• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Ce qu'il ne fallait pas manquer à la Fashion Week de Londres 

Ce qu'il ne fallait pas manquer à la Fashion Week de Londres

Pour celles qui ont la tête dans les... (PHOTO AFP)

Agrandir

Pour celles qui ont la tête dans les étoiles, Mary Katrantzou a confectionné une petite robe recouverte de motifs en mosaïque suggérant une constellation.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Édouard Guihaire
Agence France-Presse

Du rose, de l'orange, des coupes fluides et confortables, de la dentelle, des rayures, et un brin de provocation: voici les principales tendances des collections printemps-été de prêt-à-porter féminin de la 62e Fashion Week de Londres, qui s'est achevée mardi.

Du long...

Les robes de Roksanda sont droites, fluides, légères et descendent jusqu'aux chevilles. Paul Smith non plus ne s'aventure guère au-dessus du genou, sauf avec des robes fendues. Le créateur britannique pense aux citadines actives avec des modèles pratiques.

Des longueurs également chez Jonathan Saunders, avec des motifs de mosaïques et des fleurs qui rappellent les seventies.

...mais pas trop

Simplicité, séduction et contraste chez Sibling avec une mini-robe moulante à fines bretelles, portée avec chaussettes violettes et chaussures rouges. Pour aller à la plage sans cacher son maillot de bain, il y a une petite jupe transparente et zippée.

Chez Felder Felder, la mini-jupe en met plein la vue: brillante et argentée, elle accompagne une chemisette blanche transparente à boutons noirs.

David Koma préfère les robes plissées, à mi-cuisse, tandis que Gareth Pugh, provocateur, en confectionne avec des pièces de monnaie, esprit disco.

Passion dentelle

La dentelle a inspiré les créateurs de la Fashion Week, en particulier Bora Aksu. Ses robes aux motifs subtils et raffinés sont portées près du corps. Les tons sont roses, jaunes, blancs et rouges.

Christopher Bailey (Burberry Prorsum) utilise de son côté de la dentelle anglaise pour réinventer son trench légendaire.

Des manches et du volume

Vêtues de robes vaporeuses roses et semi-transparentes à manches légèrement bouffantes rehaussées d'un liseré noir, les femmes sont romantiques chez Simone Rocha, et quasi galactiques chez Jonathan Anderson. Le turbulent créateur britannique pare des robes futuristes de manches gigot façon XIXe siècle. Passé, futur? Ni l'un ni l'autre: c'est le look intemporel.

Restons simples

Pas d'excès, ou alors de simplicité, pour Joseph: les femmes sont drapées de tissus, jaunes ou blancs, noués à la taille et à la poitrine. Le noeud, c'est chic: Eudon Choi en glisse un bleu marine à mi-cuisse pour rehausser une jupe-culotte blanche.

Exercices de géométrie

J. JS Lee aime les femmes en rayures: horizontales, verticales, obliques, larges, étroites, il y en a pour tous les goûts. Et puis, si ça ne suffit pas, la créatrice fait dans la coupe asymétrique, cache une jambe, dévoile l'autre.

Pour Fashion East, les rayures s'écrivent en pointillés noirs sur de longues robes blanches, tandis qu'Anya Hinmarch use du losange et autres motifs en croix pour créer un effet de contraste sur des hauts blancs.

Christopher Kane propose lui une sensualité qui donne à réfléchir avec une robe noire rehaussée d'un décolleté en V formé de polygones colorés assemblés les uns dans les autres.

Envies d'ailleurs

Giles s'est transformé en conteur avec un vestiaire féérique inspiré par la nature. Ses robes de soirée sont composées de tissus fragmentés évoquant le granit, les fleurs, les fibres végétales. Pas forcément facile à porter mais très tendance à quelques semaines de la conférence de Paris sur le climat (COP21).

Pour celles qui ont la tête dans les étoiles, Mary Katrantzou a confectionné une petite robe recouverte de motifs en mosaïque suggérant une constellation.

Ceintures et accessoires

Pour David Koma, les ceintures sont noires, enroulées plusieurs fois autour de la taille et nouées à la manière d'un kimono. Elles sont fines chez Topshop, comme chez Paul Smith.

Côté sacs, Burberry plaide pour le sac à dos en nylon, porté bas sur le dos. Jonathan Anderson pense lui aux femmes qui voyagent en leur proposant deux sacs en bandoulière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer