• Accueil > 
  • Techno > 
  • Internet 
  • > Qwant Music, le moteur de recherche de la musique qui veut rassembler 

Qwant Music, le moteur de recherche de la musique qui veut rassembler

Qwant Music est offert sur le site de... (SAISIE D'ÉCRAN DU SITE QWANT)

Agrandir

Qwant Music est offert sur le site de Qwant en version beta seulement.

SAISIE D'ÉCRAN DU SITE QWANT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maureen Cofflard
Agence France-Presse
Ajaccio

En lançant une déclinaison spécialisée sur la musique, le moteur de recherche européen Qwant espère rassembler les acteurs de l'industrie musicale pour faire découvrir l'univers de millions d'artistes, un pari osé face à l'hégémonie de Google.

L'idée de Qwant Music, basée à Ajaccio, est de regrouper l'ensemble de l'univers d'un artiste: fiche Wikipédia, chansons en écoute via iTunes ou les différentes plateformes de diffusion en continu, clips via YouTube, réseaux sociaux, actualité, concerts, albums.

«On n'est pas devenu un énième site de vente de musique en ligne», précise à l'AFP Eric Leandri, président de Qwant Music et cocréateur de Qwant, connu notamment pour ne pas tracer les utilisateurs sur internet. «Nous, ce qu'on apporte, c'est tout le reste», assure-t-il, annonçant aussi la diffusion en continu en direct de concerts, notamment celui du musicien de jazz Lucky Peterson le 29 juin à Ajaccio.

«Nous avons des partenariats avec tout le monde, sauf YouTube», justement propriété de Google, mais dont certains clips sont malgré tout visibles à l'heure actuelle sur le moteur de recherche, poursuit Eric Leandri.

Outre son versant moteur de recherches, Qwant Music se double d'un lecteur conçu avec des «outils technologiques innovants» créés par l'Institut de recherche et coordination acoustique musique (Ircam) de Paris, ajoute M. Leandri.

Parmi ces derniers, «des décrypteurs audio» qui «détectent le tempo de la musique, son humeur, la tonalité des accords, la complexité rythmique», permettant de proposer à l'internaute «des chansons qui ont les mêmes critères musicaux», explique à l'AFP Frédérick Rousseau, directeur de la valorisation de la recherche à l'Ircam et compositeur.

Côté son aussi, Qwant met en avant une nouvelle technologie censée «réaugmenter ou réajuster les fréquences les plus significatives de la chanson» pour une qualité améliorée, souligne M. Rousseau.

Tout en reconnaissant encore quelques bogues, Eric Leandri vante un lecteur «unique au monde», qui va «changer l'écoute de la musique sur PC» avant d'arriver sur mobile.

«Pari osé»

Au total, 2,3 millions d'artistes sont référencés aujourd'hui sur le moteur de recherche, soit 7 millions d'albums et 50 millions de chansons, selon Qwant Music qui promet, comme Qwant, de protéger les données utilisateurs.

À l'origine de cette création, un constat: «sur 80 millions de requêtes par mois sur Qwant, une sur cinq concerne la musique», soit «15 à 20 millions d'utilisateurs potentiels par mois» pour Qwant Music, explique à l'AFP le directeur général Stéphane Leca.

Le pari est pourtant loin d'être gagné, estime un spécialiste du numérique auprès de la Commission européenne souhaitant garder l'anonymat, qui reste «hyper sceptique» face aux innovations revendiquées par Qwant et juge «donquichottesque» de se positionner face au géant Google --le groupe californien représentait 91,49% des parts de marché des moteurs de recherche en France en mai 2018, selon Statcounter, contre 0,52% pour Qwant.

Qwant et ses filiales sont «super forts pour communiquer et aspirer les subventions», beaucoup moins pour créer leurs produits «qui ne marchent pas trop», estime auprès de l'AFP cet expert, qui évoque toutefois «une expérience utilisateur pas mal sur Qwant Music», mais redoute des problèmes de droits.

«C'est vrai que se frotter à l'industrie musicale c'est toujours un peu périlleux, c'est un pari osé», reconnaît aussi auprès de l'AFP Xavier Filliol, coprésident de la commission «Audio Digital» du Groupement des éditeurs de contenus et de service en ligne (GESTE).

Mais «ils ont l'intelligence de travailler avec tout le monde», ce qui est leur «plus grande force» avec leur «spécificité éthique et les recherches» de l'Ircam, «une maison sérieuse».

Au final, «le public jugera», dit ce spécialiste des radios et podcasts en ligne, estimant l'aspect technique primordial: «Soit c'est fluide et les résultats sont pertinents, soit ça rame et il y a des trous, alors ça tombera vite aux oubliettes».

D'ici là, Qwant espère poursuivre son développement, et annonce pour juillet le lancement à Ajaccio de Qwant Sport, une nouvelle déclinaison, sportive, de son moteur de recherches.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer