Soins de la peau: rituels japonais

Le layering est une routine de soins en... (Photo Masterfile)

Agrandir

Le layering est une routine de soins en sept étapes.

Photo Masterfile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélanie Roy
La Presse

Les Japonaises sont remarquées pour l'éclat et la transparence de leur teint, qu'elles dorlotent matin et soir, selon des méthodes traditionnelles hautement sophistiquées. Du layering au brossage corporel, voici quelques rituels beauté à s'approprier.

À rebours de la tendance du petit pot «effet tout-en-un», le layering, inspiré des rituels de beauté japonais, propose de déplier un geste à la fois notre routine de soins du visage, en prenant tout le temps qu'il faut.

Au Japon, l'idéal de beauté féminine se définit par un teint lumineux et transparent comme de la porcelaine, un visage aux proportions parfaites, une peau lisse et rebondie. «Elles rêvent d'avoir la peau comme la surface d'un mochi, explique depuis Paris Élodie-Joy Jaubert, auteure de Layering: Secret de beauté des Japonaises, en librairie depuis quelques semaines au Québec. Elle doit adopter la douceur et la fermeté de cette pâtisserie asiatique à base de riz gluant.»

Pour Anne Lucas, massothérapeute spécialiste en Kobido, une technique ancestrale de massage japonais du visage réputé «anti-âge», cette recherche de la perfection prend racine dans la philosophie taoïste: «Pour eux, la beauté est indicatrice de santé. Toutes les deux sont indissociables. L'extérieur est le reflet de l'intérieur, d'où l'obsession de masquer toutes les imperfections et le fantasme d'une peau sublimée.»

Alors que nous concoctons des crèmes qui promettent d'hydrater, d'égaliser, d'illuminer et de protéger en une seule application (la BB crème en tête de liste), les Japonaises, de l'avis de Mme Lucas, sont moins portées sur le «produit» que sur le rituel (de l'ablution, de l'automassage). «En Asie, il n'y a pas de raccourci. On honore chaque petit muscle, pour permettre à la vie de circuler dans tout le corps. Ils ont un sens aigu de l'esthétisme, entretiennent une culture du bien-être. Chaque geste est décortiqué, a son importance. C'est la multiplication de ces gestes précis, leur répétition cérémoniale qui est bénéfique.»

L'art du mille-feuille

Cette approche traditionnelle de la beauté a depuis quelque temps sa traduction occidentale, appelée layering. On croise parfois son équivalent français: le «mille-feuille». Cette technique qu'Élodie-Joy Jaubert détaille dans son livre, et qui fait la part belle aux cosmétiques et aux ingrédients naturels, consiste à superposer sur son visage, matin et soir, différentes strates de soins démaquillants et purifiants, suivant un ordre méthodique.

La routine de soins adaptée pour les Européens par Mme Jaubert comporte sept étapes, ou «couches» successives. Les deux premières qui, fondues ensemble, deviennent le «double nettoyage», sont les plus fondamentales. Le point de départ? Un démaquillage à l'huile (d'olive, de coco, de noyau d'abricot, d'amande douce).

«Appliquer une huile végétale, non diluée, directement sur son visage peut paraître farfelu, remarque-t-elle. On pense à tort qu'elle bouche les pores, qu'elle donne des boutons... Mais pour enlever les résidus de maquillage tenaces, le mascara à l'épreuve de l'eau par exemple, retirer les impuretés et déloger les saletés accumulées pendant la journée, rien n'est plus efficace qu'un corps gras. Et une noisette suffit.» La seconde partie, un nettoyage à base de savon doux suivi d'un rinçage à l'eau tiède, contribuera à dissoudre définitivement le surplus d'huile.

On vient ensuite appliquer un coton imbibé de lotion tonique (l'eau florale est recommandée) afin de resserrer les pores. Après quoi, on enduit son visage d'un sérum, plus concentré en actifs qu'une crème hydratante, en pinçant légèrement la peau du bout des doigts. Viennent ensuite le soin contour des yeux, la crème de jour (ou de nuit) qui complètera l'effet du sérum et protégera la peau des agressions extérieures. On conclut enfin le protocole avec un baume à lèvres.

«La multiplication des étapes peut effrayer les gens pressés, souligne Mme Jaubert, mais il s'agit d'un rituel très doux, pas agressif du tout, qui s'étend sur une dizaine de minutes tout au plus une fois bien intégré. Pour maximiser le degré d'efficacité, la clé est la régularité, mais aussi l'apprentissage de toute la gestuelle qui l'accompagne.» On raconte notamment que pour favoriser la circulation sanguine, les Japonaises se tapoteraient le visage cent fois par nettoyage...

En France, l'arrivée du layering coïncide à peu près avec la montée en popularité du cosmétique naturel, qui prône non seulement une consommation éclairée des produits dont on fait usage, mais également une approche de la beauté qui est avant tout un art de vivre. «Comme un temps que l'on s'offre à soi-même » (Jaubert), une vingtaine de minutes par jour.

Les étapes du layering:

1- Démaquillage à l'huile (partie 1 du double nettoyage)

2- Nettoyage au savon doux (partie 2 du double nettoyage)

3- Lotion tonique

4- Sérum

5- Contour des yeux

6- Crème hydratante

7- Baume à lèvres

Quels produits utiliser?

N'importe lesquels: le layering s'adapte à tous les produits cosmétiques, comme il est davantage fondé sur le rituel que sur le petit pot en soi. Pas besoin de regarnir votre pharmacie; les produits que vous avez à la maison pourront très bien s'ajuster à la routine.

Quatre secrets de beauté

Une taie d'oreiller en soie pour protéger la chevelure? Un bain de vapeur pour délasser la peau de son visage? Et quoi encore? Voici quatre autres secrets de beauté à emprunter aux Japonaises.

1. Le masque à la farine de riz

Riche en vitamine B, en phosphore et en magnésium, la farine de riz est connue des Japonaises comme produit de beauté depuis des millénaires pour ses bienfaits. Élodie-Joy Jaubert propose sa propre interprétation du masque, aux qualités matifiantes et absorbantes. Il suffit de mélanger la céréale moulue à du lait, jusqu'à l'obtention d'une préparation homogène et assez ferme. Tiédir ensuite une cuillère à soupe d'huile de sésame. Appliquer l'huile par petites touches sur le visage, avant d'étaler la pâte de riz et de lait. Laisser reposer pendant 15 minutes avant de rincer à l'eau.

2. L'exfoliation à l'éponge konjac

L'éponge konjac est une éponge naturelle et végétale, fabriquée à partir des racines de la plante du même nom. Elle est notamment employée en herboristerie asiatique pour ses vertus «coupe-faim». Spongieuse et un peu rêche, les Japonais l'utilisent pour se débarrasser des peaux mortes et renouveler les cellules de leur visage tout en douceur. Nul besoin de savon nettoyant, il suffit de l'humidifier et d'effectuer sur la peau (préalablement hydratée elle aussi) de légers mouvements giratoires.

3. Les feuilles de thé dans de l'eau minérale

On connaît les propriétés exceptionnelles et la polyvalence du thé vert. Aussi Élodie-Joy Jaubert suggère-t-elle de le substituer, version glaçons, à l'étape de la lotion tonique. La recette est simple: plonger les feuilles de thé dans un volume d'eau minérale. Porter à ébullition, retirer du feu et laisser infuser toute une nuit. Filtrer l'eau (qui devrait être assez foncée) et remplir les bacs à glaçon. Une fois gelés, il s'agira d'en faire glisser un sur votre visage, pour un effet vivifiant immédiat (attention aux brûlures!).

4. Le brossage corporel

Le brossage corporel serait l'un des secrets de la peau douce comme de la soie des Japonaises. Ce dernier aurait l'avantage, rien de moins, d'oxygéner le sang, d'éliminer les peaux mortes, d'évacuer les toxines et de renforcer le système immunitaire. Ce brossage se réalise à sec et tous les gestes doivent remonter vers le coeur. Préférez, plutôt que le rugueux gant de crin, les brosses à poils doux, comme ceux... du sanglier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer