Impact: des débuts difficiles pour Rudy Camacho

Bradley Wright-Phillips (99), des Red Bulls, et Rudy... (Photo Brad Penner, USA Today Sports)

Agrandir

Bradley Wright-Phillips (99), des Red Bulls, et Rudy Camacho (4), de l'Impact.

Photo Brad Penner, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne

Il y a des matchs que l'on voudrait revivre encore et encore. Et il y en a d'autres que l'on voudrait oublier le plus rapidement possible. Pour Rudy Camacho, son premier match dans l'uniforme de l'Impact de Montréal tombe dans la deuxième catégorie.

Le défenseur français a connu des débuts difficiles, samedi dernier, dans un revers de 3-1 face aux Red Bulls de New York. Toutefois, Camacho n'était certainement pas le seul à blâmer pour ce revers, alors que l'Impact a été complètement dominé par ses rivaux en deuxième demie.

«À titre individuel, je ne me suis pas bien senti du tout, a raconté Camacho, mardi. Je ne garderai pas un bon souvenir de ce premier match. Collectivement, nous n'avons pas été à la hauteur non plus. Nous n'avons pas travaillé ensemble, ce qui faisait en sorte qu'il y avait un décalage à chaque fois.»

Camacho a passé la majorité de la première demie à la gauche de son compatriote Rod Fanni, qu'il a dû remplacer au coeur du front défensif à trois quand Fanni a quitté tard dans la période en raison de ce qui semblait être une blessure à une cuisse. Et c'est au retour de la pause que l'Impact a été exposé, dominé 10-0 au chapitre des tirs.

«Je pense que notre première demie avait été bonne, a dit le milieu de terrain Ken Krolicki. Nous avions créé des occasions, nous avions l'avantage au chapitre de la possession et des tirs.

«D'avoir effacé un retard de 1-0 avant la mi-temps puis d'avoir perdu, c'est probablement notre revers le plus difficile à digérer cette saison. Nous n'avons pas été en mesure de générer de l'attaque, des occasions.»

L'Impact avait six joueurs dans son XI partant qui n'avaient jamais affronté les Red Bulls. Ces derniers sont reconnus comme étant un peu le prototype des équipes de la MLS puisqu'ils aiment énormément appliquer de la pression sur leurs rivaux. Camacho a toutefois rejeté la théorie de l'effet surprise.

«Côté physique, c'est un peu comme partout, a noté Camacho, qui a joué précédemment en France et en Belgique. Oui, ils courent beaucoup, ils tentent beaucoup de courses. Mais nous, nous étions en dessous de ce que nous pouvons faire.

«Sûrement que le fait d'avoir plusieurs nouveaux joueurs ça joue, mais ce n'est pas une excuse. Nous devons être meilleurs que ça et résoudre les problèmes. Même si nous avions 11 nouveaux joueurs sur le terrain, nous devons faire beaucoup mieux.»

Plusieurs joueurs de l'Impact ont admis avoir connu la fatigue à la fin de la rencontre face aux Red Bulls. Le match a été disputé par une température estivale, alors qu'il faisait plus de 25 degrés Celsius au New Jersey - des conditions bien différentes de celles dans lesquelles les joueurs en bleu-blanc-noir s'entraînent depuis quelques semaines à Montréal.

«Moi le premier, j'étais rapidement fatigué, a reconnu Camacho. Peut-être que c'était la chaleur, mais ce n'est pas une excuse. Je n'ai aucune idée comment l'expliquer. Ce n'est pas une de mes habitudes d'être fatigué rapidement comme ça.

«(Les Red Bulls) étaient en forme, nous l'étions moins. Pourtant, nous travaillons bien à l'entraînement.»

La condition physique est une des fiertés de l'équipe montréalaise cette saison. Les joueurs s'expliquaient mal la situation qui s'est produite samedi dernier.

«Je continue à croire que nous avons une des équipes les plus en forme de la ligue, a renchéri Krolicki. Nous avons toutefois déjà disputé cinq matchs à l'étranger, notamment à Vancouver et Seattle. Ce n'est pas nécessairement facile et ça peut vous rattraper, même si ce n'est pas une excuse.»

L'Impact était toujours en attente des résultats d'examen dans le cas de Fanni. Camacho sera donc fort probablement l'ancre de l'unité défensive quand l'équipe recevra la visite du Los Angeles FC, samedi, au stade Saputo. Il espère profiter de cette deuxième chance pour faire bonne première impression devant les partisans montréalais.

«Je ne suis pas venu ici pour jouer des matchs comme celui-là, a-t-il affirmé en revenant sur le match face aux Red Bulls. Individuellement, je n'étais pas content et je vais devoir faire mieux. C'est certain.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'Impact déçu du résultat et du contenu

    Soccer

    L'Impact déçu du résultat et du contenu

    L'Impact a repris sa semaine d'entraînement, hier matin, sans avoir totalement tourné la page de sa défaite au Red Bull Arena (3-1). Autant que le... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer