Exaspérés et inquiets de l’absence d’enseignant titulaire, depuis deux mois, dans la classe de 5e année de leurs enfants, des parents du quartier Ahuntsic, à Montréal, songent à les retirer de l’école pour leur enseigner à la maison. À cause de la pénurie d’enseignants, 29 classes n’ont pas de titulaire à la Commission scolaire de Montréal, la plus grande au Québec.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

« On est comme des chiens errants qui ne trouvent pas leur maître. »

C’est ainsi que Raphaël Chaput-Lemire, 10 ans, décrit sa situation et celle de ses camarades de classe. Ils ont vu défiler une dizaine de remplaçants depuis que leur enseignante est partie en congé de maladie, le 25 novembre.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a du mal à trouver un enseignant suppléant à long terme pour cette classe de 5e année, à l’école Saint-Paul-de-la-Croix, dans le quartier Ahuntsic.

Jeudi, la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, a affirmé en entrevue qu’on venait tout juste de trouver une remplaçante, qui doit entrer en poste lundi, pour toute la durée de l’absence de l’enseignante titulaire.

Mais les parents n’osent pas se réjouir trop vite, puisqu’on leur a déjà dit la même chose en début de semaine, mais l’enseignant est parti après seulement deux jours, « pour des raisons administratives », a expliqué la direction.

Démotivation

Plusieurs jeunes élèves souffrent de cette absence de stabilité. Ils sont démotivés, anxieux.

« Je n’ai plus le goût d’aller à l’école. Je suis stressé, j’ai peur de rater mon année. Je dois travailler avec ma mère à la maison parce qu’on n’apprend presque rien en classe », explique Raphaël, la mine déconfite, en caressant le gros chien de la famille.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Raphaël Chaput-Lemire et sa mère, Catherine Lemire

Il avoue avoir pleuré quand il a su que le dernier enseignant, qui avait enthousiasmé les élèves, ne reviendrait pas. Les élèves se sont d’ailleurs présentés en groupe au bureau de la directrice pour faire connaître leur désarroi.

« Je suis découragée et préoccupée, on est en train d’hypothéquer nos jeunes », renchérit la mère de Raphaël, Catherine Lemire. 

Ils n’ont pas eu un seul examen depuis novembre. Ils n’ont pas de devoirs ni de leçons. Qu’est-ce qu’ils vont avoir comme notes sur leur prochain bulletin ? Et comment vont-ils récupérer le temps perdu, pour voir la matière ?

Catherine Lemire

Selon les informations des parents, les élèves font peu d’apprentissage en classe. Dans un courriel, la direction leur a même demandé s’ils étaient disponibles pour venir animer des ateliers en classe, pour occuper les jeunes.

Enseignement à la maison

En raison de ces inquiétudes, Mme Lemire songe à « déscolariser » son fils.

Cette semaine, elle l’a gardé à la maison une journée pour le faire travailler en histoire et géographie.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Elle a aussi publié sur Facebook une annonce pour trouver quelqu’un qui pourrait enseigner les mathématiques à domicile, même s’il s’agit d’une solution coûteuse.

La mère d’un autre élève de la classe, Maria-Josée Vargas, s’est jointe à elle pour embaucher une enseignante, employée dans une autre école, qui fera travailler les jeunes à leur retour à la maison.

Après quelques tests, cette enseignante leur a confirmé que leurs fils étaient en retard dans leurs apprentissages en mathématiques.

« C’est très démotivant pour les élèves de ne jamais savoir qui sera devant la classe à chaque journée d’école. Mon fils m’a dit : “T’as pas idée, maman, à quel point c’est plate de ne rien apprendre” », raconte Mme Vargas.

Nous sommes désemparés et inquiets du manque de stabilité pour nos enfants.

Maria-Josée Vargas

Les deux mères soulignent que les notes de 5e année sont importantes pour les examens d’admission au secondaire, dans les programmes particuliers ou les écoles privées.

Des cas similaires

La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, espère que les parents des élèves de 5e année de l’école Saint-Paul-de-la-Croix seront rassurés de savoir qu’une nouvelle enseignante arrive lundi. « On espère que cette fois-ci sera la bonne », dit-elle.

Mais cette situation est loin d’être unique. Dans la plus importante commission scolaire du Québec, 28 autres classes sont dans la même situation, dont 15 en adaptation scolaire, le programme réservé aux élèves ayant des troubles d’apprentissage. En novembre dernier, on parlait d’environ 70 classes.

Nous sommes conscients de ce que ça représente pour les élèves et les parents. On ne voudrait faire vivre ça à personne. Toute l’école s’est mobilisée pour soutenir les élèves et on va s’assurer qu’ils aient tous les acquis nécessaires.

Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

Elle rappelle que toutes les commissions scolaires sont aux prises avec une pénurie d’enseignants depuis deux ans, et qu’elles se démènent quotidiennement pour accélérer le recrutement et trouver des solutions.

Selon Catherine Harel Bourdon, la responsabilité première de cette situation incombe cependant au ministère de l’Éducation, qui n’a pas tenu compte des besoins à venir, et qui devrait valoriser la profession enseignante et faciliter l’embauche à l’étranger.

« Je suis épatée de voir qu’on n’a pas été capable, au gouvernement du Québec, d’analyser la croissance démographique, avec les naissances et l’immigration, avec les données sur les retraites, sur les congés de maternité, les congés de maladie, et qu’on se retrouve au cœur du problème. Et qu’en plus, on nous ajoute des maternelles 4 ans ! », déplore-t-elle.

En chiffres

• 889 000
Nombre d’élèves dans les écoles publiques du Québec (préscolaire, primaire et secondaire) en 2016-2017

• 1,01 million
Prévisions démographiques du ministère de l’Éducation pour 2029-2030

• 29 %
Croissance attendue pour les trois commissions scolaires francophones de Montréal. Le nombre d’élèves passera de 150 680 en 2016-2017 à 192 366 en 2029-2030.

• 5932
Nombre d’étudiants inscrits au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire au Québec en 2018, contre 6696 en 2015

Source : système de gestion des données sur l’effectif universitaire, ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur