Montréal n'est pas épargné par la hausse du nombre d'élèves dans certains quartiers.

Pascale Breton LA PRESSE

À la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, les secteurs de Pierrefonds-Ouest, de L'Île-des-Soeurs et de Saint-Laurent sont problématiques.

Cette année, 180 élèves du secteur Saint-Laurent ont même dû changer d'école, faute de place.

«C'est un secteur névralgique, souligne le responsable des communications, Jean-Michel Nahas. Nous allons faire face à une augmentation de 51% de la clientèle d'ici quatre ans.»

Une nouvelle école sera d'ailleurs construite. Même chose à L'Île-des-Soeurs, qui assistera à une croissance de 35% du nombre d'élèves d'ici quatre ans.

En plus des projets d'agrandissement et de construction qui sont dans les cartons, les commissaires souhaitent acheter trois écoles de la commission scolaire anglophone Lester B.-Pearson, fermées au cours des dernières années, pour répondre à la demande.

À la commission scolaire de la Pointe-de-l'Île, les effectifs sont en croissance dans Montréal-Nord, Anjou et Saint-Léonard. Il manquera 156 classes en 2014-2015 pour ces trois secteurs réunis.

À Montréal-Nord, «on prévoit l'arrivée de 1000 familles haïtiennes à la suite du séisme survenu en 2010», illustre Christiane Saint-Onge, directrice des services corporatifs, des communications et du secrétariat général à la commission scolaire.

Quant à la Commission scolaire de Montréal, elle aura besoin de 400 nouveaux locaux d'ici quatre ans.