Garbine Muguruza sacrée championne à Wimbledon

Garbine Muguruza devient la deuxième joueuse espagnole à triompher... (PHOTO ADRIAN DENNIS, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Garbine Muguruza devient la deuxième joueuse espagnole à triompher sur le gazon du All England Club après sa capitaine de Fed Cup Conchita Martinez, lauréate en 1994, qui l'a entraînée pendant le tournoi.

PHOTO ADRIAN DENNIS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Howard Fendrich
Associated Press
WIMBLEDON

Garbine Muguruza connaissait déjà les émotions liées à une défaite contre l'une des soeurs Wiliams dans une finale au All England Club. Depuis samedi, elle sait maintenant ce que c'est de vaincre l'une des deux frangines sur le court central de Wimbledon.

Garbine Muguruza a mis la main sur un... (PHOTO TONY O'BRIEN, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Garbine Muguruza a mis la main sur un deuxième titre du Grand Chelem.

PHOTO TONY O'BRIEN, REUTERS

Venus Williams souriait même après sa défaite.... (PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Venus Williams souriait même après sa défaite.

PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Face à une Venus Williams faiblissante, l'Espagnole de 23 a mis la main sur un premier titre aux Internationaux de tennis de Wimbledon, et un deuxième en carrière à un tournoi du Grand Chelem, grâce à une victoire de 7-5, 6-0.

 l'âge de 37 ans, Williams espérait mettre la main sur un sixième titre sur la pelouse londonienne, 17 ans après son premier triomphe. L'Américaine est d'ailleurs venue bien près de prendre l'avance contre Muguruza, alors qu'elle s'est retrouvée devant deux balles de manche au premier set.

Mais Muguruza a tenu le coup et n'a plus perdu un jeu le reste de l'affrontement.

«Elle est une joueuse tellement incroyable, a déclaré Muguruza en parlant de son adversaire, lors de la cérémonie de remise des trophées.

«J'ai grandi en la regardant jouer», a-t-elle ajouté, provoquant les rires généralisés dans les gradins de la fameuse enceinte britannique.

En 2015, lors de sa toute première finale à un tournoi du Grand Chelem, sur ce même court, Muguruza avait baissé pavillon face à la soeur cadette de Williams, Serena.

«Elle m'avait dit qu'un jour, je parviendrais peut-être à gagner, a rappelé Muguruza. Deux ans plus tard, me voilà.»

Après avoir vaincu Serena en finale des Internationaux de France de 2016, Muguruza devient ainsi la première joueuse à vaincre chacune des soeurs Williams lors d'un duel ultime d'un tournoi du Grand Chelem.

Un peu plus tard dans la journée, Lukasz Kubot et Marcelo Melo ont remporté la finale du double masculin en défaisant Oliver Marach et Mate Pavic en cinq difficiles manches de 5-7, 7-5, 7-6 (2), 3-6, 13-11.

Grâce à sa victoire, samedi, Melo retrouvera le premier rang mondial en double masculin, lundi.

Les deux joueurs ont mis la main sur un deuxième titre du Grand Chelem. Melo avait triomphé à Roland-Garros, en 2015, en compagnie d'Ivan Dodig. Kubot avait quant à lui gagné les Internationaux d'Australie avec Robert Lindstedt, en 2014.

Domination graduelle

Lors d'un duel disputé sous le toit du court central, - une première dans l'histoire de la finale du simple féminin à Wimbledon -, à cause de la pluie qui s'était abattue sur Londres plus tôt en journée, Muguruza a été trop bonne lors du dernier droit.

Williams a amorcé l'affrontement avec un as chronométré à 176 km/h, mais Muguruza a rapidement démontré qu'elle ne se laisserait pas intimider par une telle démonstration de puissance, ni par le moment.

Williams est habituée de transformer de tels services en points relativement faciles, mais l'Espagnole, dès le deuxième point du match, a retourné un service de 182 km/h, et un autre évalué à 184 km/h lors du troisième jeu, avant de gagner chacun de ces deux échanges.

Malgré cela, Williams a eu deux opportunités de gagner la manche initiale, alors qu'elle menait 5-4 et que Muguruza accusait un recul de 15-40 à son service.

À la première occasion, un échange ayant nécessité 20 coups s'est terminé lorsque l'Américaine a expédié un coup droit dans le filet. Lors de la seconde balle de manche, Williams a retourné le service au-delà de la ligne de fond, et Muguruza a manifesté sa satisfaction en secouant le poing.

En se sortant de cette impasse, Muguruza a donné l'impression d'être libérée pendant que Williams a paru démoralisée par l'occasion qu'elle venait de rater. Et ces deux points devaient lancer la séquence de neuf jeux victorieux de l'Espagnole.

Williams a alors commencé à accumuler les bévues, expédiant ses coups au-delà de la ligne de fond, dans les corridors du double et dans le filet, pendant que sa jeune et moins expérimentée rivale faisait preuve de régularité et de puissance dans l'exécution de ses coups droits et de ses revers.

Et dans les derniers moments du duel, alors que l'issue devenait apparente, il ne restait qu'à savoir à quel point le deuxième set serait à sens unique.

Williams a terminé le match avec 25 erreurs directes, 14 de plus que Muguruza. Le match a pris fin lorsque Williams a envoyé un revers au-delà de la ligne de fond, mais qui avait été jugé bon. Muguruza a contesté la décision, et après quelques secondes, la reprise vidéo a démontré que la balle était tombée à l'extérieur des limites.

Forcée d'attendre avant de célébrer, Muguruza a pu savourer le moment. Elle s'est laissée tomber sur les genoux et couvert son visage avec ses mains au moment où les larmes commençaient à couler sur ses joues.

Pour Williams, il s'agit d'une fin décevante à deux grandes semaines. Finaliste la plus âgée à Wimbledon depuis 1994, elle en était à sa première finale depuis 2009 sur le court où elle comptait déjà cinq triomphes en carrière. Son dernier titre devant le public britannique avait été enregistré l'année précédente.

«J'ai eu beaucoup de beaux moments au cours des deux dernières semaines», a tout de même analysé Williams, qui a aussi perdu en finale, face à sa soeur Serena, lors des Internationaux d'Australie de 2017.

La perdante avait d'ailleurs un message pour sa soeur, qui est enceinte de son premier enfant.

«Oh, tu me manques. J'ai fait de mon mieux pour réaliser les mêmes choses que toi, mais je pense qu'il y aura d'autres opportunités. Je le pense.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer