(Savannah) Une baleine noire de l’Atlantique Nord âgée de quelques jours repérée au large des côtes de la Géorgie souffrait de lacérations profondes de chaque côté de la tête, déplorent les écologistes qui surveillent de près la côte sud-est des États-Unis pendant l’hiver pour recenser les naissances parmi les espèces en danger critique d’extinction.

Russ Bynum
Associated Press

Les entailles en forme de « S », espacées d’environ 60 cm, ont probablement été causées par l’hélice d’un bateau de pêche ou d’un autre navire, a déclaré Barb Zoodsma, qui supervise le programme de rétablissement de la baleine noire dans le sud-est des États-Unis pour l’Agence américaine des pêcheries et de la faune marine. Elle estime que le baleineau, qui mesure de 3 à 4,5 mètres de long, est âgé d’environ une semaine.

Mme Zoodsma a admis jeudi que l’on ne pourrait probablement rien faire pour soigner le baleineau. Dans certains cas, les écologistes ont pu injecter des antibiotiques à des baleines noires blessées à l’aide d’aiguilles tirées d’un pistolet à air, a-t-elle expliqué. Mais cette technique est conçue pour être utilisée sur de grands adultes, pas sur des nouveau-nés.

Les scientifiques estiment qu’il n’existe plus actuellement qu’environ 450 baleines noires de l’Atlantique Nord. Chaque hiver, les femelles migrent vers le sud pour mettre bas dans les eaux peu profondes et plus chaudes de l’Atlantique au large de la Géorgie et de la Floride.

La mortalité des baleines noires a dépassé les naissances ces dernières années, ce qui inquiète les chercheurs quant aux perspectives de survie de l’espèce. Sept baleineaux ont été enregistrés l’hiver dernier lors de vols d’observation quotidiens au large de la Géorgie et de la Floride. Au moins 10 baleines noires ont été retrouvées mortes en 2019 dans les eaux canadiennes et américaines.

Le baleineau blessé est le quatrième repéré depuis la mi-décembre. Selon Mme Zoodsma, les photos montrent qu’une lacération a laissé un lambeau de peau lâche sur la tête du baleineau, qui serait difficile à guérir. Le nouveau-né a également subi une coupure à la bouche qui, selon Mme Zoodsma, pourrait nuire à sa capacité de téter le lait maternel.