Un auvent dont les coûts explosent, une pénurie de bacs de recyclage, un contrat de 873 millions à Desjardins Assurances et des chantiers mis en veilleuse : tour d'horizon de l'actualité montréalaise.

Mis à jour le 15 déc. 2018
PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

La nouvelle marquise de la Plaza St-Hubert coûtera beaucoup plus cher que prévu. La Ville de Montréal s'apprête à accorder un contrat de 22 millions pour sa fabrication et son installation, soit un tiers de plus que ce qui avait été estimé.

Quatre entreprises ont participé à l'appel d'offres organisé cet automne. Bien que les soumissions aient été nettement plus onéreuses qu'anticipé, la métropole a décidé de confier le mandat à Eurovia Québec Grands Projets. 

Montréal explique l'écart de 32,2 % entre l'offre de l'entreprise et l'estimation par la soudaine flambée du prix de l'acier en 2018. En écartant ce facteur, la Ville calcule que l'écart ne serait plus que de 17 %, ce qu'elle juge « acceptable ». 

La nouvelle marquise recouvrira la rue Saint-Hubert entre les rues Jean-Talon et de Bellechasse. Une première portion doit être installée à l'été 2019 et la deuxième à l'été 2020. En plus de la structure d'acier, le contrat prévoit aussi l'éclairage de deux places publiques et de sept traverses piétonnes. 

Le contrat donne 180 jours à Eurovia pour fabriquer la marquise et 56 jours pour l'installer. Des pénalités de 5000 $ par jour pourront s'appliquer en cas de retard. Aucun boni n'est prévu.

Vite, des bacs !

La Ville de Montréal devra acheter beaucoup plus de bacs de recyclage que prévu. Un an à peine après avoir accordé un contrat pour en acheter 9000 sur cinq ans, la métropole a déjà épuisé ses stocks. Elle prévoit désormais acheter près de 48 000 autres bacs au cours des trois prochaines années. Coût de l'opération : 3 millions. La forte croissance immobilière des dernières années et le fait que de nombreux bacs achetés au début des années 2000 arrivent en fin de vie ont déjoué les prévisions de la Ville. Seulement durant les neuf premiers mois de 2018, les arrondissements en ont commandé tout près de 10 000, ce qui a forcé la métropole à commander un nouveau lot. L'an dernier, Montréal prévoyait acheter 1800 bacs par an. La métropole cible désormais l'achat de près de 16 000 contenants par an. « Les quantités réelles de bacs roulants livrées en 2018 ont largement dépassé les quantités prévues à l'entente initiale de 60 mois », constate la Ville. La nouvelle commande prévoit ainsi l'achat de 30 000 bacs de 360 L (59 $ l'unité), 15 500 de 240 L (51 $ l'unité) et 2150 de 120 L (36 $ l'unité).

Contrat majeur pour Desjardins

Desjardins Assurances vient de recruter un client majeur : la Ville de Montréal a décidé de lui confier la gestion de l'ensemble de ses régimes d'assurances jusqu'en 2028, un contrat de 873 millions. La métropole utilisait les services de la SSQ depuis 2008, mais puisque son mandat arrivait à échéance à la fin de 2018, Montréal a lancé un appel d'offres l'hiver dernier pour renouveler les assurances qu'elle offre à ses employés, ses cadres et ses élus. Étant donné qu'un seul assureur s'est manifesté, il avait été décidé d'annuler le processus et de reprendre le tout à l'été. SSQ et Desjardins ont soumis une offre. Et bien que celle de la SSQ fût légèrement inférieure (872 millions), l'assureur a obtenu un moins bon pointage de la part du comité chargé d'évaluer les fournisseurs. La grille d'analyse indique que Montréal a notamment jugé que Desjardins offrait un meilleur service à la clientèle et une meilleure gestion des médicaments. Comme la décision s'est prise au fil du rasoir, c'est toutefois la rencontre des soumissionnaires avec les fonctionnaires qui a fait pencher la balance : le comité a accordé 0,5 point (sur 100) de plus à Desjardins, ce qui lui a permis de ravir la mise. Puisque le contrat de Desjardins ne débutera qu'en juillet 2019, Montréal devra aussi verser 42,5 millions à la SSQ pour prolonger sa couverture jusqu'à cette date.