Streaming musical: un ultimatum sans effet sur YouTube

YouTube s'est déjà entendu avec trois des plus... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

YouTube s'est déjà entendu avec trois des plus importants labels -Sony, Warner et Universal- mais n'est pas encore parvenu à trouver un accord avec les labels indépendants.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le réseau mondial des labels de musique indépendante (WIN) a adressé un ultimatum de 24 heures à YouTube, qui est arrivé vendredi à son terme sans effet, pour abandonner ses menaces de retirer les vidéos des musiciens n'adhérant pas aux conditions de son nouveau projet de streaming musical.

WIN avait indiqué jeudi à l'AFP avoir «donné 24 heures» à YouTube, mais cet ultimatum est arrivé vendredi à son terme sans que le site américain de partage de vidéos ne cède.

WIN s'était dit en pleine discussion avec YouTube, après avoir qualifié dans un communiqué les menaces du site détenu par Google «d'inutiles et d'indéfendables».

Selon ce communiqué, YouTube s'est déjà entendu avec trois des plus importants labels - Sony, Warner et Universal - mais n'est pas encore parvenu à trouver un accord avec les labels indépendants.

«Nous avons des accords en place avec des centaines de labels indépendants et des Majors à travers le monde, cependant nous ne commentons pas les négociations en cours», avait réagi jeudi la plateforme de partage de vidéos, dans un communiqué, sans référence explicite au projet de streaming musical.

Selon WIN, les conditions des contrats actuellement proposés par YouTube aux labels indépendants sont «très défavorables et non négociables».

«Nos membres sont des petites entreprises qui comptent sur une variété de sources de revenus pour investir dans de nouveaux talents», avait fait valoir la PDG de WIN, Alison Wenham.

«L'une des plus importantes sociétés dans le monde leur dit d'accepter des conditions qui ne sont pas en phase avec le marché du streaming. Ce n'est pas une manière équitable de faire des affaires», a-t-elle ajouté.

Marginal encore il y a cinq ans, le streaming (ou musique en flux) représente désormais 27% des parts de marché de la musique numérique (contre 67% pour le téléchargement légal), soit 28 millions d'abonnés, selon les chiffres 2013 de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI).

La plateforme suédoise Spotify, avec 10 millions d'abonnés payants et un total de 40 millions d'utilisateurs dans 56 pays, est le numéro un mondial du streaming.

YouTube, qui est actuellement le plus vaste jukebox gratuit et le mode d'écoute le plus populaire, préparerait un service de streaming payant, à l'image de Spotify.

La presse américaine a ainsi rapporté que ce service s'appellerait MusicPass et coûterait aux abonnés 5 dollars par mois avec des publicités, ou 10 dollars  mensuel sans pub.




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer