Source ID:; App Source:

Taux d'obtention de diplôme: Concordia maintient le cap

Le taux d'obtention de diplôme des étudiants de... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Le taux d'obtention de diplôme des étudiants de Concordia qui ont entamé leur parcours universitaire en 2006 n'a pas diminué de façon importante.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le taux d'obtention de diplôme des étudiants qui terminent leur baccalauréat à temps plein s'est maintenu à près de 75% au cours des dernières années à l'Université Concordia.

Contrairement à ce que nous avons publié la semaine dernière, ce taux n'a pas diminué de façon importante entre les étudiants qui ont entamé leur parcours universitaire en 2001 et ceux qui l'ont fait en 2006.

En dernière analyse, 75,5% des étudiants qui ont amorcé leur baccalauréat en 2001 avaient décroché leur diplôme six ans plus tard. Cette proportion se chiffrait à 74,2% pour la classe qui entrait à l'université en 2006.

«Notre taux d'obtention de diplôme se situe près ou même au-delà de la moyenne nationale. Nous en sommes très satisfaits. On peut toutefois toujours faire mieux, et nous travaillons fort pour l'augmenter. Mais pour ce faire, nous faisons face à des défis financiers et académiques», a expliqué à La Presse le vice-recteur et vice-président aux affaires académiques de l'Université Concordia, Benoit-Antoine Bacon (lire autre texte).

À l'Université du Québec à Montréal (UQAM), qui, à l'instar de Concordia, se décrit comme une université «d'ouverture à la formation universitaire», le taux d'obtention de diplôme a légèrement baissé entre la cohorte qui a entamé ses études en 2001 et celle de 2006. Il est passé de 71,3% à 68,7%.

«Considérant le nombre de personnes diplômées au sein des établissements universitaires, les fluctuations annuelles observées de quelques points de pourcentage sont tout à fait normales et n'indiquent pas nécessairement une tendance. À l'UQAM, le taux d'obtention de diplôme après six ans au baccalauréat apparaît ainsi relativement stable», a expliqué la directrice du Service de planification académique et de recherche institutionnelle, Sylvie Quéré.

McGill et l'UdeM toujours au sommet

L'Université McGill et l'Université de Montréal (UdeM) conservent respectivement le premier et deuxième rang à Montréal en ce qui concerne les meilleurs taux d'obtention de diplôme.

Le taux de l'Université McGill était de 84% pour la classe qui a commencé ses études en 2006, en baisse de 2% par rapport à la cohorte qui débutait en 2001. À l'Université de Montréal, le taux est demeuré stable, fluctuant légèrement, soit de 80,2% à 79,4%.

Les taux d'obtention de diplôme historiquement plus élevés à McGill et à l'Université de Montréal tiennent notamment au nombre de programmes contingentés qui y sont offerts.

«McGill et l'UdeM sont des universités qui offrent notamment un programme de médecine. La note d'entrée pour y accéder est très élevée. [...] Ces étudiants ont des besoins moindres en accompagnement. Ils sont beaucoup plus autonomes. L'Université Concordia et l'UQAM sont des universités de type ouverture à la formation universitaire généraliste, quoique nous offrons quand même des programmes très spécialisés», a expliqué il y a quelques semaines la vice-rectrice aux études et à la vie étudiante de l'UQAM, Diane L. Demers, lors d'une entrevue avec La Presse.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer