Les services d’autobus du Réseau de transport de Longueuil (RTL) devront s’adapter aux impacts profonds de deux grands projets de transport qui vont bouleverser les habitudes de déplacement entre la Rive-Sud et Montréal au cours des prochaines années : la mise en service du Réseau express métropolitain (REM), à la fin de 2021, et le grand chantier de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, qui s’étendra jusqu’en 2024.

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

En plus de forcer le RTL à repenser sa mission dans l’axe de l’autoroute 10, où ses bus n’auront plus d’accès vers le centre-ville de Montréal, ces grands projets « vont aussi favoriser la modernisation d’une partie [du] réseau qu’on n’avait pas revue depuis 30 ans », indique le directeur général Michel Veilleux.

Ce soir, au restaurant L’Ancêtre de l’arrondissement de Saint-Hubert, le RTL reprendra ses consultations directes avec les usagers afin de les informer des importants changements à venir et de connaître leurs attentes en matière de desserte locale, sur le plan de la fréquence, des itinéraires ou des temps de parcours.

« Cette semaine, explique-t-il, nous allons rencontrer les usagers des arrondissements de Saint-Hubert et de Greenfield Park qui vont vivre des changements assez semblables à ceux de Brossard, où nous sommes allés en juin. »

Au lieu de traverser le fleuve Saint-Laurent et de se rendre jusqu’au terminus du centre-ville de Montréal, comme ils le font depuis les années 80, nos autobus vont se rabattre sur les trois stations du REM à Brossard.

Michel Veilleux, directeur général du Réseau de transport de Longueuil

Selon M. Veilleux, cette nouvelle mission première de rabattre la clientèle vers le réseau rapide du REM va permettre au RTL de redéployer ses circuits d’autobus pour tenter d’offrir des temps de déplacement locaux compétitifs par rapport à l’automobile. Les consultations, indique-t-il, permettront de mieux connaître, et de hiérarchiser, les attentes de la clientèle locale en matière de fréquence, de proximité ou de rapidité des services, à l’aide d’outils interactifs mis à la disposition des participants.

Deux territoires

Le territoire de l’agglomération de Longueuil, que couvre le RTL, est littéralement coupé en deux par la route 116, longée par une importante emprise ferroviaire du Canadien National (CN). Le train de banlieue de Mont-Saint-Hilaire dessert la Rive-Sud aux gares de Saint-Bruno, Longueuil–Saint-Hubert et Saint-Lambert, en empruntant cette voie ferrée.

À l’ouest de la route 116, les usagers des villes de Brossard et de Saint-Lambert ainsi que des arrondissements de Saint-Hubert et de Greenfield Park bénéficient de services d’autobus qui sont principalement orientés vers l’autoroute 10, dans l’axe du pont Samuel-De Champlain.

Avec la mise en service du REM et l’obligation d’y faire une correspondance, en direction de Montréal, plus du tiers des 23 000 usagers quotidiens du RTL, dans ces secteurs, pourraient voir leurs tarifs augmenter de manière substantielle en se voyant imposer un tarif métropolitain à l’entrée du REM.

Le RTL estime à plus de 8 000 le nombre d’usagers quotidiens du RTL qui se rendent jusqu’au centre-ville de Montréal en autobus en ne payant qu’un tarif de transport local.

Le passage d’un titre local à un titre de transport métropolitain représenterait, selon la grille tarifaire actuelle, une augmentation de presque 90 % de leurs coûts mensuels de transports collectifs.

Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine

Dans l’autre territoire de desserte du RTL, les préoccupations de la population sont loin du REM, géographiquement. Dans le Vieux-Longueuil, dans les secteurs de l’hôpital Pierre-Boucher et du cégep Édouard-Montpetit, ou encore dans la ville de Boucherville, plus à l’est, les services du RTL sont principalement orientés en direction du terminus de Longueuil et de la station de métro voisine, situés au pied du pont Jacques-Cartier.

La mise en service du REM n’aura donc pas d’impacts aussi profonds qu’à Brossard ou à Saint-Lambert. En matière de transports, dit Michel Veilleux, ce sont surtout les grands travaux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine qui suscitent le plus d’inquiétudes sur la Rive-Sud entre l’autoroute 20 et la route 116.

Le chantier doit débuter au printemps prochain. C’est toutefois en 2021 et en 2022 que les travaux devraient avoir des impacts significatifs sur la circulation entre les deux rives du Saint-Laurent. Une voie de circulation sur trois sera retranchée dans le tunnel dans chaque direction, et ce, durant au moins un an et demi.

Le 30 octobre prochain, explique le directeur général, le RTL sera à Boucherville pour écouter les attentes de ses usagers durant cette période de perturbations routières prolongées, et sonder les résidants sur leurs besoins en transports, en matière de destination ou de fréquence de passage des autobus.

Dans cette partie de l’agglomération, « les services n’ont pas besoin d’être transformés, juste modernisés. Ça fait très longtemps qu’on n’a pas revu nos corridors de services et nos lignes d’autobus dans cette partie du réseau ».

Le Réseau de transport de Longueuil en chiffres

3e société de transports collectifs au Québec

Budget (2019) : 191,4 millions
Nombre d’employés : 1 200
Population desservie : 426 379 personnes
Nombre de bus : 475

Services  

85 circuits ordinaires
1 circuit métropolitain
71 circuits scolaires
13 taxis collectifs
Taux de ponctualité (2018) : 85,8 %
Achalandage quotidien : plus de 100 000 déplacements
Achalandage annuel (2018) : 36,6 millions de déplacement