Une école de la région de l’Outaouais a entrepris de séparer les élèves de 5e année en fonction de leur sexe. Une décision qui soulève des questions sur la mixité à l’école et les stéréotypes qui ont parfois la vie dure.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Depuis septembre, les élèves de 5e année de l’école Cheval-Blanc, à Gatineau, fréquentent deux classes distinctes selon leur genre. Dans une chronique du Droit publiée la semaine dernière, les enseignantes titulaires de ces classes expliquent notamment que la classe de garçons fera « plus de robotique, de techno, de programmation », tandis que dans celle des filles, les sciences seront plus axées « sur les plantes, le jardinage ».

Qu’est-ce qui a motivé l’école primaire à se lancer dans une telle aventure ? Lundi, nos demandes d’entrevue ont été refusées par la commission scolaire des Draveurs, qui « considère que tout a été dit dans la chronique […] de M. Patrick Duquette du journal Le Droit ». La commission scolaire nous a toutefois écrit qu’il s’agissait d’un projet « conçu par l’équipe-école du Cheval-Blanc ».

Les classes non mixtes dans les écoles québécoises sont généralement le fait d’initiatives d’enseignants ou de directions d’école, note Roch Chouinard, professeur à la faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal.

Ce n’est rien de très concerté. Une fois de temps en temps, il y a une école qui tente cette idée-là.

Roch Chouinard, professeur à la faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, à propos des classes non mixtes

Seulement, ajoute-t-il, rien dans la recherche n’indique que ce soit bénéfique de séparer les garçons des filles, ni de les mettre ensemble.

« J’en conclus que ça n’a pas un effet sur les variables étudiées la plupart du temps, soit le rendement scolaire et la prévention du décrochage, par exemple », dit Roch Chouinard, qui précise toutefois que la motivation des enseignants influe sur celle des élèves, ce qui pourrait jouer dans ce cas-ci.

En 2008, une école primaire de Louiseville avait tenté une expérience semblable avec ses classes de 6e année. « C’était l’initiative d’une direction d’école qui y croyait à l’époque », dit Anne-Marie Bellerose, responsable des communications de la commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Le projet a duré un an, mais n’a pas fait de petits dans la commission scolaire. « Ça n’a jamais été dans les cartons de pousser cette initiative-là », poursuit Anne-Marie Bellerose. Aujourd’hui, toutes les classes de cette commission scolaire sont mixtes.

Des « stéréotypes sexistes »

Citées dans l’article du Droit, les enseignantes font observer que les filles ont moins d’intérêt pour les mathématiques.

Cette affirmation fait sursauter Anne Roy, professeure en didactique des mathématiques à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

« C’est là où je ne suis pas d’accord. Il faut travailler avec les intérêts de chacun, on ne peut pas faire de généralisation, chaque personne est différente », dit-elle.

Peut-être que plusieurs filles sont pareilles, plusieurs garçons sont pareils, mais en disant « tous les garçons » ou « toutes les filles », on favorise les stéréotypes et on n’améliore pas la situation.

Anne Roy, professeure en didactique des mathématiques à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Un avis partagé par Roch Chouinard, qui relève que dans l’article du Droit, les enseignantes notent que les garçons aiment moins écrire que les filles. « Un gars, tu lui dis : un ballon est rouge, il est rouge, et ça finit là. Alors que les filles vont pouvoir écrire une page complète sur le ballon rouge ! », a déclaré une enseignante de l’école du Cheval-Blanc au quotidien.

« Ça, c’est fatigant, parce qu’on travaille à multiplier des stéréotypes sexistes quand on ne fait pas attention à ces approches-là. Je préfère une approche où on laisse les enfants se situer », dit le professeur.

Il faut éviter de faire entrer les enfants dans des boîtes selon leur genre. « Il faut donner aux enfants des choix, des activités variées, des sujets variés. Laissez-les développer leurs intérêts à partir de ce qu’ils vont avoir expérimenté, pas décider à leur place », poursuit Roch Chouinard.

Il peut y avoir des avantages à créer sporadiquement des activités spécialement destinées aux garçons ou aux filles, note Anne Roy, mais la non-mixité ne doit pas devenir « la solution » aux problèmes scolaires des garçons ou des filles. « La mixité scolaire est nécessaire pour que les garçons et les filles apprennent à vivre ensemble », conclut la professeure.

« Une iniquité réglée »

Au cours des dernières années, plusieurs établissements privés de la province ont abandonné la non-mixité dans leurs classes pour des questions principalement économiques. C’est le cas de l’École des Ursulines de Québec, où à la 380e rentrée scolaire cette année, les garçons et les filles ont pour la première fois été assis côte à côte. « Il y a un aspect économique, mais aussi social », note Jacques Ménard, directeur général de l’établissement. Jusqu’à l’an dernier, les filles n’avaient « pas la possibilité » d’aller faire une concentration en sports, tandis que les garçons ne pouvaient s’inscrire dans les concentrations en anglais ou en littérature. « C’est une iniquité qu’on a réglée », dit Jacques Ménard.