Rêver de Hainault, Occéan et Bernier

André Hainault... (Photo John E. Sokolowski, USA Today Sports)

Agrandir

André Hainault

Photo John E. Sokolowski, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrick Leduc

collaboration spéciale

La Presse

Il y a de ces matchs qui inspirent si peu que l'observateur en ressort avec un besoin irrésistible de rêver. Le nul du bleu-blanc-noir sur un score vierge à Chicago est de ceux-là.

Or, cette semaine, il n'y a malheureusement pas d'après-midi de champion qui pointe à l'horizon. C'est la trêve internationale, ce qui signifie que tout le gratin du foot mondial s'affaire à rejoindre sa sélection nationale. Même le Canada, qui ira se préparer au Mexique, a un match prévu à l'étranger face à la Colombie dans le fief cafetero de... Harrison au New Jersey. James, Cuadrado et Falcao? Ça vaut peut-être la peine de se déplacer.

Mais bref, cette interruption en pleine saison est un excellent prétexte pour se prêter à un jeu auquel l'auteur de ces lignes aimerait ne plus être seul à jouer - parce que jouer avec soi-même, au bout d'un moment, ça a tendance à devenir lassant. À la manière des Catalans, qui le font une fois par an, il s'agit d'assembler une équipe formée des plus grands talents québécois. Voici donc une convocation hypothétique de cette sélection dite «absolue».

D'abord dans les buts, on peut supposer qu'il y aurait lutte à trois pour le poste de partant devant la cage des Québécois. Maxime Crépeau, actuellement troisième gardien de l'Impact de Montréal, est un incontournable. Julien Latendresse-Lévesque, qui joue à Leipzig, en Allemagne, mérite aussi d'être vu. Mais ces deux cerbères espoirs pourraient se faire ravir le devant de la scène par un certain Bono, qui joue actuellement au Real Saragosse en D2 espagnole.

«Il pourrait sans doute est le gardien titulaire», mentionne Ritchie Soto, l'homme derrière le blogue latalonnade.com, qui s'intéresse notamment au rendement des joueurs québécois à l'étranger. Certes, Yassine Bounou, dit Bono, a déjà joué pour le Maroc, mais il est né à Montréal, ce qui lui assurerait à tout le moins une invitation à disputer un match amical.

Une autre dimension

En défense, question de renforcer un noyau constitué de joueurs de l'Impact (Lefèvre, Ouimette et Tissot), il faudrait un colosse du genre d'André Hainault. Tous les moyens sont bons pour rapprocher celui qui évolue à Aalen, en Allemagne, d'un éventuel retour au stade Saputo. Question d'amener une autre dimension à la relance du ballon tout en pimentant les choix tactiques au moment de la sélection, Soto y va d'une autre suggestion: «Avez-vous pensé à Alain Rochat?» Tiens, tiens, l'ancien des Whitecaps de Vancouver, né à Saint-Jean-sur-Richelieu, est de retour en Suisse après son aventure en MLS. On l'ajoute!

Au milieu, j'aimerais bien voir la chimie qui pourrait s'installer entre Patrice Bernier, Jérémy Gagnon-Laparé et Samuel Piette, le Repentignois du Deportivo La Coruña. Dans l'idéal, je privilégierais un milieu à trois. Philippe Davies, un joueur qui évolue avec Marc Dos Santos à Ottawa, pourrait ajouter de la profondeur. De même avec Zakaria Messoudi ou encore Louis Béland-Goyette, le plus jeune visage à faire partie de la photo de famille de l'Impact cette saison.

Enfin, est-ce à l'un des attaquants suivants que reviendrait l'honneur de marquer le premier but de la sélection absolue? L'avant-centre Olivier Occéan aurait une belle occasion de ressusciter sa carrière, lui qui appartient à un club allemand (Eintracht Francfort) qui ne le fait présentement pas jouer. Mettre ses talents en vitrine, telle serait la mission de cette sélection. Des places au nom de Klopas, De Santis et Saputo sont déjà réservées en tribune d'honneur.

Pour compléter l'attaque, un autre protégé de Dos Santos avec le Fury, Pierre-Rudolph Mayard, qui peut tout aussi bien déborder sur la gauche que s'insérer à partir de la droite. Et sur l'autre flanc, on peut penser à Anthony Jackson-Hamel, qui s'est fait remarquer avec l'Impact cette année, ou encore à Alessandro Riggi, un ancien de l'Académie qui s'entraîne avec le club depuis de son retour d'Italie. Enfin, il reste peut-être une place pour un joueur de la Première ligue de soccer du Québec comme Cédric Carrié, l'une des vedettes du CS Longueuil, champion de la saison régulière.

C'est bien beau rêver, n'est-ce pas. Mais en fait, tout ce qui reste à faire, c'est de trouver contre qui jouer...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer