À l'occasion de la semaine du français, la commission scolaire de Montréal (CSDM) a tenté d'établir un record plutôt insolite: celui du plus grand nombre de lecteurs lisant un ouvrage en français en même temps.

Publié le 22 mars 2011
Lydia Ostojic LA PRESSE

Mardi matin, les 200 établissements de la CSDM ont participé à l'événement. À l'école secondaire Louis-Riel, ce sont plus de 1000 élèves qui ont entamé une lecture silencieuse durant 15 minutes pour établir ce record. Pour l'occasion, l'auteure Kim Thuy, qui a publié son premier roman Ru en 2009, était présente pour donner le coup d'envoi de la manifestation. «Le français n'est pas ma langue maternelle, mais on peut dire que c'est ma langue viscérale. Je l'ai d'ailleurs apprise grâce à la lecture et aujourd'hui je ne pourrais pas écrire dans une autre langue.»

Pour Diane De Courcy, présidente de la CSDM, cette manifestation est une autre manière de mettre la langue française à l'honneur. «La langue française est une priorité pour nous, c'est un outil fondamental pour comprendre l'ensemble des matières enseignées. Et cela passe obligatoirement par la lecture» a-t-elle précisé.

Et pour donner le goût de la lecture aux élèves, la CSDM a déjà investi 1,4 million de dollars pour l'achat de matériels pédagogiques et pour la rénovation de plusieurs bibliothèques. Pour la lecture au secondaire, la commission  espère aussi atteindre 80% de réussite, avec une moyenne des notes de 70%.

Et même si, aux dires de la présidente, la partie est encore loin d'être gagnée, cette nouvelle initiative semble plutôt bien accueillie par les élèves. «La langue française, c'est ce qui me définit, c'est une différence que je souhaite garder, une manière de nous différencier du reste du Canada. Quant à la lecture, elle a une place importante pour moi, je lis souvent, surtout dans les transports en commun», explique Thomas Nerisson, élève en secondaire 5. Un avis repris même chez les plus jeunes, à l'instar de Camille Leblanc-Lemarbre, élève en secondaire 1 et fan de romans fantastiques. Pour Annie Gerardin, professeur de français en secondaire 3, «les livres rendent heureux, ils calment même les plus hyperactifs d'entre nous. Je conseille à tous mes élèves d'avoir toujours au moins un livre sur eux, peu importe son genre.»

Si l'initiative a été massivement suivie à l'école Louis-Riel, la CSDM rendra les résultats définitifs de ce record le 25 mars prochain.