Jeu vidéo: un indépendant québécois repéré par Hollywood

We Happy Few se déroule dans un univers fantastique... (PHOTO TIRÉE DE L'INTERNET)

Agrandir

We Happy Few se déroule dans un univers fantastique inspiré de l'Angleterre du milieu du siècle dernier.

PHOTO TIRÉE DE L'INTERNET

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Grande première pour l'industrie montréalaise du jeu vidéo indépendant : le studio Compulsion Games s'est entendu avec un producteur hollywoodien pour la production d'un film tiré de son jeu We Happy Few, pas encore lancé.

Guillaume Provost, fondateur de Compulsion Games... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Provost, fondateur de Compulsion Games

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Guillaume Provost, fondateur de Compulsion Games... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Guillaume Provost, fondateur de Compulsion Games

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

C'est Golden Circle Films, surtout connu pour les films Pitch Perfect et My Big Fat Greek Wedding, qui a montré son intérêt pour We Happy Few.

« Le producteur a vu notre propriété intellectuelle et il est tombé en amour », résume simplement le fondateur de Compulsion Games, Guillaume Provost.

Les négociations ont nécessité environ six mois. Compulsion a déjà reçu un premier paiement, dont elle ne veut pas dévoiler le montant, et en recevra d'autres si la production chemine.

« C'est une belle nouvelle, mais il reste encore beaucoup d'étapes avant que les caméras tournent », modère M. Provost.

À WELLINGTON WELLS

We Happy Few se déroule dans un univers fantastique inspiré de l'Angleterre du milieu du siècle dernier.

Les habitants de la ville fictive de Wellington Wells consomment tous une drogue hallucinatoire appelée « Joy » qui leur permet de vivre une vie heureuse en faisant fi de la totale déchéance de leur environnement. Ils vivent au milieu de l'horreur, mais grâce à cette drogue, ne perçoivent autour d'eux qu'un milieu heureux. Le héros décide de cesser de consommer la Joy et devient par conséquent un ennemi de la société.

Le premier mandat de Golden Circle Films sera de produire un ou des scripts intéressants à partir de ces prémices.

Compulsion avait déjà flirté avec Hollywood, plus précisément avec le réalisateur Henry Selick (Coraline, Nightmare Before Christmas), lors de la parution de son premier jeu, Contrast, lancé en 2013. Le projet n'était jamais allé plus loin que les discussions créatives.

We Happy Few n'est pour l'instant offert qu'en version partielle pour certains amateurs qui en avaient fait l'achat à l'avance. Aucune date officielle de lancement n'a encore été communiquée, mais cela devrait se faire sous peu, selon M. Provost.

Compulsion Games emploie actuellement une trentaine de personnes.




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer