Recherche Voyage

48 heures à João Pessoa

  • La colorée place Antenor Navarro, inaugurée en 1935. (Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La colorée place Antenor Navarro, inaugurée en 1935.

    Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale

  • 1 / 5
  • La Ponta do Seixas est le lieu le plus oriental des Amériques. (Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La Ponta do Seixas est le lieu le plus oriental des Amériques.

    Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale

  • 2 / 5
  • Des îles de sable se forment au large à marée basse. (Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Des îles de sable se forment au large à marée basse.

    Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale

  • 3 / 5
  • Le centre historique et culturel São Francisco est l'emblème suprême de João Pessoa. (Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Le centre historique et culturel São Francisco est l'emblème suprême de João Pessoa.

    Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale

  • 4 / 5
  • L'île de Sable rouge (Ilha de Areia Vermelha), où l'on peut marcher, se faire bronzer, nager et même prendre un verre commandé à l'un des bateaux-bars. (Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale)

    Plein écran

    L'île de Sable rouge (Ilha de Areia Vermelha), où l'on peut marcher, se faire bronzer, nager et même prendre un verre commandé à l'un des bateaux-bars.

    Photo Sarah-Émilie Nault, collaboration spéciale

  • 5 / 5
Sarah-Émilie Nault

Collaboration spéciale

La Presse

On connaît bien ses populaires cousins, Rio et São Paulo, mais ce n'est pas parce que João Pessoa se fait plus discret que ses plages, ses forêts et ses jolies traditions ne valent pas le (léger) détour. Fière de ses quatre siècles d'histoire, la troisième ville du Brésil parmi les plus vieilles - et capitale de l'État de Paraíba - dévoile candidement ses charmes aux reflets verts, turquoise et dorés, tout à l'est du pays, au bord de l'Atlantique.

Jour 1

9 h

Le centre historique et culturel São Francisco

Imaginez une église baroque - l'une des plus belles et des plus importantes du Brésil -, un joli monastère voisin (Santo Antonio), une fontaine, un jardin et une vue sublime sur une parcelle de l'étendue de la forêt Atlantique, ajoutez-y toute la tranquillité du monde, des oeuvres sacrées, populaires et contemporaines et une possibilité infinie d'expositions, de concerts, de récitals, de retraites spirituelles et de célébrations religieuses et vous aurez une petite idée de l'ambiance entourant le centre historique et culturel São Francisco, emblème suprême de la ville.

10 h 30

Visite de la Place Antenor Navarro

Inaugurée en 1933 et joliment rénovée, la place Antenor Navarro est composée de rangées de maisons multicolores aux styles architecturaux distincts et anciens. Sous leurs toits, aujourd'hui, se serrent chaleureusement bars, restaurants et petites boutiques artisanales. L'espace, consacré à la création, accueille des événements artistiques toute l'année.

13 h

Manger sur la plage

C'est les deux pieds dans le sable qu'on partage beaucoup de repas à João Pessoa. Le long de la fameuse plage Tambaú, on découvre d'exquises spécialités locales (dont le fameux tapioca, sorte de crêpe de farine, de noix de coco et de fromage) tout en se désaltérant à même une énorme noix de coco. Pour rester bien froides, les bouteilles de bière sont couchées sur glace, dans un petit seau posé directement sur la table.

14 h

Les îles d'Ilha de Areia Vermelha et de Picaozinho

La ville de João Pessoa est bordée de piscines naturelles dont certaines ne se dévoilent qu'à marée basse, à l'occasion des pleines et des nouvelles lunes. Formée à partir de récifs de corail, à moins de 2 km de la plage de Tambaú, l'île Picaozinho est le paradis de la plongée en apnée. De son côté, lorsque la marée se retire, l'île de Sable rouge (Ilha de Areia Vermelha) laisse apparaître une plage rougeâtre où l'on peut marcher, se faire bronzer, nager et même prendre un verre commandé à l'un des bateaux-bars flottant sur l'eau turquoise.

17 h

Coucher de soleil musical

À Jacaré, la tradition veut que l'on se rencontre, entre amis ou en amoureux, juste avant le coucher du soleil. Assis à l'une ou l'autre des terrasses en bordure de rivière (on arrive tôt, car elles ne tardent pas à être bondées), c'est le Boléro de Ravel (version saxophone) et l'Ave Maria (au violon) qui accompagnent l'au revoir au soleil. Les musiciens aux costumes immaculés jouent debout, dans des chaloupes voguant au rythme de leurs mélodies.

19 h

Danse, musique et spectacles traditionnels

Des démonstrations de capoeira (ce mélange magnifique d'arts martiaux et de danse) en plein air, des leçons de danse données dans les bars, sur les terrasses et directement sur la plage, une petite brise de liberté contrant l'humidité et la chaleur et un laisser-aller franchement rafraîchissant: l'art est partout à João Pessoa. De nombreux festivals de musique, de théâtre et de danse animent chaque semaine la ville aux chaudes soirées brésiliennes.

JOUR 2

9 h

Visite et belles rencontres au marché Paraíbano

On se balade sur les deux étages du Mercado de artesanato Paraíbano pour se procurer quelques souvenirs artisanaux et régionaux (qui sont, ma foi, parfois fort jolis !), mais aussi, beaucoup, pour faire d'intéressantes rencontres locales. Entre les étagères aux babioles infinies, au fond de véritables cavernes d'Ali Baba, se cachent des Brésiliens au visage ridé par l'expérience, toujours souriants et ne demandant qu'à discuter avec les étrangers. Certains baragouinent l'anglais, d'autres non, mais ultimement, on finit toujours par se comprendre.

214, avenue Sen Rui Carneiro

mercadoartesanatopb.com.br

11 h

Parcourir les plages sauvages

Alors que la capitale - et deuxième ville la plus verte du monde - est bordée d'arbres, de ravins et de végétation exotique, prendre part à une excursion en buggy (véhicule léger tout-terrain) sur ses plages quasi vierges permet de saisir la diversité de ses trésors. On s'arrête ici pour manger sur la plage la moins fréquentée, là pour faire une saucette dans l'eau à la température idéale de l'Atlantique et des rivières.

15 h

Rencontre émouvante d'habitants des favelas

Certainement pas touristique, mais l'une des expériences les plus enrichissantes de mon humble existence, c'est l'appareil photo timide que j'ai parcouru les favelas (bidonvilles brésiliens) de João Pessoa. Accompagnée d'un bénévole et d'amis brésiliens, au coeur de la misère humaine, j'ai pourtant été accueillie par des familles très pauvres le sourire aux lèvres. À travers la misère, sous un soleil de plomb, on m'a fait comprendre de grandes choses au coeur d'un « village » tout petit. On s'y rend pour tenter de comprendre, pour peut-être bien aider, mais certainement pas pour en sortir indemne.

18 h

Vue sur l'Atlantique de la pointe du Seixas

Le lieu le plus oriental des Amériques, là où le soleil, chaque matin, se réveille et illumine le continent de ses premiers rayons, c'est ici, à 14 km du centre-ville de João Pessoa. L'endroit est tout simple: un muret de petites pierres multicolores, une pancarte de bois fièrement dressée sur le haut d'une falaise et une vue sur l'Atlantique à donner des envies de liberté.




la boite:1600176:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer