Recherche Voyage

Chili: 48 heures à Punta Arena

La petite ville Punta Arenas s'est embellie au cours... (PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE)

Agrandir

La petite ville Punta Arenas s'est embellie au cours des années.

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Punta Arenas, tout au sud du Chili, constitue le point de départ de grands treks en Patagonie et de croisières en Antarctique. La petite ville de 130 000 habitants, qui avait autrefois peu à offrir aux visiteurs, a beaucoup changé au cours des dernières années. Les restaurants se sont multipliés, les musées se sont améliorés, la ville s'est embellie. Elle mérite maintenant qu'on s'y attarde quelque peu.

JOUR 1

9h > Promenade le long de la mer

Une toute nouvelle promenade pour les piétons, doublée d'une piste cyclable, borde le détroit de Magellan. Au large, si le temps est clair, on peut voir la Terre de Feu. À intervalles réguliers, de grands monuments rappellent le passé maritime de Punta Arenas. À intervalles tout aussi réguliers, des bancs de musculation et des machines cardio rudimentaires rappellent aux Chiliens que le sport, c'est la santé. Les plus hardis se risquent à une trempette dans la mer, mais avec une température moyenne de 11 °C en été et un vent quasi omniprésent, il est préférable d'oublier la baignade. 

Au long de la rue Costanera.

10h30 > Plaza Munoz Gamero

La plaza Munoz Gamero, ou Plaza de Armas, est le coeur de la ville. On y trouve de grands cyprès, quelques boutiques de souvenirs en plein air et, surtout, un grand monument à la gloire de Magellan. Le grand navigateur est flanqué de statues de sirènes et d'autochtones. Le pied de l'un d'eux pendouille, et le fait de l'embrasser serait un gage de bonne fortune. Il est assez amusant d'observer de dignes touristes s'approcher mine de rien, regarder à droite et à gauche et embrasser le fameux pied furtivement en espérant que personne ne les a vus. Une église et de belles demeures du XIXe siècle entourent la place.

Entre les rues Bories, Magallanes, Seguel et Fagnano

11h30 > Observatoire

Une petite marche vers l'ouest permet de gravir une petite colline et d'accéder à un observatoire qui offre une jolie vue de la ville. Il y a peu d'édifices en hauteur, et ceux-ci sont essentiellement des hôtels. Les maisons sont souvent petites et recouvertes de tôle. Heureusement, les habitants aiment les couleurs vives et améliorent ainsi l'aspect de leur demeure.

À l'angle des rues Fagnano et Senoret

12h30 > Lomito's

Toujours ouvert, même lorsque c'est dimanche, même lorsque c'est l'heure de la sieste, Lomito's sauve la mise lorsque l'estomac se réveille. Tout le monde semble s'y donner rendez-vous, depuis les groupes de trekkers jusqu'aux gens ordinaires de Punta Arenas. On y sert de gros hamburgers dans une atmosphère chaleureuse. Malheureusement, on n'a pas encore découvert les frites.

722, rue José Menendez

14h > Musée salésien

Le premier étage réunit un nombre impressionnant d'animaux empaillés, représentatifs de la faune de Patagonie. Malheureusement, l'empailleur n'était pas très doué et ses oeuvres ne rendent pas justice aux bêtes de chair et de sang qui parcourent toujours la région. Le deuxième étage, consacré à l'ethnographie et à l'histoire des missions religieuses en Patagonie, est plus intéressant. On y trouve notamment de précieux artefacts autochtones. Il est également intéressant de faire le parallèle entre les missions religieuses en Amérique du Sud et celles d'Amérique du Nord.

336, rue Bulnes

17h > Bar Shackleton

En 1916, le grand explorateur Ernest Shackleton a essayé d'amasser des fonds à Punta Arenas pour affréter un navire afin d'aller chercher l'équipage de 22 hommes qu'il avait dû laisser dans l'île de l'Éléphant, en Antarctique, après un terrible naufrage. Il aurait rencontré ses bienfaiteurs potentiels au bar qui porte maintenant son nom, dans le Palacio Sara Braun. Certains estiment toutefois que les réunions auraient eu lieu au sous-sol de l'édifice, un bar-bistro qui porte maintenant le nom de La Taberna. Pour être certain de fouler les pas du grand homme, il faut donc aller prendre un verre dans l'un, puis dans l'autre.

Plaza Munoz Gamero

20h > Restaurant Brocolino

Les bons restaurants ne manquent pas à Punta Arenas. Brocolino est particulièrement chaleureux. Son propriétaire, le chef Hector, rencontre les clients pour leur présenter une carte où règne la créativité. Il est particulièrement fier de son steak Paris Hilton, qui baigne notamment dans le champagne. Il met également l'accent sur les fruits de mer, une valeur sûre à Punta Arenas.

1049, rue O'Higgins

JOUR 2

9h30 > Musée Nao Victoria

Un excentrique a engagé des charpentiers maritimes et a entrepris de construire une réplique grandeur nature du Nao Victoria, le navire de Magellan lors de son périple de 1519. On peut visiter l'intérieur de la réplique et même endosser une armure de l'époque. Le propriétaire a entrepris de construire également une réplique du Beagle de Darwin et une autre du James Caird, la baleinière qu'Ernest Shackleton a utilisée pour quitter l'île de l'Éléphant et aller à la recherche d'un navire pour sauver son équipage. Un peu à l'extérieur de la ville, le musée est facilement accessible par taxi.

Rio Seco, 7 km au nord de Punta Arenas.

11h30 > Musée naval et maritime

Le gouvernement chilien a finalement mis un remorqueur, le Yelcho, à la disposition de Shackleton pour sauver l'équipage. Le capitaine du Yelcho, Luis Pardo, est devenu un héros au Chili, et le sauvetage est célébré au Musée naval et maritime. Au deuxième étage du bâtiment se trouve une reconstitution d'un pont de navire, avec ses instruments de navigation et de communications, et même un scaphandre.

981, rue Pedro Montt

13h > Il Panino

Un petit restaurant local sans prétention, intéressant pour ses pizzas, mais aussi pour la collection d'antiquités assemblées dans son petit local. Il est ainsi possible de manger en tête à tête avec une vieille caisse enregistreuse et une machine à coudre du siècle dernier. Heureusement, la pizza est de la toute dernière fraîcheur.

701-B, avenue Colon

15h > Cimetière municipal

Des gens de toutes origines ont bâti Punta Arenas: des Espagnols, des Britanniques, des Scandinaves et surtout des Croates, chassés de chez eux par la Première Guerre mondiale. Les descendants de ces derniers forment maintenant une grande partie de la population. Une visite au très beau cimetière municipal permet de voir qui sont ces pionniers: des riches aux immenses mausolées, des pauvres aux tombes minuscules. Le tout orné d'allées de cyprès soigneusement taillés.

949, rue Bulnes

20h > Restaurant Okusa

Un bel édifice d'époque à l'angle de Colon, une avenue bordée d'immenses arbres. Les murs de la salle à manger d'Okusa sont d'une riche couleur bourgogne, et le plafond est très haut. C'est un bon endroit où goûter aux côtelettes d'agneau. Le mouton a fait la fortune de Punta Arenas au XIXe siècle, et l'agneau y demeure une viande très appréciée.

787, rue O'Higgins

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer