La Ville de Saint-Lambert présentera ce soir à sa population les mesures adoptées de concert avec Montréal pour gérer les problèmes de bruit provenant du parc Jean-Drapeau. Ce sera également l'occasion pour l'organisme Silence Saint-Lambert de présenter ses demandes, dont la suspension immédiate des travaux de l'amphithéâtre, jusqu'à l'obtention d'un certificat d'autorisation en matière de pollution sonore.

Publié le 28 juin 2018
Kathleen Lévesque LA PRESSE

C'est là l'une des quatre demandes de Silence Saint-Lambert qui estime que le bruit émanant des événements présentés au parc Jean-Drapeau est devenu « intolérable ». « Les familles de Silence Saint-Lambert demandent de pouvoir vivre dans un environnement sain qui leur permette de se reposer les fins de semaine, dormir le soir, dîner dehors sans avoir à supporter le bruit », explique-t-on dans un communiqué.

L'organisme rappelle que le nombre d'activités au parc Jean-Drapeau est passé de 30 en 2011 à 80 en 2018. « Les systèmes de sonorisation sont devenus tellement performants qu'ils émettent aujourd'hui à des volumes sonores et dans des gammes de fréquences impensables auparavant (notamment basses et hyper-basses fréquences). Ces basses fréquences se propagent bien plus loin que les fréquences audibles normales, et pénètrent à l'intérieur des habitations », note-t-on.

Silence Saint-Lambert réclame également la réduction des émissions de contaminant sonore, l'adoption d'un système de crédits bruits (comme les crédits carbone) ainsi qu'un accord durable assorti de pénalités financières dès janvier prochain.  

La semaine dernière, les représentants des villes de Montréal et Saint-Lambert sont arrivés à une entente qui consiste à installer trois nouveaux appareils mesurant en temps réel le son provenant des événements. Les résultats doivent permettre d'établir un plafond sonore pour l'année prochaine.

De plus, deux comités ont été créés, l'un technique et l'autre pour trouver des solutions de cohabitation entre promoteurs et citoyens.

Le détail de l'entente sera présenté lors d'une assemblée publique à laquelle participeront le nouveau maire de Saint-Lambert et des représentants de la nouvelle administration montréalaise.

En 2015, la Ville de Saint-Lambert a déposé une poursuite contre Montréal (administration de Denis Coderre), qui est maintenue jusqu'à présent.