« La conséquence doit être proportionnelle au danger », dit le coroner Yvon Garneau

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

Une pétition demandant au ministre des Transports, François Bonnardel, de durcir les pénalités associées au non-respect par les automobilistes des passages protégés pour piétons vient de récolter plus de 10 000 signatures dans la province au moment où l’on déplore une hausse marquée du nombre de morts et de blessés graves chez les gens se déplaçant à pied.

Lancée le mois dernier par le Dr Alain Vadeboncoeur, chef du service de médecine d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal, la pétition sera déposée dimanche lors d’un rassemblement au coin de la rue Hutchison et du boulevard Saint-Joseph à Montréal, où la conductrice d’un VUS a happé et blessé un enfant de 3 ans au matin du 6 décembre dernier.

« Je ne m’attendais pas à ce que 10 000 personnes signent la pétition, et le fassent dans un délai si court, explique le Dr Vadeboncoeur. Je réalise que c’est un sujet qui préoccupe grandement les gens. »

Le coroner Yvon Garneau, qui s’intéresse depuis des années aux façons de réduire le nombre de blessés graves et de morts sur les routes du Québec, dit appuyer « à 150 % » le projet du Dr Vadeboncoeur.

« En Floride, les automobilistes s’arrêtent et te laissent passer avec le sourire, dit-il. Ironiquement, les rares fois où ce n’est pas respecté, tu regardes la plaque d’immatriculation et elle vient du Québec. »

La pétition avait été lancée à la suite d’un reportage de La Presse portant sur le peu de respect accordé aux passages protégés pour piétons par les automobilistes. Lors d’une journée d’observation à un passage protégé près d’une école de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, nous avions dénombré 116 cas où des automobilistes avaient omis de s’arrêter pour laisser traverser des piétons, dont des aînés, des familles et des enfants seuls.

Au Québec, près de 35 % des piétons blessés et plus de 20 % des piétons tués par des automobilistes en 2015 et 2016 se trouvaient sur un passage protégé pour piétons, selon un rapport de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) dévoilé cette année.

Dans sa pétition, le Dr Vadeboncoeur suggère de faire tripler le montant des amendes, qui passeraient ainsi de 100 $ à 300 $, et d’imposer 3 points d’inaptitude. Il suggère aussi d’accompagner ces mesures d’un « blitz policier » afin de faire appliquer la loi.

Sans se prononcer sur ces montants, le coroner Yvon Garneau note qu’il est important de changer la législation pour imposer des points d’inaptitude, car il s’agit d’un comportement qui risque la vie d’autrui.

Dans le mot “inaptitude”, il y a le mot “inapte”. Si on n’est pas assez fin pour respecter la loi et laisser traverser les plus vulnérables, eh bien, on est inapte à conduire un véhicule. La conséquence doit être proportionnelle au danger.

Le coroner Yvon Garneau

À Québec, Florence Plourde, attachée de presse du ministre François Bonnardel, n’a pas donné suite à notre demande de réaction.

Moins de cinq constats par jour

La pétition du Dr Vadeboncoeur sera déposée dimanche après-midi lors d’une « vigile » organisée pour que les passages pour piétons soient respectés, sur le lieu où un jeune garçon a été happé le 6 décembre. Selon des témoins, une femme âgée de 44 ans qui se déplaçait en direction ouest sur le boulevard Saint-Joseph au volant d’un 4 x 4 Land Rover n’aurait pas respecté la priorité des piétons à l’intersection de la rue Hutchison alors que la famille du petit garçon traversait la chaussée. Deux panneaux d’arrêt se trouvent à cette intersection.

Manuel Couture, sergent responsable des relations médias au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), signale que le petit garçon « a subi quelques blessures, mais [que] sa vie n’est pas en danger. Ce sont des enquêteurs qui sont allés le voir pour s’enquérir de son état de santé qui ont rapporté cette observation ».

Les organisateurs du rassemblement demandent entre autres aux policiers du SPVM de s’engager à renforcer l’application de l’article 410 du Code de la sécurité routière concernant les passages pour piétons.

L’an dernier, le SPVM a remis 1714 constats d’infraction à des automobilistes pour ce type de violation. Cela représente moins de cinq constats par jour pour l’ensemble du territoire de Montréal.

Le coroner Yvon Garneau note que, depuis sa refonte l’an dernier, le Code de la sécurité routière priorise désormais la sécurité des usagers de la route les plus vulnérables – dont les piétons, les enfants, les personnes âgées et les cyclistes. « Le Code dit que leur sécurité doit passer avant la fluidité des transports automobiles », dit-il.

Plus de VUS, plus de morts

Vingt-deux piétons ont été heurtés mortellement jusqu’ici cette année à Montréal. L’an dernier, 18 personnes se déplaçant à pied ont été tuées et 87 autres ont été blessées gravement sur les voies de la métropole.

Observée dans plusieurs villes nord-américaines, la hausse du nombre de morts chez les piétons ces dernières années est attribuée en partie par les experts à l’explosion de la popularité des VUS, dont le profil surélevé atteint les gens au niveau des organes vitaux situés dans le thorax, plutôt qu’au niveau des jambes, comme le ferait une automobile.

Les VUS ont aussi plus d’angles morts : le pilier de toit avant, le lien qui se situe entre le pare-brise et la vitre latérale du côté du conducteur, est plus gros que celui des voitures, ce qui empêche le conducteur de bien voir autour de son véhicule. Dans un rapport déposé cet automne, la SAAQ recommande de « sensibiliser les conducteurs de véhicules routiers à la problématique liée aux angles morts créés par les piliers de pare-brise ».

Les personnes âgées de 65 ans ou plus sont très largement surreprésentées parmi les piétons victimes d’un accident mortel. Plus de la moitié des 105 piétons tués sur les routes du Québec en 2015 et 2016 avaient plus de 65 ans, selon un rapport d’analyse de la SAAQ.