La Commission scolaire de Montréal (CSDM) demande l'ajout de plus d'une centaine de brigadiers scolaires autour des écoles. Elle réclame également que les traverses soient actives aussi lors des journées pédagogiques.

PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

Malgré l'exode des jeunes familles de Montréal vers la banlieue, le nombre d'élèves dans les écoles de Montréal augmente rapidement. Depuis 10 ans, la principale commission scolaire de l'île a vu sa fréquentation augmenter de 22 %, soit plus de 9000 élèves supplémentaires. La hausse est particulièrement marquée dans certains quartiers, comme Mercier où l'on recense 62 % plus de jeunes. La CSDM compte désormais 59 écoles de plus de 400 élèves, contre seulement 27 il y a 10 ans.

Mais malgré cette hausse, le nombre de brigadiers n'a pas augmenté depuis 20 ans. Après avoir mené un sondage auprès de ses directions d'école, la CSDM en vient à la conclusion que le nombre de brigadiers devrait être majoré de 22 %. Elle en a officiellement fait la recommandation ce soir à la consultation menée sur la sécurité autour des écoles organisée à l'hôtel de ville.

Le SPVM opérant 521 traverses autour des écoles, cela représenterait l'ajout de 115 préposés.

La Commission scolaire note que la circulation automobile augmente rapidement autour des écoles, des rues locales étant parfois aussi achalandées que des artères principales. « De nombreux parents privilégient de plus en plus l'automobile comme mode de déplacement sécuritaire vers l'école, ce qui ne contribue en rien à réduire le flux d'automobiles sur les voies publiques. Cette tendance nous entraîne dans un cercle vicieux dont il devient de plus en plus difficile de sortir », note la CSDM.

Pour les journées pédagogiques, la CSDM souligne que la majorité des élèves se rend à l'école bien que les classes soient suspendues, participant aux activités organisées ou allant au service de garde. De plus, les congés dans les écoles francophones et anglophones peuvent différer. « Durant l'année scolaire, les brigadiers devraient être présents cinq jours par semaine », plaide la CSDM.

Le coup de sonde mené auprès des directions d'écoles a également révélé que les horaires de certains brigadiers n'étaient pas arrimés avec ceux des établissements qu'ils desservent. La CSDM recommande que le SPVM consulte les écoles pour s'assurer que les brigadiers soient présents aux heures névralgiques.

Parmi les autres recommandations, la CSDM suggère de limiter la circulation des véhicules lourds aux heures d'arrivées et de départs des élèves. Cette demande couvre tant la cueillette des ordures que les opérations de déneigement ou les livraisons.

La mairesse a salué la tenue de la consultation sur la sécurité des écoliers. Elle indique que son administration compte mettre en place des aménagements pour sécuriser les rues. « Un brigadier ne peut pas tout régler. Il ne peut pas être là toute la journée », a indiqué Mme Plante.