• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Fashion Week: glamour et liberté pour Michael Kors 

Fashion Week: glamour et liberté pour Michael Kors

La femme Michael Kors porte avec la même... (PHOTO AP)

Agrandir

La femme Michael Kors porte avec la même élégance un manteau sage en tweed gris et noir sur sweat à capuche et pantalon noir, ou une grosse veste en vison bleu clair, avec motifs fleuris sur une jupe fendue.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
New York

Glamour et liberté, robes métalliques, jupes dansantes rehaussées de plumes ou de sequins, Michael Kors a présenté mercredi à la Fashion Week de New York une collection automne 2016 qui, a-t-il confié, «n'a pas de règles».

Cédant lui aussi aux sirènes de la «Fast Fashion», il a annoncé que certaines pièces seraient en vente le jour même.

«Instaglam». «Le chic inimitable du style individuel... la liberté qui flirte avec les choses qui bougent... des plumes, ... des chaînes et des tissus coupés... des tweeds, des écossais... des luxueux brocards métalliques...» précisaient les notes de collection du créateur américain milliardaire, toujours très couru à la Fashion Week.

Au premier rang de son défilé, dans un loft du quartier de Tribeca aux immenses baies vitrées, les actrices britannique Naomie Harris et américaines Blake Lively et Olivia Munn, ainsi que Riley Keough, la fille de Lisa Marie Presley.

Parmi les modèles, Kendall Jenner, petite soeur de Kim Kardashian, défilait en robe de brocart argenté. La Danoise Freja Beha Erichsen ouvrait le défilé, en caban marine sur jupe en jean rehaussée de plumes d'autruche.

La femme Michael Kors porte avec la même élégance un manteau sage en tweed gris et noir sur sweat à capuche et pantalon noir, ou une grosse veste en vison bleu clair, avec motifs fleuris sur une jupe fendue. Elle défile aussi en robe chemise blanche ultra courte en organza à sequins argentés, porte une petite jupe couleur glycine rebrodée de plumes d'autruche, ou un gros manteau en brocard doré, avec chaussures et petit sac assorti.

Les plis des jupes plissées sont coupés dans la longueur, permettant le mouvement. Une robe de tulle est entièrement couverte de broderies métalliques, très disco, contrastant avec la silhouette suivante, manteau amiral noir et couettes très années 60.

«Cette collection n'a pas de règles. Pas de saison. Pas de moment de la journée», a expliqué le styliste américain. «C'est tout le mélange moderne», a-t-il ajouté.

Il était le premier à défiler mercredi, au septième jour de la Fashion Week qui se termine jeudi.

Delpozo sculptural et romantique

La maison espagnole Delpozo lui a emboîté le pas, avec une collection inspirée par le film allemand de 1927 Metropolis. Ses silhouettes sculptées futuristes et romantiques défilaient lentement au son triste d'un violon: grands manteaux et robes aux manches surdimensionnées, beaucoup de tissus métalliques.

Et comme toujours chez le créateur Josep Font, un sens aigu du détail, avec de longs gants couverts de fleurs, des sequins à foison aussi sur des robes théâtrales, une longue jupe évasée rouge et noire portée avec un bustier violent, d'énormes noeuds et des sequins jusque sur les chaussures plates lacées à semelles compensées.

Le styliste indien-américain Bibhu Mohapatra devait aussi défiler mercredi, et Jason Wu présentait dans l'après-midi sa deuxième collection de la semaine: après la sienne vendredi, c'était au tour de sa ligne pour Boss Women. DKNY, Marchesa, Theory étaient également au programme de la journée, avant le duo new-yorkais Proenza Schouler toujours très attendu en soirée.

La semaine de la mode new-yorkaise s'achève jeudi avec Ralph Lauren, Calvin Klein, J Mendel et Marc Jacobs en point final. La semaine londonienne prendra le relais, avant Milan et Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer