Des citoyens de Rosemont craignent de perdre l’accès à un terrain vague qu’ils verdissent et aménagent depuis maintenant trois ans. Le propriétaire des lieux a nivelé le terrain, samedi dernier, détruisant les aménagements installés par les habitants du quartier.

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

Le terrain – situé à l’angle de l’avenue Casgrain et de la rue de Bellechasse – était à l’abandon depuis quelques années quand des citoyens du quartier ont décidé de lui redonner vie en 2017.

« C’était un terrain sale, dangereux, indique Hélia Tremblay, résidante du quartier. On a décidé de le reprendre en l’occupant. On a mis des bacs, créé des aménagements, un jardin. » Des projections de films, des repas et des soirées étaient organisés sur les lieux.

En avril, le terrain avait été décrété « réserve foncière » par le conseil d’arrondissement dans le but d’en faire un parc. Cette mesure est utilisée par les municipalités afin de reprendre des lots qui appartiennent au secteur privé. La réserve foncière empêche la construction de bâtiments sur le terrain et priorise la Ville comme acheteur.

Malgré cette mesure, le terrain appartient toujours au propriétaire. « Ils l’occupent illégalement, ils n’ont jamais demandé à mon client d’utiliser le terrain », indique Franco Schiro, l’avocat du propriétaire, Albino Del Tedesco.

Ce dernier a décidé samedi dernier de niveler le terrain, détruisant ainsi les installations des citoyens. « On ne comprend pas pourquoi le proprio a décidé de faire ça puisque la Ville a déposé une réserve foncière : il ne peut pas construire », dit Hélia Tremblay.

Me Schiro explique que son client a agi ainsi pour des raisons de sécurité. « Il fallait niveler et nettoyer pour éviter que des gens se blessent, indique-t-il. Si jamais quelqu’un se blesse, mon client est responsable. »

Beaucoup ont réagi sur les réseaux sociaux après l’annonce du nivellement du terrain par le propriétaire. « Je trouve cette annonce si triste ! J’ai eu la chance et l’honneur de voir tous vos cœurs réunis autour de ce merveilleux projet… », a écrit Patsy Van Roost, artiste mieux connue sous le nom de fée du Mile End.

« Je suis désolée pour tous ceux qui ont contribué à ce beau projet », a indiqué Heather Perkins.

Le maire « scandalisé »

Le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François Croteau, s’est dit « scandalisé » de voir le terrain rasé. « Je pense que le propriétaire a agi par vengeance, indique M. Croteau. Il aurait pu agir de façon moins cavalière. »

L’élu municipal a hâte de transformer ce terrain en parc. « [Ce geste] nous motive à l’acquérir le plus rapidement. » Il espère que l’arrondissement pourra acheter le terrain d’ici deux ans.

Il reconnaît que les citoyens n’avaient pas la permission d’occuper l’endroit, mais considère que l’action du propriétaire était « inutile ». « [Occuper le terrain] était quelque chose de positif pour la communauté. Les citoyens ne faisaient rien qui réduisait la valeur du terrain ou nuisait aux activités personnelles du propriétaire », affirme M. Croteau.

L’avocat du propriétaire affirme, quant à lui, que des citoyens consommaient de l’alcool sur place et dérangeaient certains voisins.