Source ID:; App Source:

Faible diplomation: Proulx met en cause le «décrochage parental»

Au Québec, la proportion des jeunes qui obtiennent... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

Au Québec, la proportion des jeunes qui obtiennent leur diplôme d'études secondaires en cinq ans atteint 64 %, un écart de 20 points avec l'Ontario, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

(Québec) Le faible taux de diplomation au Québec s'explique en partie par le « décrochage parental » chez les francophones, soutient le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx.

Il a réagi mercredi à l'étude de l'Institut du Québec qui s'intitule Décrochage scolaire au Québec: 10 ans de surplace, malgré les efforts de financement

Questionné à savoir pourquoi le taux de diplomation est meilleur chez les anglophones du Québec, Sébastien Proulx a expliqué que « cette belle réussite » est attribuable « notamment à l'implication de la communauté ». Il a vanté les mérites des centres communautaires d'apprentissage présents dans des milieux anglophones. Ces centres accueillent des élèves « avant et après l'école, les fins de semaine » en vue « d'améliorer leurs résultats ».

« Une des clés » pour augmenter le taux de diplomation, « c'est l'implication des gens, a-t-il expliqué lors d'une mêlée de presse. Au Québec, il faut se rappeler que, du côté francophone, il y a historiquement, oui, un décrochage scolaire, mais il y a aussi un dérochage parental. Il y a un décrochage de l'école. Il n'y a même pas suffisamment de valorisation. Alors il faut se regarder dans les yeux pour les bonnes raisons comme société. »

« Manifestement, si vous regardez les centres d'apprentissage chez les anglophones, vous verrez des communautés parfois bien plus mobilisées que les nôtres, a-t-il ajouté. Ce que je dis, c'est : ne cherchons pas à qui la faute. Regardons-nous comme société. (...) Si on veut améliorer les choses, il faut valoriser l'éducation, valoriser les profs, l'école, laissez ceux et celles qui veulent aider entrer à l'école. Ça fait partie du projet de société. »

Il appelle « l'ensemble de la société » à se demander si elle en « fait suffisamment pour l'éducation ». Il a une « crainte » que la population « oublie ce plan de valorisation et de mobilisation autour de l'éducation ». Pour lui, tout le monde « a une responsabilité » dans la réussite des élèves.

Quant au contenu de l'étude, Sébastien Proulx a fait valoir que les chercheurs démontrent que la réussite des élèves « n'est pas qu'un enjeu de financement », mais aussi « d'organisation du système scolaire et des programmes mis de l'avant ». 

« Au Québec, on accuse depuis de nombreuses années un certain retard en matière de diplomation et on fait du rattrapage de manière très importante. Il faut reconnaître ce qui a été fait, mais il faut savoir que, oui, on a encore du chemin et du travail à faire », a-t-il plaidé.

Selon lui, les mesures prévues à sa politique sur la réussite éducative, qui visent à intervenir plus tôt auprès des enfants en difficulté et à augmenter la littératie, « vont porter ses fruits à terme ». Certes, « on n'est pas au bout de nos peines », mais « les choses tendent à s'améliorer », a-t-il dit.

La comparaison avec l'Ontario a ses limites, selon lui. Par exemple, la note de passage y est de 50 %, contre 60 % au Québec, a-t-il plaidé. Il ne faut pas comparer « des pommes et des oranges », à son avis.

Au Salon bleu, le premier ministre Philippe Couillard a fait valoir les investissements pour embaucher du personnel supplémentaire dans les écoles.

Un écart « inexcusable »

Pour le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière d'éducation, Jean-François Roberge, l'écart de diplomation entre le Québec et l'Ontario est « inexcusable » et prouve qu'il faut « oser revoir le système ». 

« Les 15 dernières années ont été des années de gouvernement libéral, sauf [le bref mandat du Parti québécois]. Ce sont eux qui portent l'odieux du retard de diplomation qu'on a par rapport à l'Ontario et au reste du Canada », a-t-il tonné mercredi lors d'une mêlée de presse. 

« Il faut oser revoir le système. (...) [En Ontario], ils ont implanté la prématernelle à quatre ans. Ils ont implanté l'école obligatoire jusqu'à 18 ans. Ils ont créé un institut national d'excellence et ils ont créé un ordre professionnel des enseignants. Ce sont des mesures supportées par la science et des mesures de la plateforme de la CAQ », a ajouté M. Roberge. 

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a pour sa part affirmé que « l'écart de diplomation entre les garçons et les filles ne doit plus être un tabou. » 

« Il faut réduire tous les écarts, entre les francophones et les anglophones, entre les garçons et filles, entre les riches et les pauvres. C'est clair qu'on ne peut plus s'aveugler pour des raisons de rectitude politique », a-t-il dit. 

Il a relevé que l'écart de diplomation entre l'Ontario et le Québec « a été multiplié par trois » sous les libéraux. « On recule », a-t-il déploré, accusant le gouvernement d'avoir fait des compressions en début de mandat.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire, considère que la position du Québec à titre de « cancre en matière de diplomation » permet d'affirmer qu'il y a « une crise à l'heure actuelle dans les écoles du Québec. » 

« C'est notamment [un problème dans] la pérennité et la stabilité du financement [en éducation]. Ces dernières années, on a fait subir des chocs en matière de financement du réseau de l'éducation. On coupe une année, on réinvestit une autre (...). Quand on impose des fluctuations aussi importantes, c'est normal que ça fonctionne mal », a-t-il affirmé. 

La faute au privé ? 

L'attrait de l'école secondaire privée (un secteur qui accueille près de 20 % des élèves du secondaire au Québec, comparativement à 5 % dans le reste du Canada) est aussi un problème, estime QS.

« En Ontario, on ne vient pas écrémer les éléments les plus performants du réseau public », a dit M. Nadeau-Dubois. 

« Certains Québécois choisissent le réseau privé parce que ça ne va pas très bien dans le réseau public, mais je ne pense pas qu'on peut faire le corollaire que ça va mal dans le réseau public parce que des jeunes vont dans le réseau privé », a répondu à ce sujet le caquiste Jean-François Roberge.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer