Nahanni, le joyau des Territoires du Nord-Ouest

Ce cirque aux parois infranchissables est devenu, avec... (PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE)

Agrandir

Ce cirque aux parois infranchissables est devenu, avec l'amélioration des techniques et de l'équipement d'escalade, une véritable Mecque pour les grimpeurs.

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Territoires du Nord-Ouest) C'est un parc bien spécial où, pour randonner, il faut d'abord pagayer. À partir du lac Honeymoon, où amerrit le Twin Otter chargé de canots, de barils et de pagayeurs, il faut plus de deux jours de navigation pour atteindre le ruisseau Brintnell, le début de la difficile randonnée vers le Cirque of the Unclimbables. Difficile de trouver un site plus mal nommé: ce cirque aux parois infranchissables est devenu, avec l'amélioration des techniques et de l'équipement d'escalade, une véritable Mecque pour les grimpeurs. Ceux-ci se rendent directement sur place en avion ou en hélicoptère. Les randonneurs, eux, s'offrent un sérieux défi.

Première épreuve: Faire un choix judicieux entre les choses à laisser avec les canots, bien cachés dans les fourrés sur le bord de la rivière, et les choses absolument essentielles à transporter sur son dos sur près d'une dizaine de kilomètres.

Deuxième épreuve: Parcourir ces kilomètres le long d'un sentier qui s'estompe parfois dans la végétation.

Première récompense: Déboucher devant le lac Glacier, alors que le panorama des montagnes Ragged (déchiquetées) commence à se dévoiler. De vieux canots appartenant à des agences de tourisme d'aventure, Blackfeather et Nahanni River Adventures (il faut demander leur permission à l'avance), permettent de traverser le lac et de bivouaquer de l'autre côté, au pied des monts Ida et Harrison Smith.

Troisième épreuve: Marcher 7 km et gravir 800 m de dénivelé sur un terrain difficile, dont un pierrier bordé de saules bien serrés. Heureusement, Parcs Canada a travaillé fort pour tracer un sentier plus accessible et moins dangereux que l'ancien.

Ultime récompense: Déboucher sur Fairy Meadow, une vallée paradisiaque d'herbe bien verte au milieu de pics acérés et de glaciers. Quel que soit l'endroit où se porte le regard, les mots majestueux et spectaculaire viennent à l'esprit. C'est le fameux Cirque of the Unclimbables, lieux d'ascension difficiles pour les grimpeurs et d'agréables virées auprès des glaciers pour les randonneurs.

Seul problème: Il faudra faire le chemin inverse pour retourner aux canots.

C'est un parc bien spécial où, pour randonner,... (PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Les canyons décroissants

Il y a quelqu'un qui compte à l'envers.

Après avoir chargé les canots au bas de la chute Virginia, les pagayeurs s'engagent dans le Quatrième canyon, une gorge où se succèdent des rapides et de petits bouillons. Plus tard, ils traverseront le Troisième canyon, puis le Deuxième, puis enfin le Premier. Qui donc a ainsi nommé ces canyons?

Au début du XXe siècle, des chercheurs d'or ont passé la rivière Nahanni-Sud et ses affluents au peigne fin. L'un d'eux, le Suisse Albert Faille, y a même passé plus de 40 ans de sa vie. Ils n'ont pas trouvé d'or, mais ils ont réussi à survivre en trappant, et ils ont laissé leurs traces dans les noms de lieux. C'est ainsi que la vallée Deadmen (Hommes morts) et le ruisseau Headless (Décapité) sont nommés en souvenir de deux prospecteurs, les frères McLeod, trouvés morts près de la Nahanni.

Ces chercheurs d'or et ces trappeurs partaient de Fort Simpson, au confluent du fleuve Mackenzie et de la rivière Liard, et remontaient cette rivière, puis la Nahanni-Sud, pour rejoindre leurs territoires de prospection. Ils ont donc nommé les canyons en remontant le courant.

Les pagayeurs d'aujourd'hui se la coulent un peu plus douce. C'est plus facile de descendre une rivière que de la remonter, surtout lorsque le courant est fort et qu'il y a de petits rapides pour agrémenter le tout.

Ceux-ci sont modérés, de classe 2 ou 3. Il faut quand même connaître ses techniques de canot d'eau vive. Si quelqu'un chavire, il a peu de risque de se blesser, mais il pourrait demeurer dans l'eau glaciale pendant un bon moment avant de se faire secourir par ses camarades.

Mais plus que ces rapides, ce sont les somptueux paysages, et surtout les canyons, qui font la renommée de la rivière Nahanni-Sud. Chaque canyon a sa personnalité. Le Quatrième canyon n'est pas très long, mais il est intense, avec des rapides qui se succèdent entre des murailles de pierre piquées de conifères.

Le Troisième canyon est le plus long. Sur 40 km, la Nahanni-Sud se fraie un chemin à travers la chaîne des montagnes Funeral. Au beau milieu se trouve un des plus beaux sites de camping de tout le parc, à proximité d'un resserrement du canyon appelé The Gate (la barrière) et au pied d'un pinacle, The Pulpit Rock (la chaire). C'est le moment de sortir ses bottes de randonnée pour gravir cette colonne et admirer les méandres de la rivière.

Le Deuxième canyon, plus court, semble encore plus majestueux. Sur les parois rocheuses, les couches géologiques forment des courbes et des arabesques intrigantes.

Quant au Premier canyon, c'est probablement le plus spectaculaire de tous. Ses immenses murailles semblent bloquer tout l'horizon. En s'approchant, on constate que le roc, qui de loin semblait uni, est en fait parsemé de cavités et de cheminées de fée. Pour couronner le tout, le canyon se termine près de sources chaudes, de quoi détendre des muscles endoloris après près de deux semaines de pagayage.

C'est un parc bien spécial où, pour randonner,... (PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Une chute gigantesque au coeur du parc

La carte guide de la rivière Nahanni-Sud, achetée aux bureaux du parc national Nahanni à Fort Simpson, ne laisse pas le choix. Le portage pour contourner la chute Virginia est OBLIGATOIRE, est-il écrit, en lettres majuscules. Mais qui donc voudrait désobéir? À cet endroit, la rivière Nahanni-Sud tombe de 92 m dans un fracas assourdissant. La chute Virginia est plus haute que la chute Montmorency et pratiquement deux fois plus haute que celle de la rivière Niagara. Le sentier de portage sera fort apprécié, merci.

Le camping se trouve en amont, à moins de 1 km de la chute, alors que le courant commence à s'accélérer. Le fait d'accoster si près de la cataracte suscite une certaine inquiétude. Le camping lui-même provoque un autre type d'émotions. Après plusieurs jours à camper sur des plages de galets et à préparer les repas sur un canot renversé, les pagayeurs installent leurs tentes sur des plateformes de bois et étalent leurs provisions sur de véritables tables de pique-nique. Le soir, une interprète du parc organise une causerie autour d'un feu de camp pour faire connaître la culture des Dénés, les autochtones qui habitent ces terres depuis des milliers d'années. Elle sert du thé du Labrador et de la bannique, un pain plat autochtone sans levain. Avec de telles installations, il est difficile de croire que le parc Nahanni est à 500 km à l'ouest de Yellowknife, sans accès direct par la route.

Après plusieurs jours de canot, c'est le temps de relaxer un peu et de faire de la randonnée pédestre. Il y a les belvédères, bien sûr, qui permettent de voir la chute sous toutes ses coutures. Il y aussi le sentier qui gravit la montagne Sunblood, de l'autre côté de la rivière. Il faut pagayer un peu vers l'amont pour ne pas risquer de se faire entraîner par le courant vers la chute avant d'accoster.

La randonnée de 16 km en vaut la peine. Le sentier traverse une forêt d'épinettes, puis une forêt clairsemée de pins pour déboucher sur un pierrier et enfin sur le sommet. Par temps clair, on peut voir d'où l'on vient et où l'on va.

C'est un parc bien spécial où, pour randonner,... (PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

S'y rendre

Il faut d'abord se rendre à Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest, une petite communauté dénée desservie par First Air et Air Tindi à partir de Yellowknife. Pour accéder au parc à partir de Fort Simpson, il faut noliser un avion. Après la descente de la Nahanni-Sud et l'arrivée au village de Nahanni Butte, le retour peut se faire par bateau-taxi et par la route jusqu'à Fort Simpson.

Il existe plusieurs expéditions de canot possibles, selon les intérêts, les habiletés, le temps et le budget. Par exemple:

De Moose Ponds à Nahanni Butte: 563 km, 3 semaines. La première section est réservée aux pagayeurs experts.

Du lac Rabbitkettle à Nahanni Butte: 337 km, 2 semaines. C'est la version classique.

De la chute Virginia à Nahanni Butte: 216 km, 7 à 10 jours.

De Honeymoon Lake à Nahanni Butte, avec randonnée au Cirque of the Unclimbables: 432 km sur la rivière, 34 km de randonnée, 3 semaines.

Black Feather offre ces expéditions: blackfeather.com

Il est possible de descendre la Nahanni-Sud en rafting à partir de la chute Virginia. C'est une option intéressante pour les familles et pour ceux qui recherchent un peu plus de confort. Nahanni River Expeditions: nahanni.com.

Petite liste des créatures aperçues

Quelques oiseaux

> Canard non identifié

> Cygne

> Martin-pêcheur

> Corbeau

> Plongeon du Pacifique

> Outarde

> Tétras

> Goéland argenté

> Geai gris

> Sterne arctique

> Chevalier

Mammifères

> Ours: Six, dont un qui fait un détour pour nous éviter, et un qui fait un détour pour visiter notre cuisine.

> Orignal: Une maman et son jeune qui traversent la rivière.

> Castor: Deux de mauvais poil qui claquent de la queue.

> Porc-épic: Un qui nage et un qui grignote une cabane.

> Rat musqué

> Lièvre

> Marmotte

> Écureuil roux

> Pika

> Moufflon de Dall: Deux sur le bord de la rivière.

Loup: Juste des empreintes.

Lynx: Juste des empreintes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer