Source ID:; App Source:

L'ex-PDG de BPR contredit

Pierre Lavallée a déclaré sous serment en mars... (Photo tirée d'une vidéo, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Pierre Lavallée a déclaré sous serment en mars 2013 que «jamais», la firme BPR n'a remboursé quoi que ce soit aux actionnaires qui faisaient, d'après lui, des contributions aux partis selon leurs «convictions».

Photo tirée d'une vidéo, archives La Presse Canadienne

La commission Charbonneau a rendu publics il y a deux semaines une série de courriels issus de la firme de génie BPR qui contredisent le témoignage de l'ex-PDG de la société, Pierre Lavallée, livré en mars 2013.

C'est le passage d'un ingénieur que la commission Charbonneau a identifié comme étant le «témoin A», afin de protéger son identité, qui a apporté cet éclairage. Les affirmations du témoin A s'appuyaient sur des échanges de courriels ou des documents (comptes rendus de réunions ou agendas, par exemple) dont certains avaient été saisis lors de perquisitions effectuées par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) au cours des dernières années.

Entre 1996 et 2004, le témoin A était un actionnaire minoritaire chez BPR. Par la suite, l'ancien ministre libéral Marc-Yvan Côté l'a recruté pour Roche, où il est devenu conseiller principal à la présidence. 

Selon le témoin A, les dons aux partis politiques constituaient une «police d'assurance» pour les firmes qui souhaitaient obtenir des contrats gouvernementaux. «Si on était dans les années 50, je vous dirais que c'était la dîme, il fallait payer notre dîme. Si on était dans un milieu plus mafieux, on dirait que c'est le pizzo», a-t-il expliqué à la Commission.

Le témoin A a détaillé le système de financement occulte des partis politiques par BPR et Roche, l'utilisation de prête-noms au sein de ces firmes ainsi que le remboursement illégal des contributions faites par des dirigeants. C'est ce dernier élément qui laisse voir un écart important entre le témoignage de l'ex-PDG de BPR Pierre Lavallée, et ce qui ressort de différents courriels que le témoin A a relatés.

Contributions par conviction 

Ainsi, le 18 mars 2013, Pierre Lavallée a déclaré sous serment que «jamais» la firme BPR n'avait remboursé quoi que ce soit aux actionnaires qui faisaient, d'après lui, des contributions aux partis selon leurs «convictions». Tout au plus, a-t-il reconnu, y avait-il un mot d'ordre lancé aux quelque 80 actionnaires afin de satisfaire aux demandes du Parti libéral du Québec, du Parti québécois et de l'Action démocratique du Québec. 

«C'est l'associé comme individu qui fait une contribution politique, ce n'est pas la firme qui le fait et donc, il n'y a aucun remboursement», a dit M. Lavallée.

À au moins six reprises, la procureure de la commission Charbonneau ou un des commissaires a soulevé la question du remboursement des contributions par BPR. Chaque fois, Pierre Lavallée a maintenu sa version.

Toutefois, durant ses trois jours de témoignage à la Commission, le témoin A a présenté une autre vision des choses. Ainsi, en s'appuyant sur un échange de courriels avec la secrétaire de la présidence de BPR, en décembre 2004, le témoin A a soutenu qu'il avait bénéficié d'un remboursement pour ses dons politiques. 

Le témoin A a également affirmé que c'était la secrétaire responsable de la comptabilité du financement politique de BPR, ce que laisse croire la correspondance.

On peut y lire que le témoin A a communiqué avec «Cri» (Christiane Garneau) pour lui demander de clarifier son dossier personnel de contributions politiques. Elle lui a répondu: «Je fais le décompte ce soir et je te reviens demain avec toutes les précisions.» 

Dans le message suivant, Mme Garneau mentionne une somme de 2600$ qu'elle lui a déjà remboursée et «3400 remboursés par PLavallée en juin».

Remboursements organisés

À cette époque, Pierre Lavallée était premier vice-président de BPR. Il en est devenu PDG l'année suivante.

M. Lavallée a démissionné après son passage à la commission Charbonneau.

Il y a quelques mois, La Presse a contacté Christiane Garneau, aujourd'hui à la retraite. Elle a nié avoir eu la responsabilité de comptabiliser les dons aux partis politiques. 

En janvier dernier, le Directeur général des élections a condamné Mme Garneau à payer une amende de 5000$ pour avoir remboursé les contributions au PLQ de quatre personnes, participant ainsi à un stratagème de prête-noms.

La Presse a également joint Pierre Lavallée, jeudi dernier, à sa résidence des îles de la Madeleine pour recueillir son point de vue sur ces contradictions. 

«Je sais qui est le témoin A, vous le savez aussi et il ment continuellement», a dit M. Lavallée avant d'interrompre abruptement la conversation.

Le prédécesseur de M. Lavallée, Paul Lafleur, a également été joint par cellulaire. Il a refusé de faire des commentaires à La Presse.

Selon les données présentées par la Commission, l'ensemble des employés de BPR et des personnes résidant aux mêmes adresses ont versé plus de 1,1 million aux PLQ, PQ et ADQ entre 1998 et 2011. Lorsqu'il était l'employé de BPR, le témoin A a versé 8150$ au PQ, 6945$ au PLQ et 2000$ à l'ADQ. C'est sans compter les sommes versées par sa conjointe, sa secrétaire et le mari de celle-ci. Selon le témoin A, BPR lui a remboursé tous ses dons politiques.

De plus, il soutient que la contribution pour chaque actionnaire de BPR était déterminée en fonction des actions qu'il détenait. -Un associé ayant une participation financière dans l'entreprise de 2,6%, comme le témoin A, de 4% ou de 8%, par exemple, versait le même pourcentage sous forme de contributions aux partis politiques. BPR remboursait le double afin d'assurer le paiement de l'impôt.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer