Un récent rapport de Statistique Canada confirme ce qui était connu depuis longtemps : les enfants d’immigrants affichent généralement un niveau de scolarité supérieur à celui des Canadiens de souche. La grande surprise, c’est l’écart parfois très important constaté, selon la région d’origine sur la planète.

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Des résultats étonnants

À partir des données des recensements de 2006 et de 2016, l’auteur du rapport, Martin Turcotte, a étudié les résultats d’une cohorte de jeunes issus de l’immigration qui étaient âgés de 9 à 17 ans en 2006. On a comparé ces résultats avec ceux d’enfants dont les parents sont nés au Canada. Les résultats sont parfois étonnants. En moyenne, les enfants issus de l’immigration obtiennent un diplôme d’études universitaires dans une proportion de 43 %, contrairement à 29 % pour les enfants canadiens de troisième génération, ce qui représente un écart de 14 points de pourcentage. Parmi les 15 régions répertoriées par Statistique Canada, seulement 5 régions affichent des statistiques inférieures à celles des Canadiens de troisième génération en ce qui a trait à l’obtention d’un diplôme universitaire. C’est l’Asie de l’Est qui mène le bal avec 67 %, suivie de l’Asie du Sud (56 %) et de l’Afrique du Nord (52 %).

Une population « motivée et ambitieuse »

« Bon nombre des raisons exactes pour lesquelles les enfants issus de l’immigration fréquentent l’université et y obtiennent des diplômes plus fréquemment restent, pour le moment, à préciser », signale l’auteur du rapport, Martin Turcotte. « L’une des hypothèses les plus répandues pour expliquer ces écarts persistants repose sur le rôle et l’influence déterminants des parents issus de l’immigration, c’est-à-dire les immigrants eux-mêmes. Selon de nombreux auteurs, les immigrants forment, par définition, une population motivée et ambitieuse ; lorsqu’ils décident de quitter leur pays, ils envisagent la possibilité d’une vie meilleure pour eux, mais surtout pour leurs enfants. Et cette vie meilleure passe souvent par la réussite scolaire de leurs enfants. »

Revenus inférieurs malgré tout

Les enfants issus de l’immigration ont-ils de meilleurs emplois ? La réponse n’est pas si simple. Certaines régions, comme l’Afrique du Nord, l’Asie de l’Ouest, les Antilles et Bermudes, et l’Afrique subsaharienne présentent des taux d’emploi inférieurs à celui des jeunes adultes de parents nés au Canada. Quant au revenu, celui des femmes issues de l’immigration est semblable à celui des femmes dont les parents sont nés au Canada. Du côté des hommes cependant, les revenus sont généralement inférieurs à ceux des Canadiens de troisième génération.

L’influence des parents

De façon générale, les enfants de parents qui ont un niveau de scolarité faible auront eux aussi un niveau de scolarité faible. Mais le rapport conclut que cette variable a moins d’importance chez les enfants issus de l’immigration. « Lorsque les parents étaient relativement peu instruits, les enfants issus de l’immigration surpassaient de loin les enfants de parents nés au Canada en matière de taux de diplomation universitaire », signale le rapport Résultats en éducation et sur le marché du travail des enfants issus de l’immigration selon leur région d’origine.

> Lisez le rapport de Statistique Canada