Un Germain comme neuf à Toronto

Au «salon», de gros divans douillets donnent envie... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Au «salon», de gros divans douillets donnent envie de se prélasser.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Il fait toujours bon de poser ses valises dans un hôtel Germain. Le groupe en possède deux à Toronto, situés en plein centre, à 15 minutes de marche l'un de l'autre. Nous avons séjourné au plus petit Mercer, un cocon à la fois chaleureux et élégant, aux chambres fraîchement rénovées.

Avec des colonnes en bois, un grand escalier en bois, une monumentale étagère murale en bois et même un plafond tout en bois, le foyer et l'aire commune du Mercer évoquent confort et qualité. Ces beaux espaces n'ont pas été retouchés depuis l'ouverture de l'hôtel, en 2003.

Au «salon», de gros divans douillets donnent envie de se prélasser. Certains travailleurs équipés de leur ordinateur portable en font même leur bureau loin du bureau, bien calés dans les coussins.

Le confort s'applique évidemment aux chambres. Pour que la literie, la couette, le plumard et les oreillers du Germain soient vendus chez Simons, c'est qu'ils doivent être particulièrement moelleux et mémorables.

Des chambres spacieuses

On aime beaucoup les dimensions généreuses des chambres de la majorité des hôtels Le Germain. Au Mercer, même la Classique, d'entrée de gamme, est bien spacieuse, avec ses 420 pi2. Pourquoi sortir? «Room service please

Réalisé par la firme d'architecture et de design Lemaymichaud, responsable du look de tous les hôtels du groupe, le rafraîchissement des 118 chambres n'est pas du tout choquant. Le côté feutré, «à la Germain», est assuré par le bois et les couleurs sombres, dont un mur charbon en «faux feutre», une matière faite de plastique recyclé. La literie toute blanche, la salle de bains pâle et moderne apportent des accents de lumière à l'ensemble.

Sur place, on peut manger au Victor (ou se faire livrer des plats à la chambre). Mais contrairement à d'autres restaurants réputés comme le Laurie Raphaël (Germain Montréal) et le Charcut (Germain Calgary), Victor a une personnalité un peu moins affirmée. Nous ne l'avons pas essayé, mais rien ne nous en a vraiment donné l'envie non plus.

Lorsqu'on sort finalement du cocon, on découvre un quartier dynamique et une faune urbaine bigarrée. Des partisans des Blue Jays casquettés croisent des touristes (la tour du CN est à 700 m). Des professionnels marchent d'un pas décidé, tandis que des adeptes de spinning ou de yoga sortent de leur entraînement.

Le quartier jouit d'excellentes adresses pour les vrais de vrais foodies, comme l'élégant Alo (avec son bar à cocktails de très haut niveau), le délicieux et polyvalent Bar Buca, ouvert de 7 h à 2 h, et l'incomparable boulangerie Forno Cultura, pour vos fringales matinales et les meilleurs sandwichs en ville.

Le confort s'applique aussi aux chambres.... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le confort s'applique aussi aux chambres.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Notre verdict

Prix payé pour une nuitée (Chambre Classique avec lit king)

285 $, petit-déjeuner continental inclus.

Situation

En plein coeur de l'Entertainment District de Toronto, à un jet de pierre du Rogers Centre et près d'une foule de bons restaurants.

Services

Resto-bar, salle d'exercice, mini-terrasse sur le toit, vert d'exercice (putting green).

On aime

Le décor à la fois moderne et chaleureux et le service souriant.

On aime moins

La terrasse sans grand intérêt.

Un endroit à recommander pour...

Ceux et celles qui aiment les hôtels-boutiques confortables situés au coeur de l'action.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer