Borderlands: The Pre-Sequel, en attendant la suite

The Pre-Sequel profite de son nouvel environnement lunaire pour...

Agrandir

The Pre-Sequel profite de son nouvel environnement lunaire pour apporter quelques nouveautés tels les combats en gravité réduite et la gestion de l'oxygène.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

The Pre-Sequel se déroule entre les deux premiers volets de la série Borderlands. On y découvre l'ascension du Beau Jack, le vilain charismatique à la verve assassine et drôle de Borderlands 2. Le tout se déroule sur Elpis, la lune de Pandora. Un changement de paysage bienvenu, la planète ayant été maintes fois visitée précédemment.

La recette gagnante reste la même : elle met à profit le jeu de tir à la première personne et le hack'n slash, où les armes et butins spéciaux à amasser sont en vedette. Il y a toujours quatre personnages différents à jouer, tous sous les ordres de Jack. Plusieurs opteront d'ailleurs pour le mythique Clap Trap et ses pouvoirs saugrenus.

The Pre-Sequel profite aussi de son nouvel environnement lunaire pour apporter quelques nouveautés tels les combats en gravité réduite et la gestion de l'oxygène. La jouabilité exploite donc davantage la verticalité. Ce n'est pas grand-chose, mais c'est un petit plus. Il est également possible de fabriquer de nouvelles armes à partir de nos trouvailles.

Ce Borderlands garde son charme à travers sa quête principale et ses dialogues recherchés. Un essoufflement est toutefois ressenti du côté des environnements et des quêtes secondaires. Elpis a beau offrir de jolis paysages, ces derniers se ressemblent pas mal tous et sont dénudés de vie et, en conséquence, d'action. Cela affecte grandement la première moitié du jeu avec ses multiples allers-retours. Surtout que les déplacements en véhicule n'ont pas subi d'amélioration à travers les différents volets. Heureusement, le jeu trouve son rythme sur la longueur et encore plus lorsque l'on y joue en coopérative (jusqu'à quatre joueurs).

Sur le plan technique, pas de changement. Les textures témoignent d'une autre époque, mais le cel shading et la facture visuelle bédé s'avèrent toujours intéressant.

Si nous étions mauvaises langues, nous dirions de ce Borderlands qu'il aurait pu être un contenu téléchargeable. Nous ne sommes pas comme ça. Nous allons plutôt dire de lui qu'il est un bon et étoffé Borderlands 2,5.

Concepteur : 2K Australia, Gearbox Software

Éditeur : 2K Games

Console : Xbox 360, PC, Mac, PS3, Linux

Cote : M (17+)

En français

Testé sur PC

3 étoiles sur 5




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer