Recherche Voyage

Vivre comme un surfeur au Nicaragua

Une autre journée de surf se termine à... (Photo Charles-Edouard Carrier, collaboration spéciale)

Agrandir

Une autre journée de surf se termine à Playa Maderas.

Photo Charles-Edouard Carrier, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le soleil disparaît dans le Pacifique. Trois surfeurs suivent l'instructeur pour une dernière vague. D'autres rassemblent du bois pour un feu de camp. Ils ont passé la journée ici, à Playa Hermosa, au Nicaragua. Leur première expérience de surf. Ils vivront dans ce paradis six jours encore. Bienvenue chez Barefoot, au Nicaragua.

Chaque matin, le groupe part à la recherche... (Photo Charles-Edouard Carrier, collaboration spéciale) - image 1.0

Agrandir

Chaque matin, le groupe part à la recherche de la meilleure vague.

Photo Charles-Edouard Carrier, collaboration spéciale

Les Québécois Alexandre Vassilatos et Gabriel Lanoix ont fondé Barefoot Surf Travel après avoir surfé sur tous les continents. «Le surf, c'est notre passion et nous souhaitions trouver un moyen unique de la partager. Nous n'avions pas l'intention d'ouvrir une école de surf, l'idée était d'aller plus loin. Nous voulions amener les gens avec nous, offrir un séjour inoubliable, leur permettre de vivre la vraie expérience d'un voyage de surf», explique Gabriel Lanoix. L'agence de voyages, la plus importante de ce genre au Canada, est spécialisée dans l'organisation de séjours de surf authentiques où le sport, le divertissement et la culture s'allient au rythme de vie unique du surfeur. San Juan Del Sur, au Nicaragua, est une de leurs destinations.

En voyage de surf, c'est l'océan qui a le dernier mot. C'est pourquoi l'horaire n'est jamais fixé d'avance: «On garde un oeil sur les marées et les vagues pour chacune des plages autour de San Juan. Jusqu'à la dernière minute, les plans peuvent changer. C'est la réalité du sport», précise Alexandre Vassilatos. Les participants ne prennent donc connaissance du plan de la semaine qu'en arrivant à la luxueuse villa louée par Barefoot pour la saison.

La journée typique commence tôt et comprend du surf, des repas en groupe et des activités libres en journée et en soirée. «On souhaite que les gens puissent aller à la rencontre de la culture du Nicaragua. Ça doit aussi faire partie de l'expérience», dit Gabriel Lanoix.

Pour compléter les cours à la plage, les instructeurs se penchent aussi sur la théorie du surf. Des rencontres servent à démystifier cet univers, son vocabulaire, la vague, l'équipement et l'éthique du sport. Un moment est consacré au visionnement des photos prises lors des précédentes sorties. Un par un, les apprentis se voient en action. Pour la plupart, cela marque le début d'une nouvelle étape dans l'apprentissage du sport.

Formé par les meilleurs

Les cours sont donnés par des surfeurs professionnels: l'Argentin Fancos Rivas aidé de Norwin Estralla et Rex Calderon, tous deux originaires du Nicaragua et champions nationaux de surf. «D'impliquer des gens locaux dans l'entreprise était une priorité pour nous. Nous ne voulions pas arriver dans la petite communauté et nous imposer en tant qu'étrangers. Et ça donne toute la couleur au projet que d'avoir ces gens-là avec nous», expliquent les entrepreneurs.

Barefoot s'occupe des voyageurs dès leur arrivée à l'aéroport de Managua, la capitale du Nicaragua. Il n'y a pas de restrictions d'âge pour participer aux voyages. Les séjours sont adaptés à une clientèle débutante et intermédiaire.

Philippe Pariseau, 32 ans, en est à son deuxième séjour avec Barefoot: «Les membres de l'équipe nous transmettent l'amour du sport et nous exposent à leur mode de vie. C'est un immense contraste si je le compare à mon quotidien d'ingénieur en télécommunications. Apprendre le surf, vivre le surf, respirer le surf, c'est ce que je retiens...»

Pour s'initier au surf, certains préfèrent une approche moins coûteuse et moins encadrée. Il est possible de se rendre à San Juan Del Sur et d'organiser soi-même son séjour de surf. Ceux qui décident de le faire avec une agence comme Barefoot ont cependant la chance de vivre un moment particulier et de s'imprégner de la culture propre au sport.

L'ambiance paradisiaque à la villa, le temps passé dans l'eau aidé des meilleurs surfeurs du pays, les balades en ville dans la boîte d'une camionnette, les guitares au bord de la piscine, les soirées à regarder des films de surf dans un bar, le soleil sur une plage déserte du Nicaragua et l'énergie d'un groupe qui goûte pour la première fois à l'euphorie de glisser sur l'eau concourent à cette impression de vivre, pendant quelques jours, la vie rêvée des surfeurs.

http://www.barefootsurftravel.com/fr/

Les voyages de Barefoot

Pour le moment, l'entreprise de Montréal offre trois circuits totalisant une vingtaine de voyages par année. L'équipe travaille actuellement à créer des liens avec des communautés au Mexique et en Europe afin d'élargir son offre de services.

> Indonésie, 21 jours en juin, juillet, août et septembre

L'Indonésie est le circuit le plus impressionnant offert par l'entreprise. Les surfeurs visitent Bali, Gili et Nusa Lembongan et apprennent à dompter quelques-unes des plus belles vagues du monde.

> Équateur, 10 jours en avril et mai

Le séjour en Équateur combine l'effervescence de la station balnéaire de Montanita et le calme d'un petit village nommé Ayampe, en pleine forêt tropicale.

> Nicaragua, 7 jours en mai et juin

Le plus court des séjours chez Barefoot est celui à San Juan Del Sur, une petite ville colorée, tout près du Costa Rica. Les surfeurs y résident dans une immense villa à quelques minutes des plus belles plages d'Amérique centrale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer