Les chats, ces incompris

Geoffrey Da Costa et le chat Pumpkin, au... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Geoffrey Da Costa et le chat Pumpkin, au café Chat L'Heureux, qui permet aux clients de côtoyer des chats, avenue Duluth à Montréal. «J'ai visité des cafés de chats à Paris, New York et Montréal, et je peux vous assurer qu'ici, les chats sont très bien traités», a dit le chercheur.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«De plus en plus d'hôpitaux et de maisons de retraite introduisent des animaux entre leurs murs, ce qui permet d'alléger la médication des patients, dit Geoffrey Da Costa. Mais les scientifiques sont incapables d'expliquer ce que l'animal fait exactement de bien aux gens.»

L'hypothèse du doctorant en communication organisationnelle à l'Université de Montréal, qui a soutenu sa thèse il y a deux semaines? Ce qui fait du bien, c'est de communiquer avec l'animal. «J'ai essayé de comprendre comment il se fait que même si on ne se comprend pas - les chats ne comprennent pas notre langage, on ne comprend pas les chats -, on continue nos relations», explique M. Da Costa.

Vraiment, on ne comprend pas les chats, domestiqués par l'homme depuis au moins 4000 ans? «Le chat qui rapporte une proie en cadeau veut nous montrer à chasser, nous enseigner quoi prendre, illustre le chercheur. Généralement, l'humain qui reçoit cette proie la jette. Le chat se dit qu'il est vraiment stupide... Autre exemple: les chats communiquent entre eux grâce à l'émission de phéromones que nous ne sommes pas capables de décoder.» Eux ne peuvent, en retour, déchiffrer les langues humaines.

«J'ai développé un concept : la communication imaginaire, indique M. Da Costa. J'ai interrogé plusieurs propriétaires de chat. Ma conclusion, c'est que les gens fabriquent une partie de la communication avec leur chat. Comme humain, on va anthropomorphiser. Si notre chat ne vient pas nous voir, on se dit qu'il boude, qu'il est triste. Ce qu'on ne comprend pas, on le remplit. Ce qui cadre et alimente cette communication, ce sont les mythes autour du chat.»

Symbole d'indépendance

Ces mythes sont nombreux: le félin incarne l'individualisme, la liberté, l'indépendance, la sexualité, la violence, la rébellion...

«Grâce à internet, le chat est redevenu un symbole d'indépendance, un rebelle qui n'écoute pas. Les vidéos de chats sont incroyablement populaires sur YouTube.»

«Dans le top 100 des vidéos les plus regardées, il y en a environ 50 de chats, confirme le chargé de cours à l'Université de Montréal. C'est l'animal parfait pour notre vie moderne...»

Dans l'Antiquité, le chat a été domestiqué pour protéger les récoltes des rongeurs. «Aujourd'hui, c'est le seul animal qui est autorisé à détruire les meubles, à mettre des poils partout, souligne M. Da Costa. Sa fonction, qui était d'empêcher le chaos, est maintenant d'en mettre dans nos vies plates. Les gens s'ennuient beaucoup.»

Besoin d'affection

Non seulement les gens s'ennuient, mais ils travaillent aussi énormément. «Ils ont quand même besoin de rapports affectifs, dit le chercheur. Avec d'autres humains, c'est plus coûteux. Avec un animal, on croit que c'est simple, alors qu'en réalité, c'est complexe.»

Pour le bien-être des félins, M. Da Costa veut détruire certains mythes. «Le chat n'est pas solitaire, rectifie-t-il. Mieux vaut adopter deux chats, sinon il peut y avoir des problèmes d'obésité, de stress qui surviennent. Il est aussi faux de croire qu'en regardant dans les yeux d'un chat, on voit son âme, comme on le fait pour les humains. Pour le chat, c'est un signe d'agression. Il peut attaquer.»

Mais nul besoin de s'inquiéter si on parle à son chat et qu'on lui attribue des capacités humaines. «C'est normal, tranche le chercheur. On a tous besoin d'affection. Le chat qui vient nous voir n'est pas désintéressé: il veut de la nourriture, de l'attention ou de l'affection. Pour l'humain, c'est pareil: on a besoin d'avoir quelqu'un - dans ce cas, ce que les scientifiques appellent un non-humain vivant - avec qui interagir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer