(Québec) La Fédération autonome de l’enseignement s’est entendue avec Québec sur le renouvellement de la convention collective touchant ses 49 000 enseignants.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

L’entente touche non seulement les questions sectorielles, donc ayant trait aux conditions de travail, mais aussi les questions intersectorielles, donc les salaires, a confirmé l’organisation syndicale, jeudi.

Jointe au téléphone, la FAE a refusé de parler d’entente de principe ; elle utilise le terme de « proposition globale de règlement ». Mais elle confirme que tant les salaires que les conditions de travail en font l’objet.

Comme c’est le cas pour une entente de principe, cette « proposition globale de règlement » devra d’abord être soumise à une instance intermédiaire, le Conseil fédératif de négociation.

Cette instance réunit des délégués provenant des neuf syndicats de la FAE, dont l’imposante Alliance des professeurs de Montréal.

C’est ce Conseil fédératif qui décidera si cette proposition sera recommandée aux membres de la FAE, qui se prononceraient par la suite. Il s’est d’ailleurs réuni jeudi toute la journée et continuera ses délibérations vendredi.

Le président de la FAE, Sylvain Mallette, n’a pas voulu accorder d’entrevue pour le moment.

Depuis plusieurs semaines, la FAE s’affaire à consulter ses membres sur un mandat de grève générale illimitée, à être exercé à compter du 31 mai.

La FAE regroupe 49 000 enseignants des niveaux primaire, secondaire et de la formation professionnelle. Elle est un regroupement indépendant des grandes centrales.

Pas encore d’entente à la FSE-CSQ

C’est toutefois la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE), affiliée à la CSQ, qui représente le plus grand nombre d’enseignants des niveaux primaire et secondaire. Elle négocie pour 73 000 d’entre eux, francophones et anglophones.

La FSE n’a pas encore conclu d’entente avec Québec, mais les négociations ont enregistré des progrès.

« Nous sommes toujours en négociation. Ce qui est sur la table est insuffisant pour nous et ne nous permet pas d’atteindre nos objectifs et les priorités établies par nos enseignants, qui veulent avoir des améliorations significatives dans leur quotidien », a commenté la fédération syndicale, jointe jeudi.

D’autres ententes de principe

La FAE est la seconde organisation du secteur public à conclure une entente au moins partielle avec Québec.

La Fédération interprofessionnelle de la santé, la FIQ, a déjà conclu une entente de principe sur les conditions de travail de ses 76 000 membres infirmières, infirmières auxiliaires et autres.

Cette entente, qui prévoit la création de postes permanents et la réduction des heures supplémentaires obligatoires, n’est toutefois pas encore entrée en vigueur, puisque l’entente de la FIQ n’est pas complète. La FIQ n’est pas encore parvenue à s’entendre avec Québec sur les questions intersectorielles, comme les salaires, qu’elle négocie d’ailleurs en alliance avec l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux).