Source ID:; App Source:
Exclusif

Trois promoteurs poursuivis pour mauvaise foi

L'ancien couvent du boulevard Saint-Joseph est zoné communautaire... (Photo: Sarah Mongeau-Birkett, La Presse)

Agrandir

L'ancien couvent du boulevard Saint-Joseph est zoné communautaire et religieux, ce qui empêche de le transformer en condos sans violer la réglementation municipale, affirme la Ville, qui poursuit six copropriétaires.

Photo: Sarah Mongeau-Birkett, La Presse

Montréal vient de lancer une poursuite contre des promoteurs immobiliers soupçonnés d'avoir créé de toutes pièces une congrégation religieuse fictive afin de transformer un ancien couvent en condominiums de luxe.

La Ville s'appuie sur des rapports d'inspection municipale - obtenus par La Presse - qui accréditent cette thèse. Les fonctionnaires de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal ont découvert - et photographié - des oeuvres d'art suggestives, un «théâtre de marionnettes» et des jouets d'enfants dans le «monastère».

Le bâtiment au centre de l'affaire est zoné communautaire et religieux, ce qui empêche de le transformer en condos sans violer la réglementation municipale. La poursuite de la Ville de Montréal vise six copropriétaires de l'édifice. Le document les enjoint de cesser d'y résider et de respecter le zonage.

La congrégation Les yeux du coeur a été créée en janvier dernier par trois jeunes hommes d'affaires, aussi propriétaires d'un bar, d'un centre de conditionnement physique et d'une agence de placement de personnel. Il s'agit de Guillaume Drapeau, Christian Hébert et Gabriel Boisjoly. Tous trois sont administrateurs de la congrégation. MM. Drapeau et Boisjoly possèdent des unités dans l'immeuble.

En mars dernier, M. Drapeau a assuré à La Presse qu'il était lui-même un religieux, que le bâtiment au centre de l'affaire est un monastère et qu'il n'y voyait aucune contradiction avec le fait de gérer un bar. Rencontré la semaine dernière, M. Drapeau n'a pas voulu discuter avec La Presse.

Les inspecteurs de l'arrondissement, eux, sont convaincus que cette histoire ne tient pas debout. «Suite [aux] visites des inspecteurs il ne s'agit pas d'un couvent, mais de logements. Un par étage. Les inspecteurs des finances ont aussi fait le même constat», écrivent-ils dans un rapport d'inspection obtenu par La Presse. Aucun lit en vue, toutefois.

Quelques semaines auparavant, ils ont bien constaté «des objets religieux [orgue, cierges, statues] qui sont entreposés dans le salon», mais le tout est bien «aménagé comme un logement» où semblent d'ailleurs habiter des enfants.

Un site internet touffu a récemment été mis en ligne pour faire la promotion des activités religieuses de la congrégation Les yeux du coeur.

«Contribuer au bien-être de ses membres et de la communauté.»

«La congrégation Les yeux du coeur est un mouvement qui a comme principal objectif de promouvoir de forts principes tels le partage, l'entraide, la charité, le respect, la générosité et la créativité, assure le site. Le but premier de cette organisation est de contribuer au bien-être de ses membres et de la communauté en général.»

Des rencontres hebdomadaires ouvertes au public sont annoncées les dimanches et mercredis soir. Lors du passage de La Presse, notre interlocuteur à l'interphone du bâtiment a raccroché subitement lorsque nous avons indiqué nous être déplacé pour assister à une rencontre spirituelle.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer