Recherche Voyage

À la conquête des géants du Salvador

  • L'Izalco compte sans doute parmi les volcans salvadoriens les plus spectaculaires. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    L'Izalco compte sans doute parmi les volcans salvadoriens les plus spectaculaires.

    Photo David Boily, La Presse

  • 1 / 10
  • Le Salvador compte plus de 100 volcans dont les 5 dans cette photo qui sont toujours actifs: (de droite à gauche) l'Izalco, le Cerro Verde, le Santa Ana, le Lel Aguila et le Cachillo. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Le Salvador compte plus de 100 volcans dont les 5 dans cette photo qui sont toujours actifs: (de droite à gauche) l'Izalco, le Cerro Verde, le Santa Ana, le Lel Aguila et le Cachillo.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 2 / 10
  • Sur la route vers le sommet du volcan de Cerro Verde on trouve des vues du Lago Coatepeque qui est situé au fond d'un cratère de plus de 20 km de diamètre. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Sur la route vers le sommet du volcan de Cerro Verde on trouve des vues du Lago Coatepeque qui est situé au fond d'un cratère de plus de 20 km de diamètre.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 3 / 10
  • Le parc El Boqueron au sommet du volcan San Salvador (El Gigante) où on a une vue du gigantesque cratère du volcan. Avant l'éruption du 7 juin 1917, ce cratère était rempli d'eau. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Le parc El Boqueron au sommet du volcan San Salvador (El Gigante) où on a une vue du gigantesque cratère du volcan. Avant l'éruption du 7 juin 1917, ce cratère était rempli d'eau.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 4 / 10
  • Du haut du volcan de Cerro Verde, on peut observer le volcan de Izalco. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Du haut du volcan de Cerro Verde, on peut observer le volcan de Izalco.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 5 / 10
  • Chaque village du Salvador est construit autour de sa place publique où les gens vont lire, flâner et passer du temps en famille. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Chaque village du Salvador est construit autour de sa place publique où les gens vont lire, flâner et passer du temps en famille.

    Photo David Boily, La Presse

  • 6 / 10
  • Une dame choisit des fraises au marché central (mercado centrale), un des plus importants marchés de San Salvador. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Une dame choisit des fraises au marché central (mercado centrale), un des plus importants marchés de San Salvador.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 7 / 10
  • Au marché public du village de Nahuizalco, une dame se met à l'abri de la pluie pour vendre ses produits. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Au marché public du village de Nahuizalco, une dame se met à l'abri de la pluie pour vendre ses produits.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 8 / 10
  • Les gens défilent au marché du village d'Ataco. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Les gens défilent au marché du village d'Ataco.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 9 / 10
  • Une dame prépare le mets traditionnel du Salvador, les pupusas chez La Olguita un petit restaurant de la ville de d'Ahuachapán. (Photo: David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Une dame prépare le mets traditionnel du Salvador, les pupusas chez La Olguita un petit restaurant de la ville de d'Ahuachapán.

    Photo: David Boily, La Presse

  • 10 / 10

Partager

Sur le même thème

(SAN SALVADOR) Ils s'appellent Cerro Verde, Izalco ou San Salvador. Même avec la tête cachée dans les nuages, ils ont l'air gigantesques. Le pays en compte environ une centaine. Et certains d'entre eux pourraient se réveiller demain matin sans préavis. Ici, c'est sans contredit le pays des volcans. Bienvenue au Salvador.

À peine débarqué de l'avion à San Salvador, le premier contact avec «la bête» se fait très rapidement. Elle s'impose à nous. Impossible de la manquer.

Le volcan, qui porte le même nom que la capitale du pays, fait partie du quotidien des Salvadoriens. Comme il l'a fait en 1917, le San Salvador peut faire irruption spontanément. Pourtant, les habitants de la ville ne semblent pas nerveux à l'idée d'une catastrophe imminente. Certains lancent même à la blague que lorsque le volcan se réveillera, ils voudront être aux premières loges... pour le photographier.

D'ici là, grâce à des sentiers aménagés, il est possible de l'admirer dans toute sa splendeur. Pour y accéder, il suffit de suivre une route, en voiture ou en autobus, qui mène à quelque 1000 m d'altitude. En chemin, on peut s'arrêter pour casser la croûte grâce à une multitude de petits restaurants ou de simples comptoirs où cuisinent des femmes qui habitent non loin de là. De nombreux belvédères ont également été aménagés pour admirer le volcan. Il faut s'arrêter au Mirador Don Pedro Feliz. Avec sa terrasse, son petit stationnement en terre battue ainsi que les poules et les dindons qui y circulent comme s'ils étaient chez eux, l'endroit est fort agréable. Un service de bar permet même de prendre une Pilsener, la bière locale, avant de poursuivre son chemin.

Une fois arrivé à 1000 m, il est temps de se munir de chaussures de marche, puisque le reste de l'ascension se fera à pied. Bien que la randonnée ne soit pas très longue, une dizaine de minutes tout au plus, le sentier est escarpé et glissant à certains endroits. Puis, une fois rendus à 1600 m, nous y sommes. Le San Salvador, aussi appelé El Gigante (le géant) est là. En fait, nous nous retrouvons légèrement au-dessus de lui. Il est possible de voir son cratère, également appelé «la bouche». Ce qui s'apparente à un trou était auparavant un lac. Le spectacle est époustouflant. On peut facilement y passer un bon moment. L'idéal: apporter son casse-croûte et le manger en admirant le géant.

Autre paysage, autre volcan

Évidemment, le San Salvador n'est pas l'unique célébrité volcanique du pays. Il partage la vedette avec plusieurs autres volcans, dont le Cerro Verde (2035 m), l'Izalco (1770 m) et le Santa Ana (2365 m). Situés à environ une heure et demie de la capitale dans le département de la Libertad, ils ont une beauté tout aussi remarquable que celle du San Salvador, mais le spectacle qu'ils offrent est complètement différent. Pour les admirer, il faut emprunter une route, en voiture, qui nous permet de gravir littéralement le Cerro Verde jusqu'à son sommet. De là, on peut aisément admirer les deux autres volcans, l'Izalco et le Santa Ana. Depuis le promontoire, on les voit dans leur immensité. Et les nuages qui ont l'air de s'être coincés à leurs sommets ajoutent au portrait une touche mystérieuse et donnent l'impression au spectateur de se rapprocher un peu plus du ciel. Pour ajouter au spectacle, lorsque le temps n'est pas couvert, il est possible d'apercevoir au loin l'océan Pacifique. Encore là, des espaces ont été aménagés pour les visiteurs qui souhaitent s'asseoir tranquillement et faire un pique-nique. On peut même y acheter des pupusas - sortes de tortillas garnies à l'intérieur -, le plat national des Salvadoriens.

Sur la route des géants

Le circuit volcanique à travers le Salvador ne s'arrête pas là. Près de la frontière avec le Guatemala, le département de Ahuachapán, situé à une centaine de kilomètres de San Salavador, est aussi ce qu'on pourrait appeler un paradis des volcans. Et c'est peu dire. À certains endroits, dans cette région, cinq volcans apparaissent côte à côte dans le paysage.

Pour les voir, à partir de la ville d'Ahuachapán, capitale du département du même nom, il faut emprunter ce que les Salvadoriens appellent la Ruta de las flores (route des fleurs). En chemin, la végétation luxuriante empêche de bien voir l'horizon. Puis, peu de temps avant qu'on atteigne le charmant village de Juayama, la forêt s'éclaircit. Et voilà qu'ils se dévoilent: le Cachillo, El Aguilla, le Santa Ana, le Cerro Verde et l'Izalco. La vision de ces cinq montagnes alignées impressionne. Pour prendre le temps d'admirer ce paysage hors du commun, un petit observatoire en bois a été aménagé le long de la route.

___________________________________

Seul ou avec un guide?

Le Salvador est-il sûr? Voilà la question que se posent plusieurs voyageurs qui hésitent à s'aventurer dans un pays qui a longtemps été le théâtre d'une guerre civile. Aujourd'hui, la paix est revenue et la police touristique se tient aux abords des sites fréquentés par les visiteurs. Pour sillonner le pays et découvrir ses volcans, ses villages et ses plages, on peut aisément louer une voiture. Toutefois, pour ceux qui craignent de s'aventurer seuls ou encore de se perdre, il est facile d'avoir recours aux services d'un guide qui peut vous prendre à l'aéroport et vous conduire aux endroits que vous souhaitez visiter. Plusieurs agences offrent ce genre de service au Salvador.

Pour renseignements: ecoexperienciaselsalvador.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • 12 heures à San Salvador

    Salvador

    12 heures à San Salvador

    En débarquant à San Salvador, un visiteur aventurier peut se sentir bien désemparé. Avec sa circulation monstre et ses trottoirs parsemés de ... »

  • Salvador: des fleurs et du café

    Salvador

    Salvador: des fleurs et du café

    Ici, aucune trace d'autocar touristique. Lorsque l'on descend de la voiture pour visiter un village ou une plantation de café, le regard fasciné,... »

  • Un Québécois au Salvador

    Salvador

    Un Québécois au Salvador

    Au volant de sa jeep Mitsubishi, il se gare lentement dans le stationnement rocailleux de l'hôtel Los Cobanos. Il sort de sa voiture, sourire aux... »

  • La Cocotera: un secret bien gardé

    Salvador

    La Cocotera: un secret bien gardé

    Pendant 11 km, la voiture roule sur une route de terre. Pour s'orienter, il faut suivre les flèches peintes discrètement sur quelques poteaux tout en... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer