• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Un Impact bien différent d'il y a trois semaines face au TFC 

Un Impact bien différent d'il y a trois semaines face au TFC

Marky Delgado et Blerim Dzemaili.... (Photo Graham Hughes, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Marky Delgado et Blerim Dzemaili.

Photo Graham Hughes, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne

La dernière fois que l'Impact a croisé le fer avec le Toronto FC, la formation montréalaise venait de gagner quatre matchs de suite. Cette fois, les hommes de Mauro Biello retrouveront leurs rivaux après avoir encaissé quatre revers consécutifs.

L'Impact (10-12-6) tentera de freiner sa série d'insuccès mercredi, quand il rendra visite au Toronto FC (18-3-5). Pour leur part, les Reds n'ont pas perdu en MLS à leurs 11 derniers matchs (8-0-3) et ils ont gagné leurs six dernières parties.

«Il y a deux façons de voir la situation, a expliqué le défenseur Hassoun Camara, plus tôt cette semaine. Soit nous sommes fatalistes et nous disons qu'ils sont la meilleure équipe puisqu'ils ne font que gagner depuis un certain temps. Soit nous sommes compétiteurs et nous disons qu'il est mathématique et naturel qu'ils se rapprochent d'une défaite.»

Les signes ne sont toutefois pas très encourageants pour l'Impact. Depuis une première demie intéressante face au TFC le 27 août dernier, avant de finalement s'incliner 3-1, l'équipe fait preuve d'une certaine fragilité quand elle encaisse un but ou se retrouve en situation difficile.

«C'est difficile à expliquer, a reconnu Biello. Nous comptons sur des joueurs qui ont vécu beaucoup de choses. (...) Je dois donner le bénéfice du doute à certains joueurs qui ont eu du succès par le passé dans des situations comme celle-là.»

L'ambiance dans le vestiaire était plutôt morose après la défaite de 3-2 face au Minnesota United, samedi. Le président de l'équipe, Joey Saputo, a d'ailleurs fait connaître son mécontentement en publiant une lettre sur le site Internet de l'équipe dimanche.

En vertu d'un verdict nul de 0-0 entre les Red Bulls de New York et l'Union de Philadelphie, dimanche, l'Impact se retrouve à six points des Red Bulls et du sixième et dernier rang donnant accès aux séries dans l'Association Est, avec six matchs à jouer.

«Dans notre métier, nous devons y croire jusqu'à la fin, a répété le capitaine de l'Impact Patrice Bernier. Après le dernier match, j'étais moi-même un peu atterré. Mais tout est encore possible.

«Seulement une victoire peut nous remettre dans un élan positif. Nous n'avons plus le droit à l'erreur.»

Question de s'inspirer un peu, l'Impact pourra toujours étudier le plan de match qui avait fonctionné pendant près de 45 minutes face au Toronto FC le 27 août dernier. Encore gonflé à bloc en raison de sa série de succès, le Bleu-blanc-noir avait bien paru face à son grand rival avant de voir Sebastian Giovinco marquer sur un coup franc à la 41e minute.

«Nous étions restés patients et organisés, a rappelé Bernier. Nous avions créé des occasions et nous aurions peut-être même dû prendre l'avance. Nous savons aussi ce que nous devons éviter de faire autour de notre but parce que Giovinco peut changer la donne avec un éclair de génie.

«Nous allons devoir reproduire cette demie sur 90 minutes. Il ne faut quasiment pas donner de chances et elles ne doivent pas venir de nous. Si nous perdons, nous devons pouvoir leur dire bravo et admettre qu'ils étaient meilleurs que nous.»

De son côté, Biello était un peu plus sévère dans son analyse.

«Je pense qu'au début, nous faisions de bonnes choses, a-t-il mentionné. Au niveau de l'attaque, nous bougions le ballon rapidement, mais nous avons aussi vu des problèmes, surtout en milieu de terrain et en défensive. C'était parfois trop facile pour eux de grandir, de monter le ballon. Nous allons devoir ajuster certaines choses.

«Nous n'avons rien à perdre. Il faudra jouer avec confiance et tout donner. Chaque joueur a des responsabilités sur le terrain et il doit être meilleur que le joueur devant lui. C'est ce qui va faire la différence dans le match.»

L'Impact aura également un défi important dimanche, quand il rendra visite à l'Atlanta United, qui a encaissé une seule défaite depuis le début du mois de juillet (5-1-4) et qui affrontera le Galaxy de Los Angeles en milieu de semaine. En raison du calendrier chargé, Biello devrait faire une certaine rotation dans son personnel de joueurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer