Source ID:82470bd0-95f7-4b95-8a70-0497fee9912a; App Source:alfamedia

Des «trolls» russes ont attaqué le Canada

Pendant des années, une usine de « trolls » russe spécialisée dans la « guerre de l'information » a utilisé de faux profils sur les réseaux sociaux pour cibler sporadiquement le Canada, selon une enquête du FBI. Grâce au financement d'un proche de Vladimir Poutine, ces pyromanes du web ont attaqué les premiers ministres Stephen Harper et Justin Trudeau, alimenté les tensions en matière d'immigration et propagé de fausses nouvelles, dont une tenant les réfugiés syriens responsables de l'attentat à la mosquée de Québec. Explications.

Le 29 janvier 2017. Alexandre Bissonnette, un étudiant québécois converti aux idées d'extrême droite, fait irruption au Centre islamique de Québec, arme à la main. Il ouvre le feu et laisse derrière lui six morts et huit blessés.

Alors que le nom du tireur n'a pas encore été révélé, plusieurs comptes Twitter entrent en action et font circuler une série de gazouillis qui prétendent faussement que l'attaque est l'oeuvre de réfugiés syriens.

« RT : Les tireurs criaient Allah Akbar : Bashir al-Taweed et Hassan Matti sont entrés la semaine dernière comme réfugiés syriens ! ! #QuebecShooting. »*

« Les terroristes dans l'attaque de Québec sont... DES RÉFUGIÉS SYRIENS. Bashir al-Taweed, Hassan Matti, selon les radios de police. »

[* Tous les tweets ont été traduits de l'anglais par La Presse.]

Dans les heures suivantes, lorsqu'on commence à en savoir plus sur les idées d'Alexandre Bissonnette, le compte @SouthLoneStar, qui dit être un « fier Américain » établi au Texas, tente de maintenir en vie la thèse des tireurs syriens. Il tweete au profit de ses 50 000 abonnés : 

« Les médias disent que la #FusilladeDeQuébec a été organisée par un suprémaciste blanc. Voici les noms des tireurs : Bashir al-Taweed et Hassan Matti. »

Il obtient 550 retweets, 416 mentions « J'aime » et 119 citations par d'autres utilisateurs.

Il corrige ensuite un peu sa version. « Il semble que le suspect de la #FusilladeDeQuébec soit un musulman marocain qui prétend être un nationaliste blanc », avance-t-il.

En réalité, selon des données rendues publiques par Twitter, tous ces tweets trompeurs, dont ceux de @SouthLoneStar, sont envoyés à partir de la Russie. Ils sont l'oeuvre d'employés de l'Internet Research Agency (IRA), une usine de « trolls » établie au 55, rue Savushkina, à Saint-Pétersbourg.

À la mi-octobre, Twitter a rendu publique la liste de tous les tweets envoyés par les 3841 comptes qu'elle a reliés à l'IRA. L'entreprise a désactivé ces comptes parce que, selon elle, ils ont été utilisés dans le cadre d'une « campagne d'influence étrangère » contre le système politique américain. Mais leurs sujets d'intérêts débordaient parfois les frontières américaines.

DANS LES QUATRE HEURES QUI SUIVENT L'ATTENTAT DE QUÉBEC : 

Les trolls russes diffusent ou rediffusent 50 messages sur Twitter concernant ce sujet.

Ils suscitent des milliers de réactions.

DANS LA SEMAINE QUI SUIT L'ATTENTAT : 

Les trolls russes diffusent ou rediffusent 158 tweets supplémentaires concernant ce sujet. De (vrais) internautes canadiens critiques des gouvernements libéraux de Philippe Couillard et de Justin Trudeau voient leurs publications relayées par les Russes.

De faux comptes contrôlés de Russie qui se font passer pour des militants pro-Trump utilisent le drame pour faire la promotion du président.

D'autres, qui se font passer pour des militants de mouvements de gauche américains, s'insèrent aussi dans le débat pour critiquer l'attitude du président américain ou de Fox News dans la foulée de l'attaque.

ACCUSATIONS CRIMINELLES

Aux États-Unis, l'IRA est au coeur de l'enquête du procureur spécial Robert S. Mueller III, chargé de faire la lumière sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016. Des accusations criminelles ont été déposées en février contre 13 personnes liées à l'organisation.

L'acte d'accusation précise que l'IRA « est une organisation engagée dans des opérations pour interférer avec les élections et le processus politique ». Elle disposerait de centaines d'employés et de budgets annuels d'au moins une douzaine de millions de dollars US.

Selon le procureur spécial Mueller, le bailleur de fonds de l'IRA serait Yevgeniy Viktorovich Prigozhin. Cet oligarque est surnommé « le chef de Poutine », en raison de sa proximité avec l'homme fort du Kremlin et parce que le gouvernement russe lui a accordé de nombreux contrats de services alimentaires. Prigozhin est lui-même visé par les accusations criminelles aux États-Unis.

Un autre acte d'accusation déposé le 19 octobre à la suite d'une enquête du FBI allègue que l'IRA a tenté d'influer sur le résultat des élections de mi-mandat américaines de mardi dernier.

Le document allègue que les employés de l'IRA utilisent de faux profils sur Facebook, Twitter ou Instagram et se présentent comme des Américains afin de « semer la division et la discorde », de créer « de la polarisation sociale et politique », de « miner la confiance dans les institutions démocratiques » et de favoriser certains candidats aux élections.

À l'interne, les participants à cette opération parlaient d'une « guerre de l'information contre les États-Unis », selon le FBI. Plusieurs de leurs faux comptes faisaient la promotion de Donald Trump, mais d'autres se faisaient aussi passer pour des militants de gauche, liés à des mouvements comme Black Lives Matter, toujours dans l'optique d'alimenter la polarisation.

« Les activités des participants au complot n'adoptaient pas un seul point de vue idéologique. Ils écrivaient sur des sujets à partir de perspectives variées et parfois opposées », affirme l'acte d'accusation. Ils étaient encouragés à appuyer des groupes radicaux et à « accentuer le conflit entre les minorités et le reste de la population », selon la déclaration d'un suspect obtenue par le FBI.

L'IRA serait active sur plusieurs réseaux sociaux, mais Twitter est la seule entreprise à avoir rendu publiques toutes ses données à ce sujet. Les données de Twitter montrent qu'au Québec, des comptes visés par l'enquête du FBI ont relayé des allégations de brutalité policière contre le Service de police de la Ville de Montréal autant qu'une critique (en français) qui laissait entendre que Philippe Couillard pourrait appuyer l'instauration de la charia.

Du côté américain, un comité sénatorial a découvert que des trolls russes avaient organisé deux manifestations opposées au Texas en 2016 : l'une anti-islam et l'autre, en appui aux musulmans. De vrais manifestants américains se sont retrouvés face à face dans la rue, séparés par la police, sans savoir qu'ils répondaient tous deux à des appels lancés à partir de Saint-Pétersbourg.

ENJEUX POLARISANTS

L'un des comptes attribués à l'IRA qui ont attiré le plus d'abonnés sur Twitter est @TEN_GOP, suivi par près de 148 000 abonnés, qui se présentait comme le compte Twitter non officiel des républicains du Tennessee. Selon le FBI, il a lancé plusieurs rumeurs virales de fraude électorale à l'approche de l'élection présidentielle américaine. Certaines de ses publications ont été retweetées par le fils du président, Donald Trump Jr., ainsi que par Kellyanne Conway, responsable de la campagne de M. Trump.

Les données dévoilées par Twitter démontrent que @TEN_GOP s'intéressait aussi au Canada par moments. Il s'en prenait à Justin Trudeau sur la question des crimes d'honneur. Il demandait si le Canada était devenu un pays musulman parce qu'un service de police ontarien avait ajouté une inscription en arabe sur ses voitures. Il accusait le multiculturalisme d'avoir mené à la tuerie de la mosquée de Québec (166 retweets, 266 mentions « J'aime »). Selon lui, l'attentat de Québec montrait la pertinence d'interdire l'entrée de musulmans au pays (1180 retweets, 1457 mentions J'aime).

Alors que des milliers de demandeurs d'asile, surtout haïtiens, entraient au Canada par Roxham Road, à l'été 2017, d'autres comptes associés à l'IRA se sont mis à alimenter activement le débat sur le web, surtout d'un point de vue critique du gouvernement libéral.

LA VAGUE DE 2014

L'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper a aussi été la cible de l'IRA pendant son mandat. En novembre 2014, M. Harper avait critiqué sévèrement Vladimir Poutine au cours d'une rencontre du G20 en Australie.

Le président russe avait tendu la main au premier ministre canadien devant plusieurs chefs de gouvernement. M. Harper avait répondu durement : « Je suppose que je vais vous serrer la main, mais je n'ai qu'une chose à vous dire : vous devez sortir de l'Ukraine. » La Russie avait lancé des incursions militaires en Ukraine et annexé la Crimée au cours des mois précédents.

Dès que le commentaire de M. Harper a été rendu public, des comptes Twitter associés à l'IRA ont lancé un barrage de plus de 1000 tweets en 24 heures pour attaquer le Canada et son gouvernement. Au cours de cet épisode, les tweets étaient rédigés en russe et s'adressaient vraisemblablement à un public intérieur plutôt que canadien.

Les internautes, qui se présentaient comme de simples citoyens russes d'un peu partout au pays, se déchaînaient contre M. Harper.

« Dommage que Poutine n'ait pas bien frappé leur premier ministre ! »

« L'éleveur de caribous a décidé d'argumenter avec la plus grande puissance nucléaire ? »

« Harper joue le rôle du chien des États-Unis, qui doit toujours japper ! »

« Harper attend les ordres de la Maison-Blanche ! Et vous ? »

« Y a-t-il dans le monde un politicien plus stupide que le premier ministre du Canada ? »

« Le comportement du premier ministre canadien est ridicule. C'est comme un enfant qui essaie d'avoir l'air d'un adulte. »

« UN PEUPLE TRÈS IMPRESSIONNABLE »

Selon le ministre des Affaires étrangères russe, Sergei Lavrov, l'enquête du FBI sur les trolls russes n'est que « foutaise » appuyée sur « le mythe irrationnel d'une Russie toute-puissante ». Les autorités américaines sont malheureusement engagées dans « une campagne de propagande » pour alimenter une « attitude hostile envers la Russie » au sein du public occidental, selon ses propos rapportés par le Financial Times.

Quant à Yevgeniy Viktorovich Prigozhin, le « chef de Poutine », il s'est montré amusé par toutes ces allégations en entrevue avec l'agence de presse russe Ria Novosti.

« Les Américains sont un peuple très impressionnable, ils voient ce qu'ils veulent bien voir », a-t-il déclaré.

« S'ils veulent voir le diable, laissons-les le voir. »

- Avec la collaboration de Thomas de Lorimier, La Presse

LE CANADA EST-IL PRÊT?

La fermeture des 3841 comptes liés à l'IRA par Twitter ne signifie pas la fin des campagnes d'ingérence politique sur les réseaux sociaux. Au cours des derniers jours, les autorités américaines ont prévenu que « des acteurs étrangers, la Russie en particulier, continuent leurs tentatives d'influencer l'opinion publique et la perception des électeurs à travers des actions visant à semer la discorde ».

Lundi, c'était au tour de Facebook d'annoncer la fermeture de 30 comptes Facebook et 85 profils Instagram en français, en anglais et en russe, qui semblaient être liés à une campagne d'ingérence politique étrangère à l'approche des élections de mi-mandats.

Les relations entre Ottawa et Moscou se sont détériorées depuis la crise ukrainienne de 2014 et le gouvernement canadien s'inquiète depuis un certain temps des conséquences des activités russes sur les réseaux sociaux.

En mars, Ottawa a expulsé trois diplomates russes accusés d'avoir mené des campagnes en ligne à partir du consulat de Montréal, notamment contre la ministre Chrystia Freeland. « Je crois que nous pouvons tous nous souvenir des efforts par les propagandistes russes pour discréditer notre ministre des Affaires étrangères, à travers les médias sociaux », avait expliqué Justin Trudeau pour justifier l'expulsion.

Selon le Globe and Mail, les trois diplomates établis à Montréal étaient soupçonnés plus largement de mener des campagnes de désinformation contre le Canada, ses alliés et l'Agence mondiale antidopage.

En février, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) a rendu public un rapport représentant le consensus dégagé au sein d'un groupe d'experts de la question. « La campagne de désinformation menée par le Kremlin et par les réseaux d'oligarques qui y sont liés descend en droite ligne des "mesures actives" du KGB, et la technologie moderne ne fait qu'en augmenter l'ampleur, la vitesse et la puissance », y lit-on.

Jessica Davis, une analyste en renseignement sénior qui a quitté le SCRS cette année pour fonder sa société privée de consultants, affirme toutefois que « les élections de 2019 seront le véritable test à cet égard » pour le Canada.

« Il faudra voir comment diminuer la menace, être proactif pour limiter les dommages à l'avance, plutôt que seulement enquêter après coup. Il ne suffit pas d'être capable de détecter les campagnes d'influence étrangère après les faits », dit-elle.

- Vincent Larouche et Philippe Teisceira-Lessard, La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer