Portez-vous le bon soutien-gorge?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Seins volumineux, affaissés, refaits, petits, ronds... Pas évident de trouver le modèle de soutien-gorge qui convient le mieux. D'ailleurs, huit femmes sur dix ne portent pas le bon soutien-gorge, rappelle Mélanie Méroz, corsetière à la boîte de stylistes Les Effrontés. Elle donne quelques conseils pour mieux choisir ce sous-vêtement.

Six pistes pour bien choisir

Erreur commune

«Pour ne pas se sentir serrées, les femmes choisissent souvent la bande de contour trop grande au lieu d'opter pour un plus grand bonnet», constate Mélanie Méroz des Effrontés. Résultat: on crée un déséquilibre. Le soutien-gorge remonte dans le dos et les bretelles risquent de tomber. À noter: ce n'est pas parce que le soutien-gorge ne fait pas de bourrelet qu'on a choisi la bonne taille! Car il faut considérer toute sa silhouette: la forme des épaules, du tronc, des hanches, l'arche sous le bras, la forme et la circonférence des seins. À savoir aussi: en augmentant la lettre, on augmente également le tour de dos. La bande de contour d'un 34C sera donc plus grande que celle d'un 34B. Mieux vaut augmenter la lettre pour mieux enrober le sein.

Pour plus de rondeur

Pour mettre en valeur la rondeur de la poitrine et maximiser le confort, l'armature doit faire le tour du sein. Si l'armature nous dérange, on change de modèle ou de taille. Et le sein ne doit pas déborder. Petit truc: quand on lève les bras, le soutien-gorge doit rester en place. S'il bouge, c'est qu'on n'a pas choisi la bonne coupe, que la bande de contour est trop grande ou que le bonnet est trop petit. En cabine, on place le sein dans le bonnet en se penchant vers l'avant pour bien l'emboîter. «Il ne se placera pas tout seul!», prévient Mélanie Méroz. Le bonnet mousse avantagera aussi la rondeur du sein, mais ne donnera pas plus de volume.

Test du doigt

On doit pouvoir passer un doigt sous les bretelles et sous la bande de contour sans que ce soit trop serré ou trop ample. Car le matériel va s'étirer, surtout si c'est de la dentelle. Dès le premier essai, on devrait attacher aisément le soutien-gorge sur l'agrafe du milieu. Aussi, il ne faut pas voir de plis sur la bande de contour.

Combien en avoir?

«On devrait avoir au moins cinq soutiens-gorges», conseille Mélanie Méroz. Quatre pour tous les jours et un pour faire du sport. Il faut les laver souvent et ne pas porter le même cinq jours de suite. On opte d'abord pour les classiques en noir et beige, puis on ose ensuite la couleur. Pour se les procurer, il n'est pas nécessaire de se rendre dans les boutiques spécialisées. Les magasins à grande surface, comme La Baie d'Hudson au centre-ville de Montréal, offrent un très vaste choix. «On peut trouver un beau soutien-gorge de qualité à partir de 40$.»

Seins refaits

Nombreuses sont les femmes qui ont recours à une augmentation mammaire. «C'est vraiment une tendance», affirme Mélanie Méroz. Mais contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas toujours plus facile pour elles de trouver le bon soutien-gorge. Car les seins refaits sont rigides et ne bougent pas. Pas évident de les rapprocher pour créer un plus beau décolleté, par exemple. Certaines croient aussi qu'elles n'auront plus à porter de soutien-gorge. Mais comme le sein est devenu lourd avec la prothèse, elles n'ont souvent pas le choix. Quant à la taille, la chirurgie peut réserver des surprises. «Certaines femmes croyaient devenir un B, mais en tenant compte de leur silhouette, il m'est arrivé de leur annoncer qu'elles faisaient plutôt du double D», souligne Mélanie Méroz. Les modèles demi-balconnet ou en dentelle vont bien faire aux poitrines refaites. Par contre, contrairement à un sein naturel, le choix sera limité dans les modèles de bonnets mousse, bien pratiques pour camoufler le mamelon.

Nouvelle technologie

Dernière nouveauté: les soutiens-gorges intelligents, dotés d'une mémoire vive, en mousse. Tel un matelas à mémoire, ils moulent et prennent la forme des seins, en plus d'être très confortables. On en trouve entre autres dans la marque française Chantelle et chez Victoria's Secret.

Avantager sa silhouette

Que vous ayez de fortes hanches, de petites épaules ou encore des épaules carrées, le choix du soutien-gorge avantage la silhouette ou lui nuit. Ainsi, si on est forte des hanches, on évite de porter un soutien-gorge qui rapprochera trop les seins.

Comment prendre ses mesures?

Quelques trucs de base peuvent nous orienter vers la bonne taille.

1. Bande de contour

Pour connaître la taille de sa bande de contour, on fait le tour de son dos avec un galon à mesurer que l'on place juste sous le buste. Puis, on ajoute cinq pouces au chiffre. Si on obtient un chiffre impair, on rajoute un pouce.

2. Quelle lettre?

Pour déterminer la taille du bonnet, on mesure le tour du buste en plaçant le galon sur la partie la plus volumineuse de la poitrine, sans trop serrer. À ce chiffre, on soustrait la mesure du tour du dos. Un pouce d'écart correspond à un A. Deux pouces d'écart à un B, trois pouces d'écart à un C, etc. Mais attention, cette mesure n'est pas forcément exacte. Pour savoir si on a vraiment choisi la bonne taille, on s'assure que le soutien-gorge ne bouge pas quand on lève les bras et on fait le test du doigt.

3. L'équivalence

Parfois, les vendeuses parlent de tailles équivalentes, en disant par exemple qu'un 34C équivaut à un 36B. Mais ce n'est pas une règle générale à suivre. «Si on porte vraiment un 34, on ne rentrera pas de la même façon dans un 36. C'est rare que ça fonctionne», soutient Mélanie Méroz.

4. Pigeonnant

Avis à celles qui ont une petite poitrine, si on veut porter un push-up, on choisit un bonnet plus grand. Car le sein se placera au-dessus du push-up et aura donc besoin de plus d'espace. Dans ce cas, même si on est un 34A, on choisit un 34B. Et on évite les soutiens-gorges trop rembourrés. Car le sein risque de déborder, ce qui fera une bosse disgracieuse sous le chandail. D'ailleurs, en cabine, on pense à enfiler ses vêtements pour vérifier le look.

5. Pas de taille universelle

On ne peut malheureusement pas se fier à une seule taille. D'une marque à l'autre, on risque de ne pas porter la même. Tout comme au fil des ans, la forme du sein changera. Il est donc important de s'ajuster. À retenir: quand un modèle d'une marque ne nous va pas, on la laisse tomber complètement. Aussi, les marques européennes ont des soutiens-gorges plus petits que les marques américaines. Pas le choix, donc: il faut essayer les modèles pour trouver ce qui nous convient. Une fois que l'on trouve une marque qui nous fait parfaitement bien, qui nous avantage et qui est confortable, mieux vaut y être fidèle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer