Recherche Voyage

Rio de Janeiro entre dans la danse

Les organisateurs de Bola Preta espéraient rassembler samedi... (PHOTO VANDERLEI ALMEIDA, AFP)

Agrandir

Les organisateurs de Bola Preta espéraient rassembler samedi plus de deux millions de personnes, alors que l'office du Tourisme de Rio tablait sur 1,3 million de participants.

PHOTO VANDERLEI ALMEIDA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

Cowboys rose bonbon, nonnes en minijupes, gaillards aux torses nus musclés en couches-culottes ont vibré samedi par centaines de milliers dans le centre de Rio de Janeiro avec «Bola Preta», le plus ancien groupe carnavalesque de rue de la ville.

Dès 7 h, une foule gigantesque a commencé à défiler en chantant et dansant dans le déluge de décibels déversé inlassablement par les percussionnistes et chanteurs de samba de Bola Preta, juchés sur des camions sonorisés qui fendaient la multitude à pas d'homme, en contrebas des gratte-ciel désertés du centre d'affaire de Rio.

Et lorsque sous un soleil accablant, le camion marque un arrêt, que le chanteur attaque l'une des plus célèbres chansons de samba de Rio, c'est toute la foule qui se met à sauter frénétiquement sur place en hurlant à l'unisson le refrain: «E hoje o dia da alegria! E a tristeza, nem pode pensar em chegar»! («C'est aujourd'hui le jour de l'allégresse, et la tristesse ne peut même pas songer à exister!».

«C'est un moment unique: on peut faire ce qu'on veut, s'habiller comme on veut, boire toute la bière du monde. On attend ce moment toute l'année», confie à l'AFP Aldemir Sena, 26 ans, en vidant un énième verre de bière.

Au milieu de cette orgie festive et compacte de corps ruisselants de sueur, glissant les uns contre les autres, les cariocas font sauter, temporairement, toutes les barrières sociales, raciales, sexuelles du quotidien.

Un groupe de jeunes noirs des favelas aux cheveux blonds peroxydés s'est joint à deux jeunes blancs coiffés de perruque afros pour entonner ensemble la chanson officielle de Bola Preta: «Qui ne pleure pas ne tête pas! Tiens-la bien, mon coeur, ma sucette. L'endroit chaud, c'est le lit, ou bien Bola Preta».

Fondé en 1918, Bola Preta est le plus ancien des quelque 340 «blocos» de carnaval de rue qui vont rassembler cette année quelque six millions de fêtards, en marge du carnaval officiel et très calibré du sambodrome, où rivalisent les prestigieuses écoles de sambas de Rio.

Les organisateurs de Bola Preta espéraient rassembler samedi plus de deux millions de personnes, alors que l'office du Tourisme de Rio tablait sur 1,3 million de participants.

La police de Rio, interrogée par l'AFP, n'a pas fourni d'estimation.

Autoproclamé plus grand groupe carnavalesque de rue au monde, Bola Preta rivalise chaque année pour le record d'affluence avec le «Bloco Galo da Madrugada» de Recife (nord-est) qui a également rassemblé samedi une immense foule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer