Exclusif

Une école privée laïque doit revoir son règlement

Le collège Letendre de Laval.... (Photo: Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Le collège Letendre de Laval.

Photo: Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Une rare intervention de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse en matière d'accommodement religieux a récemment poussé une école secondaire privée entièrement laïque à changer son règlement interne afin de permettre à une élève de porter son voile en classe.

L'affaire commence en septembre 2010. Pour la première fois de son histoire, le collège Letendre de Laval accueille alors parmi ses nouvelles élèves une jeune musulmane voilée.

L'établissement est entièrement laïque; à la direction, on ne sait pas quoi faire.

«On a été pris par surprise, convient le directeur général, Yves Legault. À l'époque, tout le débat [sur la religion] n'était pas dans l'actualité. On n'avait pas encore fait de réflexion à ce sujet», dit-il.

La direction rencontre l'élève afin de comprendre son choix. On lui demande si elle pourrait envisager d'enlever son voile en classe afin de respecter les valeurs de laïcité de son école. Elle refuse.

«Personne ne m'a imposé ça. Ma mère ne le porte même pas», répond la jeune fille alors âgée de 13 ans.

Sur le coup, le directeur se rend à ses arguments et accepte de l'accommoder. La jeune fille s'intègre bien. Elle a de bonnes notes et elle fait même du bénévolat lors des portes ouvertes de l'école. Mais son hijab dérange.

«On s'est rendu compte qu'on n'avait pas de politique claire sur la question, dit Yves Legault. On s'est dit: si on ne veut pas se retrouver avec une avalanche de demandes du genre, il faut dire qu'on est contre. On est une école laïque. Il n'y a aucun symbole religieux entre nos murs.» Pas même une croix.

Le collège décide donc d'adopter un nouveau règlement qui interdit noir sur blanc le port de signes ostentatoires chez ses élèves pour la rentrée scolaire suivante. La mère de l'élève, Leila Sayadi, en est avisée par écrit durant les vacances d'été.

«Ils m'ont envoyé une lettre en même temps que le bulletin pour me dire que ma fille ne pourrait pas retourner dans cette école si elle gardait son voile», raconte-t-elle dans une entrevue accordée à La Presse.

Furieuse, elle s'adresse à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, qui juge sa plainte recevable.

Le règlement interdisant les symboles religieux contrevient à la loi, selon l'organisme. L'établissement accepte de le retirer de son code de vie et l'adolescente est officiellement réadmise à l'école juste à temps pour la rentrée. «On n'a jamais voulu contrevenir à la loi, assure M. Legault. Dès qu'on a eu les avis légaux, on a décidé de revenir au règlement d'avant.»

Au terme d'une médiation, la direction s'engage aussi à dédommager financièrement la famille de l'adolescente en plus de tenir une conférence publique sur la laïcité devant élèves, parents et membres du personnel.

Mais pour l'élève, il est trop tard. «À 13 ans, quand un milieu que tu aimes te montre qu'il ne veut pas de toi, c'est très difficile pour l'estime de soi», dit Mme Sayadi.

Elle raconte que dès le début de sa deuxième année au collège Letendre, sa fille a été victime d'intimidation. «Les autres filles riaient d'elle. Chaque jour, elle revenait de l'école dans un état émotionnel très instable.»

Un mois à peine après le début des cours, et même si on lui permet de continuer à aller en classe avec son hijab, sa mère décide de la changer d'école. «C'était trop lourd.»

Le directeur Legault assure pour sa part que la jeune fille a été bien accueillie, même après la plainte de sa mère.

Depuis son départ, l'école n'a pas reçu d'autres élèves portant un signe religieux visible. «S'il y en a, on va leur expliquer nos valeurs de laïcité, mais on ne le leur interdira pas.»

Accommodements et contradictions

Les élèves qui portent le hijab sont nombreuses à l'école publique Marguerite-De Lajemmerais de Montréal. Pour les accommoder, l'établissement a voulu, il y a quelques années, intégrer le voile à l'uniforme officiel. Les élèves devaient se le procurer chez le même fournisseur où elles achetaient les polos, chemises, jupes et pantalons au logo de l'école. Le hijab arborait lui aussi l'écusson de l'école. Mais en 2010, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a statué que cette politique «portait atteinte au principe de neutralité religieuse de l'État» et pouvait «être interprétée comme favorisant l'exercice d'une religion en particulier, dans ce cas la religion musulmane». Depuis, l'école demande plutôt à ses élèves de porter un voile blanc ou noir qui s'harmonise à l'uniforme officiel. Le logo de l'école a été retiré.

Symboles religieux: deux cas opposés

Depuis plusieurs années, le collège privé très multiethnique Marie de France de Montréal interdit le port de symboles religieux entre ses murs. Le règlement de l'établissement du chemin Queen-Mary, inspiré de la loi française, est plus sévère encore que ce que propose la Charte des valeurs du ministre Bernard Drainville. Non seulement les membres du personnel doivent s'abstenir de porter des signes religieux, mais les quelque 2000 élèves aussi. Le but: «Maintenir la paix sociale, instaurer un climat de confiance et de coopération indispensable à la réussite de chacun» et éliminer «les éléments de distinction, de discrimination ou de prosélytisme», dit le règlement interne de l'école. Bien sûr, l'établissement est soumis aux lois canadiennes et à la Charte des droits et libertés. Sa position sur les symboles religieux pourrait être contestée. Elle ne l'a jamais été.

Voile et couvre-chef

En 2010, de jeunes réfugiées irakiennes ont été inscrites à l'école secondaire des Pionniers de Trois-Rivières. Malgré un règlement interdisant le port de couvre-chefs dans l'établissement, la direction a accepté qu'elles gardent leurs voiles après avoir demandé un avis légal à la commission scolaire. La décision a causé un tollé.

Des citoyens ont demandé publiquement à l'école de revenir sur sa décision. «Tout ce qui peut avoir une référence à une culture ou à une religion est accepté», avait tranché la commission scolaire en se basant sur la Charte canadienne des droits et libertés. Une élève avait aussi publié une lettre ouverte dans les journaux pour appuyer ses nouvelles camarades de classe. «Quand je me mets dans leur peau, je me dis qu'elles doivent vivre un gros choc culturel. On doit au moins leur donner une chance, leur démontrer que le Québec est accueillant et chaleureux. En même temps, c'est très enrichissant pour l'ensemble des élèves de notre école», écrivait Clothilde Champagne, 13 ans.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer