Tel que promis par la mairesse de Montréal en campagne électorale, la ville met le «pied sur l’accélérateur» pour développer des «autoroutes» pour vélos: les cinq premiers axes, qui seront aménagés d’ici 2021, ont été dévoilés lundi matin.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Ces voies cyclables, les premières de ce qui deviendra le Réseau Express Vélo (REV) de 184 kilomètres, visent à inciter plus de gens à se déplacer en pédalant, en leur promettant qu’ils pourront le faire de façon plus rapide et sécuritaire, a souligné la mairesse Valérie Plante.

«À l’heure actuelle, les déplacements en ville sont une source de stress pour tout le monde, tant pour les automobilistes et les cyclistes que les piétons, parce qu’il y a de plus en plus de gens qui se déplacent», a noté Mme Plante, insistant sur l’importance de donner à chaque mode de transport un espace sécuritaire.

Les nouvelles pistes seront plus larges, et unidirectionnelles. Au départ, la plupart seront délimitées par des bollards ou d’autres barrières physiques, avant que des bordures de béton s’ajoutent dans les prochaines années.

Pas assez rapide

Les défenseurs des intérêts des cyclistes, s’ils se disent satisfaits de ce premier pas, dénoncent le fait que le budget municipal dédié aux aménagements cyclables n’a pas augmenté depuis l’ère du maire Denis Coderre: il est resté de 15 millions par année, alors qu’il faudrait le double ou le triple pour tenir compte de la hausse du nombre de déplacements à vélo, font-ils valoir.

«Le principal problème, c’est qu’il n’y a pas d’échéancier pour le reste du réseau», déplore Suzanne Lareau, PDG de Vélo Québec. «Si on a été capable de construire le pont Champlain en trois ans, on devrait pouvoir réaliser le REV en moins de 20 ans, s’il-vous-plaît!»

L’un des premiers aménagements est une piste de 10 kilomètres sur les rues Saint-Denis, Lajeunesse et Berri, entre le centre-ville et le boulevard Gouin, qui nécessitera vraisemblablement de retrancher au moins une voie de circulation pour les véhicules moteurs.

Un second axe est prévu sur les rues Viger, Saint-Antoine et Saint-Jacques, pour relier l’avenue de Courcelles à la rue Berri.

Un autre empruntera l’avenue Souligny, dans l’est de Montréal, entre l’avenue Hector et la rue Dickson, un quatrième sera aménagé sur Peel, entre le boulevard de Maisonneuve et le jardin des écluses, et un cinquième suivra sur la rue Bellechasse, où la bande cyclable deviendra une piste permanente, entre le boulevard Saint-Laurent et la rue Châtelain.

À terme, le REV comprendra 17 axes, qui feront 184 kilomètres, majoritairement pour relier les secteurs où se déroulent la majorité des activités commerciales, industrielles et institutionnelles, de même que les principaux pôles de transport collectif.