Près d’une centaine de personnes ont marché dans l’avenue du Mont-Royal Est jeudi après-midi pour dénoncer la présence d’Airbnb dans les quartiers centraux de Montréal. Ils se sont arrêtés devant un logement loué via l’application, invitant les participants à y entrer.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Les manifestants, d’abord réunis devant le métro Mont-Royal, ont défilé en scandant des slogans. « Spéculateurs immobiliers, foutez le camp de notre quartier », « Quand Airbnb prospère, les locataires sont dans la misère », pouvait-on entendre. La marche était organisée par les Comités logement du Plateau Mont-Royal, de Rosemont, de Ville-Marie et de Villeray.

« Je n’ai jamais voulu louer mes logements par Airbnb, et encore moins maintenant », a dit à La Presse Aline Saffore, l’une des participantes. Propriétaire d’un qintuplex, elle a décidé de marcher après avoir reçu un dépliant sur la marche à la sortie du métro. « À la rigueur, si c’était plus des échanges [d’appartements] …, a-t-elle ajouté. Que ça se fasse n’est pas vraiment le problème, c’est comment ils redonnent à la société, la question des taxes et des impôts. »

Comme plusieurs, elle soulignait aussi le manque de logements pour les Montréalais. « Il y a beaucoup de panique, on est en crise du logement, on est en pénurie », a lancé de son côté Vicky Langevin, du Comité logement du Plateau Mont-Royal, l’une des organisatrices.

François Saillant, ancien porte-parole du FRAPRU maintenant à la retraite, a appelé le gouvernement provincial à agir. « Il y a une volonté de certains arrondissements, mais les moyens ne sont pas là, a dit l’auteur de Lutter pour un toit. Le gouvernement à Québec doit jouer un plus grand rôle. » Il prône une interdiction, ou, à tout le moins, une réglementation plus sévère, avec les moyens pour l’appliquer.

« Si les gens veulent venir ici, il y a des auberges de jeunesse, des bed and breakfast très abordables, il y a beaucoup d’autres avenues », a commenté Jean-Pierre Morin, du Comité de logement du Comité social Centre-Sud.

Comme plusieurs autres manifestants, il portait à la main une petite valise. La marche s’est arrêtée à trois endroits où des participants ont joué une petite saynète en personnifiant des touristes fraîchement débarqués à Montréal. Ils ont aussi apposé des autocollants, avec l’inscription : « Protégeons nos logements, interdisons Airbnb ».

La foule s’est finalement arrêtée devant quatre logements loués par Airbnb. Un homme et une femme, jouant un couple de touristes, sont entrés dans un des appartements, loué pour l’occasion par les organisateurs. De la fenêtre pendait une banderole : « Ici un Airbnb illégal ».

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

L’arrondissement du Plateau – Mont-Royal a adopté un règlement en décembre dernier, limitant l’exploitation de résidence de tourisme à deux secteurs commerciaux, soit Saint-Laurent, entre Sherbrooke et Mont-Royal, et Saint-Denis, entre Sherbrooke et Gilford.

Les organisateurs ont invité les manifestants à entrer, par petits groupes, dans le logis. Sur le trottoir, d’autres faisaient des décalques aux couleurs fluo avec le logo d’Airbnb, barré d’un X.