(Calgary) L’entreprise X-Site Energy Services « regrette profondément la douleur causée » par l’autocollant portant son logo sous une caricature sexuellement suggestive qui semble représenter la militante suédoise de 17 ans Greta Thunberg.

La Presse canadienne

Dans un communiqué publié sur son site internet, l’entreprise albertaine reconnaît qu’il ne suffit pas de s’excuser pour cette image qui a soulevé un tollé d’indignation en ligne la semaine dernière. La société affirme qu’elle s’est engagée à récupérer et à détruire tous les autocollants qu’elle a distribués et espère que tout le monde cessera de partager l’image controversée.

X-Site Energy Services ajoute que la direction assume l’entière responsabilité de ce geste et que des changements ont été apportés dans l’organisation. L’entreprise indique également qu’elle a l’intention d’organiser des séances sur le respect en milieu de travail pour l’ensemble de son personnel.

Un appel à Doug Sparrow, qui était présenté comme le directeur général de X-Site la semaine dernière, n’a pas donné de résultats.

Sur l’autocollant en noir et blanc, on voit le dos nu d’une femme avec des mains qui tirent sur ses tresses. Sous le dessin, on peut lire le nom « Greta » et le logo de X-Site Energy Services. La Gendarmerie royale du Canada a conclu que l’autocollant ne constitue pas de la pornographie juvénile.

Greta Thunberg a écrit sur son fil Twitter que l’industrie des hydrocarbures « commence à devenir de plus en plus désespérée », ce qui prouve que les militants de la lutte contre les changements climatiques sont en train de gagner la partie.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, la ministre de la Condition féminine, Leela Aheer, et des politiciens de toutes allégeances ont dénoncé l’autocollant.