«Nec Mergitur»: un hackathon en janvier pour la sécurité

La mairie de Paris organisera en janvier un hackathon où les... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La mairie de Paris organisera en janvier un hackathon où les participants dont Facebook, Twitter, les autorités ou des start-ups, plancheront sur les moyens technologiques de prévenir ou alerter des crises.

Ce hackathon -- un événement informatique type marathon -- décidé dans la foulée des attentats du 13 novembre, aura lieu le 15, 16 et 17 janvier, a précisé à l'AFP Jean-Louis Missika, adjoint chargé du développement économique et attractivité de la maire PS Anne Hidalgo.

Il a été baptisé du nom de «Nec Mergitur», extrait de la devise de Paris «Fluctuat Nec Mergitur» («Il subit l'assaut des vagues mais il ne coule pas») reprise dans de nombreuses manifestations de solidarité avec la capitale française.

Plusieurs centaines de personnes de la communauté de l'innovation, réseaux sociaux, start-ups, etc, devraient ainsi se réunir au côté de la société civile, autorités, associations, grandes entreprises, «pour trouver des idées nouvelles sur la prévention, le signalement et la gestion de crise», indique M. Missika.

Des noms comme Facebook, Twitter, Google ou Amazon notamment ont déjà répondu présents.

Des ateliers peuvent ainsi plancher sur des outils pour informer et conseiller les familles sur les signes d'une radicalisation idéologique ou des applications, comme une existant à New York, qui signalerait à la police «de l'incivilité à quelque chose de plus grave», dit l'adjoint.

La communication à la police et de la police via les réseaux sociaux est une piste de travail comme l'analyse d'images ou l'identification de personnes suspectes en temps réel, à côté d'outils d'information à la population sur des aspects très concrets tels que «est-ce que le métro marche ou pas?», dit-il.

«Il est clair qu'on a besoin de plateformes de dialogue entre un très grand nombre de gens et ça ne peut pas passer par le téléphone», dit-il, ajoutant que ces pistes, à trouver ou améliorer, «vont être mises sur la table».

Ce hackathon devrait avoir lieu à l'école d'informatique 42 à Paris, école financée par Xavier Niel, fondateur d'Iliad-Free, qui est équipée de 700 à 800 postes de travail, dit-il.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer