Source ID:9e23791a-7d14-45ec-8efe-13403ef11ca2; App Source:alfamedia

Uniformes Sauvé ne répond plus

Uniformes Sauvé a annoncé cette semaine à la... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Uniformes Sauvé a annoncé cette semaine à la plupart des établissements faisant partie de sa clientèle qu'elle avait « temporairement suspendu ses activités dans le but de se restructurer ».

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Uniformes Sauvé, un important fournisseur d'uniformes pour élèves au Québec, est en sérieuses difficultés.

L'entreprise a en effet annoncé cette semaine à la plupart des établissements faisant partie de sa clientèle qu'elle avait « temporairement suspendu ses activités dans le but de se restructurer ». Au moins trois de ces établissements ont envoyé un courriel, que La Presse a obtenu, aux parents d'élèves pour les mettre au courant de la situation.

Au siège social d'Uniformes Sauvé, dans l'arrondissement de Saint-Léonard, un message téléphonique accueille les clients en leur annonçant « la fermeture temporaire de tous [les] points de service et site web ». Le site internet de l'entreprise reprend essentiellement les mêmes termes. Tout indique que Maison Piacente, un autre fournisseur d'uniformes scolaires qui appartient au même propriétaire, François Bovet, est dans la même situation.

Les appels de La Presse aux responsables de ces deux entreprises ainsi qu'au propriétaire sont restés sans réponse.

PAS UN MONOPOLE

François Bovet est l'arrière-petit-fils du fondateur de la célèbre enseigne québécoise Bovet, qui a fermé en 2016. L'été dernier, en entrevue avec La Presse, M. Bovet avait estimé que ses entreprises fournissaient une centaine d'établissements scolaires, tant publics que privés, représentant quelque 50 000 élèves.

Un de ses clients est le collège Mont-Saint-Louis, un établissement secondaire privé d'Ahuntsic. Uniformes Sauvé est le fournisseur officiel des quelque 1400 élèves, garçons et filles, depuis trois ans, indique la directrice générale, Sylvie Drolet. Le contrat avait auparavant été attribué à la Maison Piacente, avant que les deux entreprises soient associées au même propriétaire.

L'établissement n'a pas encore commencé à chercher un nouveau fournisseur, dit-elle. « On attend d'avoir plus d'informations. » Chose certaine, l'industrie des uniformes scolaires n'est pas un « monopole » au Québec, rappelle-t-elle, et l'approvisionnement auprès d'un autre fournisseur ne devrait pas poser problème. La demande en hausse depuis plusieurs années dans ce secteur a permis la prolifération de nombreuses entreprises, notamment Flip Design, Groupe Trium, Souris Mini, Unimage et Lemira.

- Avec la collaboration de Marie-Eve Morasse, La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer