Source ID:ec87185953ee385bb7005a47e458f605; App Source:StoryBuilder

Transports en commun: vers une refonte complète de la grille tarifaire

La facture pour utiliser les transports en commun sera revue de fond en comble alors que l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) doit simplifier la grille tarifaire d'ici la fin de 2019.

Payer selon la distance parcourue ? Un billet plus cher pour monter à bord du métro plutôt que de l'autobus ? Un supplément pour se déplacer aux heures de pointe ? Un sondage en cours en dit long sur les solutions à l'étude pour financer les transports en commun dans la grande région de Montréal.

REVOIR LA TARIFICATION

À sa création, l'ARTM a reçu l'ambitieux mandat de simplifier la tarification des transports en commun dans la région de Montréal. Le défi est de taille puisqu'il y a actuellement 789 tarifs différents en vigueur, la grille tarifaire tenant sur 37 pages. Or la question est névralgique, les tarifs représentant la principale source de revenus des transports en commun dans la région (862 millions). Un sondage mené actuellement par la firme Léger donne quelques idées des solutions sur la table.

GRANDS MODÈLES

Pour y arriver, l'ARTM dit avoir étudié les modèles de plusieurs villes, dont Vancouver, Barcelone, Paris, Londres et Chicago. Le sondage mené en ligne actuellement cherche justement à tester l'ouverture à différentes solutions. Une consultation publique doit également avoir lieu en 2019. La nouvelle grille tarifaire est attendue d'ici la fin de la prochaine année et devrait graduellement entrer en vigueur à partir de 2020, jusqu'en 2022, afin de coïncider avec l'entrée en service du Réseau express métropolitain.

FACTURATION SELON LA DISTANCE

L'ARTM envisage de revoir la tarification en fonction des zones géographiques telle qu'on la connaît. Actuellement, un titre donnant accès aux trains de banlieue, aux autobus et au métro coûte annuellement 1078 $ en zone 1 (coeur de Montréal) et grimpe jusqu'à 2948 $ en zone 8 (Saint-Hyacinthe, Saint-Jérôme). L'Autorité cherche à connaître l'opinion des citoyens sur une variante de ce système en étudiant la possibilité de faire payer selon la distance parcourue. La région de Vancouver a récemment annoncé qu'elle empruntait ce virage, mettant de côté son système de zones géographiques pour le SkyTrain.

SUPPLÉMENT AUX HEURES DE POINTE

L'achalandage étant important à certains moments de la journée - parlez-en aux usagers matinaux de la ligne orange -, l'ARTM étudie la possibilité de faire varier le prix d'un passage en fonction de l'heure. Ainsi, prendre le métro pourrait coûter plus cher aux heures de pointe pour encourager davantage d'usagers à décaler leurs horaires. C'est ce qu'a fait il y a plusieurs années la Ville de Londres, au Royaume-Uni. Prendre le Tube hors pointe coûte 2,50 $, contre 5,70 $ aux heures de pointe.

L'AUTOBUS MOINS CHER ?

Le mode de déplacement pourrait aussi influencer la facture. Le sondage de l'ARTM évalue ainsi la possibilité de faire payer les usagers selon le moyen de transport emprunté. À Londres, par exemple, prendre le métro coûte deux fois plus cher que prendre l'autobus. L'Autorité veut aussi connaître l'opinion des gens sur la possibilité de moduler les tarifs selon la fréquence de service. Ainsi, monter à bord d'un autobus sur une ligne à basse fréquence, passant toutes les 30 minutes, pourrait coûter moins cher que d'emprunter un bus passant toutes les 5 minutes. Autre approche similaire, l'ARTM pourrait facturer moins cher l'utilisation des lignes ordinaires et plus cher celle des lignes directes ou express. C'est le cas à Toronto où les usagers doivent verser 3,25 $ de plus par passage pour emprunter les lignes express desservant le centre-ville.

RÉCOMPENSER L'ASSIDUITÉ

Afin d'encourager les gens à adopter les transports en commun comme principal mode de déplacement, l'ARTM se questionne sur l'intérêt d'offrir des économies aux usagers réguliers, comme c'est actuellement le cas. Les titres achetés à l'avance pourraient aussi coûter moins cher, et les usagers réguliers pourraient avoir droit à des rabais. Ces réflexions n'empêchent pas l'ARTM d'étudier la possibilité de facturer à la fin du mois selon l'utilisation. Cette façon de faire irait à l'inverse du système actuel qui demande de payer avant de monter à bord.

ET LA TARIFICATION SOCIALE ?

L'ARTM s'intéresse aussi à la tarification sociale, une promesse de campagne de la mairesse Valérie Plante. Le coup de sonde servirait ainsi à déterminer les personnes qui devraient être admissibles à des réductions. Les sondés sont invités à dire s'ils appuient l'idée d'offrir un tarif réduit aux personnes à faible revenu, aux chômeurs, aux gens souffrant d'une invalidité, aux étudiants, aux aînés ou aux familles.

- Avec Bruno Bisson, La Presse




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer