Deux semaines après la tragédie ayant détruit le centre-ville de Lac-Mégantic et tué 47 personnes, les résidants évacués de la zone de sécurité pourront visiter brièvement leur domicile, a annoncé la mairesse de la municipalité, Colette Roy-Laroche, dimanche.

Marie-Michèle Sioui LA PRESSE

Près de 200 résidants de Lac-Mégantic pourront enfin remettre les pieds dans leurs maisons cette semaine. Pour ces personnes habitant la zone évacuée du centre-ville, il s'agira d'un premier retour dans les domiciles qu'ils ont abandonnés en pleine nuit le 6 juillet dernier, quand l'explosion d'un train est venue changer le visage de leur communauté à jamais. 

À partir de mardi, ces sinistrés pourront récupérer quelques effets personnels, dont le contenu ne pourra cependant pas excéder le volume d'une petite boîte qui leur sera remise par les autorités. Les visites, qui se feront en compagnie de membres de la sécurité civile, permettront également de vider réfrigérateurs et congélateurs, dont les contenus sont maintenant en proie aux bactéries. Au total, ce sont les résidants de 180 unités de logement qui pourront constater l'état de leurs maisons, qui ont tenu malgré l'intensité de l'explosion, dont la chaleur a parfois atteint les 3000 degrés Celsius. 

Questionnée sur la possibilité que certaines maisons soient démolies en raison de la contamination du sol, la mairesse Colette Roy-Laroche n'a pas écarté cette possibilité. « Il est trop tôt pour s'avancer là-dessus », a-t-elle déclaré. 

La sécurité civile a mis sur pied un programme d'aide financière afin d'aider les sinistrés, qui « pourraient avoir accès à davantage que le chèque de 1000 dollars », selon le porte-parole Tarik Amine. Pour l'instant, la priorité est de réinstaller les personnes les plus vulnérables, martèlent les autorités, qui mettront une liste de logements à louer à la disposition du public sous peu.

Reprise des recherches

Après une journée de repos et de repositionnement stratégique, les équipes de recherche ont repris le travail dans la zone rouge, dimanche. Deux imposantes grues ont notamment déplacé des wagons-citernes, abîmés lors du déraillement. Cette nouvelle étape doit permettre de retrouver les cinq corps que les autorités cherchent toujours, elles qui ont jusqu'ici extirpé 42 dépouilles des décombres.

Le Bureau du coroner a également identifié trois victimes supplémentaires, portant le nombre de personnes décédées dont l'identité est connue à 22. Marianne Poulin, 23 ans, Geneviève Breton, 28 ans, ainsi que Mathieu Pelletier, 29 ans, sont désormais des noms associés à la tragédie.