les leaders incontestés en la matière.  Je salue le travail exceptionnel et tenace de l’équipe que nous avons mise en place sous la gouverne de Me Simon Tremblay, directeur du Service des affaires juridiques. Elle poursuivra ses efforts pour récupérer encore plus d’argent », a assuré le maire Marc Demers.

La Ville de Laval a l’intention de réinvestir les sommes dans différents projets, dont la création du Fonds Place-du-Souvenir dédié aux jeunes de 0 à 17  ans issus de milieux défavorisés.

Une somme de 20 millions sera injectée dans la réserve pour l’acquisition et la mise en valeur de milieux naturels, ajoute-t-on. Enfin, une portion servira au paiement comptant de certains projets pour éviter l’endettement, a précisé le cabinet du maire.

Dans la foulée de ces nouveaux gains, la Ville de Laval n’écarte pas la possibilité de déposer d’autres poursuites devant les tribunaux sans se limiter aux seuls contrats de construction. Des contrats informatiques ont déjà été évoqués par les experts juridiques de Laval.

Au printemps 2018, la Ville de Laval annonçait déjà avoir conclu des ententes lui permettant de récupérer plus de 41 millions de sommes détournées. Les ententes ont pour la plupart été signées par des entreprises et des individus à travers le programme gouvernemental de remboursement volontaire, mais aussi par le biais de recours devant les tribunaux.

L’administration municipale de Laval est reconnue comme étant le premier corps public à avoir déployé des stratégies juridiques pour récupérer des millions détournés. L’ancien maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a purgé une peine de six ans de prison pour des fraudes commises sur plusieurs années.