La SPCA défend sa stratégie pour la Saint-Valentin

La SPCA a profité de la Saint-Valentin pour... (Photo Rémi Lemée, La Presse)

Agrandir

La SPCA a profité de la Saint-Valentin pour sensibiliser les propriétaires d'animaux et pour offrir des rabais sur l'adoption de chats.

Photo Rémi Lemée, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Annabelle Blais
La Presse

« Pour la Saint-Valentin, oubliez les chocolats, les fleurs, les diamants... Laissez-vous charmer par Sultan. » Sultan est un gros chat. Il participe à la campagne de marketing de la SPCA qui a profité de la Saint-Valentin pour offrir des rabais sur l'adoption de chats, ce qui a soulevé quelques critiques.

Au cours de la journée du 14 février, il était possible d'acheter un chat stérilisé et vacciné à la Société canadienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) pour 50 $, soit 85 $ de moins que d'habitude.

La démarche a suscité un certain malaise sur les réseaux sociaux.

« Les animaux ne sont pas des cadeaux à offrir, a réagi un internaute sur la page Facebook de la SPCA. Faites attention dans vos promotions qui portent beaucoup à confusion. »

« Ce qui m'énerve, c'est l'urgence dans la pub. La durée limitée du rabais. CE N'EST PAS une grosse télé plasma qu'il faut se dépêcher d'acheter sans trop réfléchir parce qu'après, elle ne sera plus en solde », ajoute une autre personne.

Des critères d'adoption élevés

Le directeur général de la société Nicholas Gilman a défendu cette stratégie en soulignant que les critères d'adoption demeurent élevés. Cette promotion s'accompagne également d'une campagne de sensibilisation sur la stérilisation des chats.

La SPCA n'en est pas à sa première campagne. Des rabais sur les adoptions sont offerts environ trois fois par année et visent les personnes qui songent déjà à adopter un animal, a précisé M. Gilman.

«Les prix intéressants peuvent encourager les gens à venir voir la SPCA plutôt que d'aller voir un éleveur ou d'aller dans une animalerie ou une usine à chiots.»

Nicholas Gilman
directeur général de la SPCA

Vendredi dernier, 37 chats ont trouvé une famille, ce qui est trois fois plus qu'à l'habitude. Ces rabais n'ont pas d'impact sur le pourcentage d'animaux qui sont rapportés à la SCPA, soit environ 1 %, assure M. Gilman.

Encore du chemin à faire

En revanche, la société n'organiserait jamais ce type d'événements pour tout animal dit exotique, en particulier les poussins ou les lapins, dont la demande augmente pour la Saint-Valentin et Pâques. « Depuis 15 ans, on constate que les gens réfléchissent davantage avant de se procurer un chat ou un chien, mais il y a du chemin à faire pour les lapins et les poussins. Ces derniers ne sont pratiquement jamais gardés jusqu'à la fin de leur vie. »

La SPCA accueille plus de 15 000 animaux par année. La Société est donc constamment à la recherche de nouvelles façons de faire connaître ses services. « On va tenter de sauver le plus de vies possible, par tous les moyens responsables possible, mais sans jamais abaisser nos critères », a insisté M. Gilman.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer